Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1999Projets collectifs de rechercheÉtude des sites mégalithiques cor...

1999
Projets collectifs de recherche

Étude des sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel

Projet collectif de recherche (1999)
Responsable d’opération : André D’Anna
Notice rédigée avec Laurent Codaccioni, Roland Chessa, Franck Leandri, Henri Marchesi, Alain Pasquet et Pascal Tramoni

Texte intégral

1Le projet collectif de recherches, intitulé « Étude de sites mégalithes corses dans leur contexte chronoculturel », est principalement réalisé par les chercheurs de l’UMR 6636 à Aix-en-Provence (Économie, Environnement, Société préhistoriques, université de Provence, CNRS, ministère de la Culture et de la Communication), en collaboration avec le musée départemental de Préhistoire corse à Sartène. Programmé sur deux années, 1998 et 1999, le PCR a permis de progresser de manière significative sur les questions d’origine et de développement du mégalithisme en Corse, grâce aux apports des opérations constituantes du projet : le site du Monte Revincu à Santo-Pietro-di-Tenda et celui de Renaghju à Sartène. Par contrecoup, la connaissance de l’évolution chronoculturelle du Néolithique de la Corse s’en est ainsi trouvée renouvelée. Cependant, la fouille du Monte Revincu, suspendue pour permettre l’élaboration des données acquises depuis 1996 et envisager une nouvelle approche du site, reste inachevée. La prolongation de la fouille du site de Renaghju en 2000, réorientée à la suite de la découverte en 1995 d’une occupation du Néolithique ancien cardial relativement bien conservée sous les niveaux mégalithiques, s’est avérée nécessaire pour achever le décapage des horizons mégalithiques.

2Plusieurs opérations de prospections, assorties parfois d’un bilan de la documentation disponible pour certains sites majeurs, ont été menées à bien et une table ronde d’étape, intitulée « Aspects du mégalithisme de la Corse, recherches en cours et perspectives » a été organisée à Casta et Saint-Florent en septembre de cette année.

3En premier lieu, il s’agissait de poursuivre les prospections autour des sites du Monte Revincu et de Renaghju. Dans les Agriates, elles ont permis la découverte sur le plateau du Capu Castincu de trois nouvelles statues-menhirs. Sur le plateau de Cauria, les prospections systématiques ont été particulièrement fructueuses. Elles ont permis de préciser l’importance et la chronologie des stations de Caseddu di Funtanaccia, Stazzona et Crucanesi supranu et de repérer deux nouveaux sites de plein air au nord-est de Renaghju : Ramagnola 1 et 2. Quelques vestiges isolés ont été aussi localisés, parmi lesquels un petit percuteur et un fragment de pendentif. Plusieurs fragments de menhirs et de dalles ont été identifiés dans l’aire à dépiquage de Cicali, ainsi que les vestiges d’une petite structure mégalithique détruite à proximité immédiate, probablement le coffre de Funtanaccia II signalé en 1910 par L. Giraux.

4En parallèle, trois nouvelles opérations de prospections-inventaires ont été réalisées : en Cinarca, sur le territoire de la commune de Grossa et sur la commune de Sartène. Afin de formaliser les résultats obtenus depuis le début du PCR sur la région de Sartène, qui a constitué, rappelons-le, l’un des principaux secteurs d’intervention, Laurent Coddaccioni a entrepris dans le cadre d’une maîtrise à l’université de Provence la réalisation d’un atlas préhistorique de la commune. Près de 130 sites compris entre le Néolithique et l’âge du Bronze ont été ainsi traités. Dans la région de Porto-Vecchio, il s’agissait essentiellement de préciser la nature et la chronologie des sites déjà recensés sur la rive sud du golfe. Des opérations ponctuelles de relevés et d’études des séries déposées au dépôt de fouilles de Sartène ont été entreprises pour les complexes mégalithiques de Capu di Locu à Belvédère-Campomoro, de Vasculacciu-Urgonu à Figari, de Tivulaghju à Porto-Vecchio et de Cardiccia-Foce-Pastini à Sartène. Une première approche de l’ensemble des sites à pierres dressées du plateau de Paccionituli à San-Gavinu-di-Carbini et Zonza a été entreprise. Des sondages de vérification ont été réalisés sur le site de hauteur de Pianu di u Grecu à Sartène et sur les habitats côtiers de Musuleu 1 et 2 à Porto-Vecchio.

5Le PCR a permis depuis 1994 de franchir une étape qualitative dans la recherche sur le mégalithisme de la Corse et sur l’évolution du phénomène dans son contexte chronoculturel. Des avancées significatives ont été enregistrées dans de nombreux domaines.

6On dispose actuellement d’un inventaire des mégalithiques de la Corse mis à jour et relativement fiable, à partir de la révision de la documentation ancienne. Actuellement, cet inventaire est enregistré dans la base Dracar du service régional de l’archéologie et a permis de faire progresser quantitativement et qualitativement la « Carte archéologique de la Corse » sur ce point.

7Les problèmes de terminologie et de typologie ont été clarifiés et le vocabulaire a été harmonisé. C’est là l’un des apports majeurs de la fouille des alignements de Renaghju concernant les pierres dressées.

8Le développement des prospections systématiques a confirmé le très fort potentiel archéologique de certains secteurs mal connus comme les régions de Zonza et de Grossa par exemple : des zones à forte densité d’occupation livrent encore de nouveaux sites. Par ailleurs, ces prospections ont conduit à une meilleure connaissance des territoires dans lesquels les monuments ont été érigés.

9Les datations radiométriques obtenues au Monte Revincu et à Renaghju, l’analyse des séries de mobilier issu de ces opérations, permettent d’apporter des précisions déterminantes sur le problème de la chronologie du mégalithisme de la Corse. Les résultats, même s’ils demandent à être affinés, conduisent d’ores et déjà à une actualisation des schémas jusqu’ici retenus.

10Les acquis du programme depuis 1994 sont donc substantiels, mais restent en grande partie à mettre en forme et à confronter. La totalité de la documentation ainsi rassemblée doit être entièrement mise en perspective dans l’optique d’une synthèse faisant le point des connaissances. Notre objectif est de la produire rapidement sous forme d’un ouvrage collectif dont la forme reste à préciser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André D’Anna, Laurent Codaccioni, Roland Chessa, Franck Leandri, Henri Marchesi, Alain Pasquet et Pascal Tramoni, « Étude des sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23510

Haut de page

Auteurs

André D’Anna

CNRS

Articles du même auteur

Laurent Codaccioni

Articles du même auteur

Roland Chessa

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Franck Leandri

Afan

Articles du même auteur

Henri Marchesi

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Alain Pasquet

Articles du même auteur

Pascal Tramoni

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

André D’Anna

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search