Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1998Projets collectifs de recherchePaysages, renouvellements de faun...

1998
Projets collectifs de recherche

Paysages, renouvellements de faunes et anthropisation de la Corse au Tardiglaciaire et à l’Holocène

Projet collectif de recherche (1998)
Responsable d’opération : Jean-Denis Vigne

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Le PCR « Paysages, renouvellements de faunes et anthropisation de la Corse, au Tardiglaciaire et au début de l’Holocène » a été créé pour une première année au début de 1998. Il a réuni 23 chercheurs et doctorants constituant une équipe pluridisciplinaire à large spectre : responsables de fouilles, archéologues culturalistes corses et italiens, spécialistes de l’industrie lithique et de la céramique, anthropologues, géologues et géoarchéologues, anthracologues et palynologues, spécialistes des malacofaunes terrestres et marines, des poissons, des amphibiens et reptiles, des oiseaux, des micromammifères et de la grande faune. Il concentrait ainsi les efforts d’une dizaine de laboratoires de sciences naturelles et d’archéologie sur cinq sites stratifiés récemment fouillés ou en cours de fouille. Deux d’entre eux (Monte Leone et Gritulu) concernent le Tardiglaciaire et le Mésolithique, les autres renvoyant au Néolithique et à l’âge du Bronze. Pour cette première année, les efforts se sont concentrés sur les deux sites anciens et sur les questions concernant l’évolution des paysages et les relations entre la grande faune insulaire autochtone et les premières colonisations de la Corse par l’homme moderne.

2La stratigraphie de la grotte de Gritulu (Luri, Haute-Corse) a été révisée (voir dans ce bilan annuel la rubrique Gritulu). Une première datation radiométrique U/Th (C. Causse) de 11 600 ± 600 ans av. J.-C. a confirmé que la base du remplissage fossilifère, qui repose sur une succession de planchers stalagmitiques attribuables à la fin du Würm, date du Bôlling­AIIerôd. Le tri et l’analyse archéozoologique des refus de tamis collectés lors de la fouille de 1996 ont mis en évidence deux phases principales d’accumulations d’ossements de Episorriculus corsicanus, Rhagamys orthodon, Tyrrhenicola henseli, Prolagus sardus, et Megaceros cazioti dans ces horizons. Cynotherium sardus semble principalement associé au plus ancien de ces épisodes, tant par ses restes osseux et dentaires que par les nombreux coprolithes d’adultes et de jeunes (mise en évidence des restes d’une tanière), d’ailleurs en cours d’analyse paléoparasitologique (F. Bouchet et J.-C. Paicheler). analyse du matériel collecté en 1996, et l’opération de vérification menée en 1998, n’ont pas permis de mettre en évidence le moindre indice de fréquentation humaine de la cavité durant cette période. Il a été confirmé que les dépôts Bôlling-AIIerôd étaient surmontés d’une formation attribuable au Dryas récent. Le cortège faunique y est semblable au précédent, Cynotherium semblant toutefois beaucoup plus rare, voire absent. Les seuls possibles indices de fréquentation humaine dans cet horizon (charbons de bois collectés dans . la partie supérieure du remplissage) se sont révélés, à la datation radiométrique, être des pollutions récentes. Différents prélèvements ont été réalisés, d’une part pour compléter les datations radiométriques de cette séquence, d’autre part en vue de son analyse palynologique.

3Ainsi, il est apparu que Megaceros cazioti a perduré en Corse au moins jusqu’au Dryas récent inclus. Espèce absente du premier horizon holocène bien individualisé, qui date du Boréal (Ly-823 (0xA) : 8130 ± 70 BP) et a livré une industrie mésolithique (L. Costa).

4Cette phase mésolithique a été analysée plus en détail à partir du matériel issu de la fouille de 1995 sur le site du Monte Leone (Bonifacio, Corse-du-Sud). Le tri des vestiges archéographiques et fauniques contenus dans l’énorme masse de refus de tamis (plus d’une tonne) accumulés lors de la fouille a été achevé (V. Bourdillat) et les témoins confiés aux différents spécialistes. Une première approche des répartitions spatiales a été réalisée (V. Bourdillat, J.-D. Vigne). Elle confirme que les différentes phases stratigraphiques mises en évidence à la fouille correspondent à des occupations humaines successives au fil desquelles l’organisation spatiale s’est modifiée, dans le courant du viiie millénaire av. J.-C. La phase récente est de loin la plus riche. L’analyse spatiale montre également que les déchets alimentaires (carporestes, coquilles marines, grands et petits poissons, Prolagus) ont été accumulés dans le secteur est, alors que les déchets lithiques sont plutôt concentrés au sud, dans la zone où ont été reconnues plusieurs petites fosses. Une partition des activités est ainsi esquissée. Les restes humains et les éléments de parure sont réunis sur une faible surface, ce qui accrédite l’hypothèse d’une sépulture bouleversée. Les restes de microvertébrés (S. Bailon, J.-D. Vigne) apparaissent également en une concentration principale, qui résulte probablement de l’accumulation de quelques pelotes de réjection de rapaces durant un épisode d’abandon du site par l’homme.

5L’analyse préliminaire des ossements de grande faune (J. Cuisin, J.-D. Vigne) a mis en évidence la présence discrète de mammifères marins (petits dauphins, phoque moine) et d’un grand oiseau, la grande outarde (Otis tarda), jusqu’à présent inconnu en Corse et assurément consommé par l’homme au Monte Leone (traces de découpe). Ces observations complètent la perception que nous avions de la subsistance, malgré tout principalement fondée sur l’exploitation du petit gibier terrestre et sur la pêche (N. Desse-Berset). Des analyses isotopiques (H. Bocherens, E. Pouydebat) ont été menées sur les témoins animaux et les restes humains. Pour les compléter, une phalange a été prélevée sur le squelette de la couche XVIII d’Araguina-Sennola.

6Les analyses palynologiques (Bui Thi Mai) et anthracologiques (C. Heinz et S. Thiébault) ont précisé l’image d’un paysage ouvert à végétation thermoméditerranéenne, confirmée par la malacofaune terrestre (J. André). On note la relative abondance d’une espèce d’Uimacée (Micocoulier ?), par ailleurs également reconnue à Gritulu.

7L’analyse du matériel lithique, qui constitue la plus vaste collection mésolithique de Corse (et des îles de Méditerranée occidentale), a été engagée d’un triple point de vue: typologique, technologique et géologique (L. Costa, F. de Lanfranchi et C. Tozzi). La recherche de provenance des matières premières devrait notamment permettre de préciser la mobilité des groupes humains concernés. Une comparaison avec le matériel du site mésolithique sarde de Porto Leccia (Gallura) a montré une grande parenté (C. Tozzi).

8En ce qui concerne le Néolithique et l’âge du Bronze, période pour laquelle il est prévu de commencer les premières opérations dans le courant de 1999, une synthèse des données disponibles concernant les dates d’arrivée des micromammifères sur les grandes îles méditerranéennes a été réalisée. Elle a clairement mis en évidence que toutes les espèces modernes (à l’exception du rat, immigré ultérieurement dans le Bassin Méditerranéen) ont envahi les îles méditerranéennes dans un temps relativement court, centré sur les ve et ive millénaires av. J.-C. Cette immigration massive ne peut s’expliquer que par une brutale augmentation de la fréquence des contacts maritimes entre le continent et les îles à cette époque, et/ou par une complexification des embarcations permettant aux micromammifères d’y passer plus souvent inaperçus. Il s’agit donc là d’une contribution supplémentaire à l’histoire, si mal connue, de la navigation méditerranéenne au Néolithique. Il conviendra, dans la suite des travaux archéologiques en Corse, de chercher à savoir en quoi cette invasion de micromammifères anthropophiles a pu influer sur les sociétés humaines, en particulier sur les pratiques agricoles.

9Durant l’année 1998, le PCR a donc enregistré de sensibles avancées concernant les derniers épisodes de vie de la grande faune endémique de Corse et les premières colonisations holocènes par l’homme moderne, en même temps qu’il précisait ses problématiques concernant le Néolithique et l’âge du Bronze. La suite du travail doit permettre d’aboutir sur les questions documentées en 1998 (publications dont une monographie sur le Monte Leone), et d’engager de nouvelles opérations sur les périodes ultérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Denis Vigne, « Paysages, renouvellements de faunes et anthropisation de la Corse au Tardiglaciaire et à l’Holocène » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23443

Haut de page

Auteur

Jean-Denis Vigne

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Vigne

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search