Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19982B – Haute-CorseCorte – Monte Rossu

1998
2B – Haute-Corse

Corte – Monte Rossu

Sondage (1998)
Responsable d’opération : Pierre Comiti

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1La région de Corte est réputée pour la richesse de ses ressources naturelles, et notamment pour son minerai. À partir du xvie s., quelques textes mettent l’accent sur le potentiel minier de la région (Archives Départementales de Corse-du-Sud, fonds Civile Governatore, c 57, mars 1573). Suite à l’incorporation de l’île au territoire français, de nouvelles volontés de mise en exploitation de mines de fer voient le jour. Le plan Terrier en recense ainsi six, dans la juridiction de Corte.

2Des prospections pédestres des lieux, rendues ardues par un épais maquis, ont permis la localisation de l’une d’entre-elles. Cette mine de fer située au lieu-dit Monte Rossu (allusion possible de la microtoponymie à la couleur rouge sang de l’hématite) fait l’objet d’une mise en valeur attestée, à la fin du xviiie s.

3Deux galeries sont toujours visibles, percées au milieu d’une paroi rocheuse verticale, et sont accessibles en passant par une rampe d’accès aménagée. Celle-ci est constituée de la dernière assise de pierre d’un mur d’une hauteur maximale de 2,5 m.

4Le sondage, une tranchée de 4 m2, a été implanté à l’entrée de la galerie A. Il n’a révélé aucun mobilier archéologique, et seul un sol de terre très compact, dans le fond du sondage, ainsi que quelques fragments de charbons et de chaux, témoignent d’une unique anthropisation du site.

5La forte occupation ultérieure des lieux par les hommes (terrasses de culture, fours à chaux, bâtiments agricoles, aménagements des cours d’eau...) a perturbé l’espace et les autres vestiges miniers éventuels (forge minière, logements, lieu de stockage) ont vraisemblablement disparus ou ont été réutilisés, réaménagés.

6Les galeries visibles (5 m de long pour la galerie A ; 8,4 m pour la galerie B), l’une d’elles étant nettement caractérisée par un profil en cône tronqué, présentent plusieurs traces de forrures (diamètre 2,5 cm, profondeur maximale 8,5 cm).

7Cette exploitation minière est le premier exemple connu d’une tentative de mise en vale0r des ressources en minerai de fer de Corse depuis l’intégration de l’île à la France, et cela durant les années 1792-1793. Ces travaux miniers, par la quantité présumée de minerai extrait, se sont limités à des travaux de recherches approfondis. L’absence de minerai à l’intérieur des galeries laisse supposer que les filons d’hématite se sont très vite épuisés.

Fig. 1 – Plan et coupe des galeries A et B de l’ancienne mine

Fig. 1 – Plan et coupe des galeries A et B de l’ancienne mine

DAO : P. Comiti.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan et coupe des galeries A et B de l’ancienne mine
Crédits DAO : P. Comiti.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Comiti, « Corte – Monte Rossu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23409

Haut de page

Auteur

Pierre Comiti

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Comiti

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search