Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1998Projets collectifs de rechercheÉtude de sites mégalithiques cors...

1998
Projets collectifs de recherche

Étude de sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel

Projet collectif de recherche (1998)
Responsable d’opération : André D’Anna
Notice rédigée avec Roland Chessa, Franck Leandri, Henri Marchesi et Pascal Tramoni

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Le nouveau PCR « Étude de sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel » a pris la suite en 1998 du PCR « Statues-Menhirs, Menhirs et Mégalithisme de la Corse ». Le projet ne met plus les statues-menhirs au centre de la réflexion mais se trouve élargi non seulement à l’ensemble du mégalithisme, ce qui était déjà le cas du programme initial, mais également à l’analyse des processus d’évolution du Néolithique à l’âge du Bronze et à l’approche des phénomènes témoignant du fonctionnement même de la société pendant cette transition. Ces questions ont débouché sur celles relatives à l’ensemble de la chronologie du Néolithique corse dont on pourra constater que la connaissance n’a pas, pour certaines périodes, fait de grands progrès ces dernières années.

2Le principal objectif du projet est d’achever les opérations de fouilles programmées en cours et d’entreprendre leurs publications : Monte Revincu à Santu-Pietro-di-Tenda (F. Leandri) et Renaghju à Sartène (A. D’Anna et H. Marchesi), autorisées jusqu’en 1999. Parallèlement à ces deux opérations principales, il s’agissait d’une part de poursuivre les prospections dans les Agriate autour du Monte Revincu, en Cinarca (H. Marchesi), sur la commune de Grossa (R. Chessa), le plateau de Cardiccia-Pastini et entre le plateau de Cauria et la vallée de la Navara autour de Renaghju, et d’autre part d’effectuer des sondages à Sartène/Pianu diu Grecu, site qui domine le plateau de Cauria et Renaghju (P. Tramoni et R. Chessa). Dans cette perspective, réduite par rapport au précédent PCR, il est apparu que pour les deux années à venir, le programme collectif n’avait vocation à intégrer ni la totalité des recherches effectuées en Corse ni la totalité des chercheurs s’intéressant au mégalithisme et qu’il était souhaitable qu’il repose sur une équipe homogène avec des perspectives communes. Ainsi ces opérations sont réalisées dans le cadre des programmes de l’UMR 6636 (Économies, Sociétés et Environnements Préhistoriques : université de Provence, CNRS, ministère de la Culture et de la Communication), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, avec la collaboration du Musée départemental de Préhistoire corse à Sartène.

3Les prospections ont été poursuivies autour du Monte Revincu afin de mieux analyser sa situation par rapport aux autres monuments mégalithiques et aux habitats. Cinq sites mégalithiques nouveaux sont venus s’ajouter à l’inventaire des mégalithes des Agriate parmi lesquels la statue-menhir d’U Zitellu. L’étude de leur répartition montre qu’ils sont localisés aux confins des Agriate et du Nebbiu, sur les principaux points de passages structurants des régions actuelles et probablement des territoires anciens : Nebbiu, Agriate et Ostriconi. Pour affiner ces résultats, les prospections de la plaine de Casta et du plateau du Capo Castinco ont été également poursuivies.

4La prospection en Cinarca a porté sur les communes de Calcatoggio, Cannelle, Casaglione, Sant’Andrea d’Orcino et Sari d’Orcino, qui occupent la vallée de la Liscia dans la basse Cinarca où nous voulions réaliser une étude de l’évolution du peuplement : 45 sites archéologiques ou indices de sites ont été recensés. Le Néolithique et les âges des métaux semblent largement sous-représentés dans la vallée : Monte Lazzu, Castellu di Cinarca, dolmen de Tremeca. Ceci s’explique probablement en partie par les difficultés de prospection dans le maquis, mais, bien qu’il faille rester prudent, il semble aussi que la vallée n’ait pas connu une forte présence humaine préhistorique. Cette hypothèse reste néanmoins à vérifier.

5La prospection sur la commune de Grossa était destinée à vérifier l’état des sites recensés dans la Carte archéologique nationale et à compléter les connaissances sur le potentiel archéologique de cette commune. On notera que tous les sites de la CAN n’ont pas été retrouvés dans l’état décrit lors de leur dernière étude, d’autres n’ont pu être resitués, en général à cause de la densité du maquis : les dolmens de la Sperenzata et de Saparelle et le menhir de Vangone, de l’Anghione. D’autres semblent avoir été détruits depuis: c’est le cas de l’alignement de Campu Fiurellu dont ne subsiste qu’un seul menhir. On remarquera toutefois les divergences qui existent entre la description faite par Giraud et l’état actuel de la parcelle. De nouveaux sites ont été identifiés, ce sont essentiellement des épandages mais aussi de probables vestiges de mégalithes. La majorité des épandages est préhistorique (Néolithique). On les trouve à Bizzicu Rosu, Carasciale, à Cuntrasarda, entre la Piana et Capu tondu, à Tagli et à Vaccil Vecchiu. La commune de Grossa, au travers de cette prospection, montre qu’elle possède un potentiel archéologique tout aussi important que le reste du Sartenais. Toutefois ce patrimoine est soit très fortement endommagé, soit trop à l’écart des axes de communication pour faire l’objet d’un suivi plus important.

6Dans la perspective d’une prospection systématique des zones ouvertes du secteur de Cauria, la mise en ordre des données de la Carte archéologique nationale restait à entreprendre. Ces vérifications viennent à la suite du précédent inventaire dans lequel les lacunes de la documentation sur les sites de plein air avaient été soulignées. Cette année, les travaux ont eu comme objectif, d’une part d’affiner la position chronologique et donc l’attribution par période des sites et, d’autre part, de· préparer les prospections à venir. Les prospections sur la Punta di U Grecu, outre qu’elles ont permis de préciser la nature de la fortification médiévale, ont mis en évidence, pour la première fois, une occupation du Bronze final, avec très certainement une arase (ou un soubassement) de torra. Sur le plateau de Cauria, deux nouveaux sites (Caseddu di Fontanaccia et Stazzona) et un indice de site (Crucanesi supranu) ont été repérés. Une prospection fine dans ce secteur, que l’on considère comme relativement bien connu, devrait permettre de préciser encore la carte de l’occupation préhistorique. De nouvelles informations ont pu être recueillies sur le menhir couché de Bocca di a Pila. Le coffre et les menhirs de Manzavinu ont pu être localisés précisément grâce à l’amabilité d’Antoine Lucchini. Au nord-est de Cauria, le recensement et la localisation précise des stations de plein air du plateau de Pastini n’est pas satisfaisante. Si les sites mégalithiques, coffres d’A Cumpra et de Foce et dolmen de Cardiccia, ont fait l’objet de vérifications, il n’en va pas de même pour les habitats. En l’état actuel des données, les indices d’habitats néolithiques restent assez rares dans le sud-ouest sartenais, en dehors de ces stations de Pastini. Plusieurs visites sur le terrain ont été nécessaires à la fois pour retrouver les sites et identifier la provenance des ramassages précédents. Cinq stations de plein air néolithiques (Piaghjola 1 et 2 et Pastini, stations A, B et C), une zone d’abris sous-roche au pied de la Punta Cardiccia ainsi qu’un tafonu-hypogée (Cardiccia soprana) et un habitat de hauteur sur la Punta Patania (Néolithique récent et âge du Bronze) ont été recensés. Les cercles de Canaghja ont été revus et décrits. L’inventaire des vestiges, station par station, est en cours.

7En ce qui concerne les statues-menhirs et le mégalithisme de Corse, on rappellera que les découvertes de nouvelles statues se poursuivent et celles-ci sont régulièrement décrites dans le Bilan scientifique annuel et dans des publications (actes du 2e colloque international sur la statuaire mégalithique, tenu à Saint-Pons-de-Thommières).

8Dans ce domaine plusieurs publications relatives au mégalithisme proprement dit, ou au contexte chronologique de la fin du Néolithique, ont été réalisées dans le cadre du PCR et font largement le point de ces questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André D’Anna, Roland Chessa, Franck Leandri, Henri Marchesi et Pascal Tramoni, « Étude de sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23442

Haut de page

Auteurs

André D’Anna

CNRS

Articles du même auteur

Roland Chessa

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Franck Leandri

Afan

Articles du même auteur

Henri Marchesi

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Pascal Tramoni

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

André D’Anna

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search