Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBretagne199835 – Ille-et-VilaineVisseiche – La station d’épuration

1998
35 – Ille-et-Vilaine

Visseiche – La station d’épuration

Évaluation (1998)
Responsable d’opération : Catherine Hervé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Suite au projet de construction d’une station d’épuration sur la commune de Visseiche, un diagnostic archéologique a été mis en place du 17 au 23 juin 1998.

2D’une superficie de 10 500 m2, la parcelle concernée par ce projet se localise dans un secteur hautement sensible ; en effet, située à mi-chemin entre le cours de la Seiche et le site de la nécropole mérovingienne fouillée en 1985 par J.-P. Bardel, elle borde également la voie gallo-romaine reliant Rennes à Angers. Cette dernière a été récemment attestée lorsqu’elle a été découverte en 1995 lors d’un projet de modification du tracé routier actuel juste après le franchissement de la Seiche. La voie a été fouillée sous la responsabilité de G. Leroux, sur plusieurs mètres de long et sur toute sa largeur ; en parfait état de conservation, cette découverte a permis d’une part de confirmer le passage de la voie à cet endroit et d’autre part, de relancer des interrogations sur la nature exacte de l’agglomération de Visseiche à cette époque et sur sa pérennité. À l’heure actuelle, on suppose qu’elle pourrait être l’une des deux stations ponctuant le parcours de la voie gallo-romaine reliant Condate (Rennes) à Juliomagus (Angers) sous le nom de Sipia. L’étymologie probable du nom de Visseiche ne serait autre que Vicus Sipia, c’est à dire « Le village sur la Seiche ». Malgré toutes ces présomptions, jamais aucun vestige de l’époque antique n’a été authentifié ; on parle de « thermes gallo-romains » découverts dans le cimetière actuel mais ils n’ont jamais été officiellement attestés. Or la parcelle à sonder jouxte ce dernier.

3Sur ces 10 500 m2, 25 tranchées d’une largeur de 2,05 m ont été ouvertes dans un premier temps. Toutes se sont révélées positives sauf une. Dans un second temps, 3 tranchées ont été élargies afin de détecter d’éventuelles concentrations de trous de poteaux. D’après les résultats obtenus, nous pouvons diviser la parcelle en 4 zones.

4Dans le secteur situé le long de la voie gallo-romaine et à quelques dizaines de mètres du cimetière actuel, plusieurs aménagements (radier ou fossé, fosses, foyer ou sol construit à partir de tegulae) et une abondante quantité de céramique gallo-romaine ainsi que des scories présents dans le remplissage d’une des fosses laissent supposer une occupation en bordure de la voie dès l’Antiquité. Toutefois, il s’agit d’un secteur partiellement inondable, ce qui a pu remettre en cause la pérennité de cette occupation. Il est donc fort probable que les aménagements principaux et durables aient été installés plus haut à proximité du cimetière, à l’abri des inondations.

5Dans la partie nord-ouest, une densité importante de trous de poteaux et de fosses a été décelée.

6Une grande fosse d’une profondeur atteignant au moins 2 m et d’une largeur d’environ 10 m située au sud du cimetière, a été comblée de limon et de céramique gallo-romaine. La nature de cette dernière reste difficile à déterminer (carrière ?). De plus, une occupation immédiatement postérieure à ce comblement a été observée sous la forme de trous de poteaux avec calages. Enfin, on remarque la présence d’un fossé très large, légèrement incurvé du nord-ouest vers le sud-ouest. En l’absence d’élément de datation et face à une distance trop importante, il nous est impossible de le rattacher à l’enclos découvert en 1985.

7Dans la partie centrale, le réseau de fossés s’intensifie alors que la présence de trous de poteaux se raréfie. Leur orientation est relativement homogène (nord-ouest – sud-est) ; seul un groupe de fossés orientés nord-sud – est-ouest se localise dans la partie S/E. Bien que présentant dans leur comblement des fragments de terre cuite architecturale, il nous est impossible de confirmer leur datation en l’absence totale d’élément de datation plus affirmatif. Quelques sondages dans certains de ces fossés ont révélé différents profils et un état de conservation très variable.

8Ce réseau parcellaire très dense nous indique probablement que nous sommes déjà à l’écart des zones habitables. Enfin la partie sud-ouest correspondant à l’extrémité de la parcelle n’a livré que peu de trace et datable essentiellement de l’époque moderne. Ceci peut s’expliquer à la fois par la topographie puisque nous sommes en zone inondable et par la trop grande distance qui nous sépare à présent de la voie gallo-romaine. Ce diagnostic a été suivi d’une opération de fouille archéologique deux semaines plus tard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Hervé, « Visseiche – La station d’épuration » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bretagne, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23750

Haut de page

Auteur

Catherine Hervé

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Hervé

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search