Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBretagne199829 – FinistèreLe Petit Trégor (29)

1998
29 – Finistère

Le Petit Trégor (29)

Prospection inventaire (1998)
Responsable d’opération : Estelle Yven

Texte intégral

1Cette année, nous avons poursuivi la prospection du secteur de Morlaix en investissant davantage une zone située entre deux cours d’eau, le Jarlot et le Douron, à l’est, en somme, des sites importants déjà repérés par l’équipe de Pierre Gouletquer.

2Grâce à des subventions attribuées par l’État et le Département du Finistère, nous avons organisé, en plus des prospections individuelles, un stage de terrain et sillonné ainsi, avec l’aide d’une vingtaine de personnes, près de 150 parcelles. Les résultats de ces travaux confirment les impressions de l’année passée quant à l’existence de « zones pauvres » au sein d’un territoire mésolithique.

3Certes, la méthode employée suscitera la critique de certains archéologues quant à l’emploi d’une telle expression mais un travail de longue date la justifie. En effet, en plus des résultats obtenus au cours du stage, nos hypothèses se basent sur l’expérience de diverses personnes qui ont sillonné, pendant des années, ce secteur sans jamais repérer de site véritablement important malgré leur connaissance du terrain. Cette zone présente pourtant les mêmes caractéristiques que la zone à forte occupation comprise entre le Queffleuth et le Jarlot avec l’existence d’affleurements de microquartzite-calcédonieux et d’ultramylonite de Mikaël, une utilisation de ces deux roches et l’existence de localisations topographiques favorables. Certains affleurements d’ultramylonite de Mikaël comme ceux de la Forge (Plougonven, Finistère) et de Cosquer (Plougonven) ou de microquartzite-calcédonieux tels ceux de Kerdavid 2 (Plougonven) et de Cazin Huella (Plouigneau, Finistère) étaient connus des hommes préhistoriques comme en témoignent quelques brides de débitage mais ils ne peuvent être assimilés à des « sites-carrières » capables de concurrencer le Clos (Plourin-lès-Morlaix, Finistère) ou Mikaël (Plougonven).

4Ainsi les hommes des Mésolithiques moyen et récent semblent avoir préféré s’installer dans un secteur restreint tout en maîtrisant un territoire plus vaste qualifié de « secteur d’exploration ».

5Seuls deux sites relativement importants ont pu être repérés dans cette zone d’exploration, celui de Parc Balan et celui de Verven en Plouigneau.

6Le premier surplombe un affluent du Dourduff. L’expérience et la compétence des prospecteurs ont permis d’esquisser une organisation dans la distribution spatiale des objets. Nous avons pu distinguer une zone réservée au débitage dans laquelle abondent entames, nucléus et gros éclats et une autre réservée aux outils. Le microquartzite-calcédonieux est utilisé d’une façon très marginale sur ce site puisqu’il ne concerne que 2 % des objets. Les quelques pièces en microquartzite-calcédonieux témoignent seulement d’une connaissance d’un matériau non recherché. L’étude du débitage permet d’aborder, avec prudence et sous toute réserve, les questions de chronologie. Les lamelles très étroites (dont la largeur est inférieure à 10 mm) représentent une proportion relativement importante du débitage ; quant aux autres lamelles, elles sont préparées au niveau du bulbe et régulières. Ces données caractérisent les sites du Mésolithique ancien. Les armatures sont quasi-inexistantes ; seule une pointe à troncature oblique confirmerait cette première attribution. Le second surplombe un affluent du Douron. Les produits du début de la chaîne opératoire de débitage ont pu être localisés de façon précise. La répartition des produits élaborés diffère de cette première concentration. Alors que Verven se situe à proximité de l’affleurement de Cazin Huella, seulement 5 % des pièces sont en microquartzite-calcédonieux. Les pièces en calcédoine portent souvent des retouches et sont de belle qualité, de plus, aucun objet en ultramylonite de Mikaël n’a été trouvé. On pourrait conclure qu’à une certaine époque les hommes ne connaissaient pas ces affleurements. Cette hypothèse semble difficilement soutenable en raison de la présence, marginale mais réelle, du microquartzite-calcédonieux.

7Les artefacts de Verven présentant les mêmes caractéristiques de débitage que ceux de Parc Balan, il semble qu’à certaines périodes les mésolithiques aient procédé à une sélection de leur matière première, à des choix culturels. Ces deux sites pourraient témoigner de variantes dans la gestion des territoires, reste à parfaire les échantillonnages et à systématiser ces observations.

Fig. 1 Sites mésolithiques mis en évidence dans le Petit Trégor

Fig. 1 – Sites mésolithiques mis en évidence dans le Petit Trégor

E. Yven.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Sites mésolithiques mis en évidence dans le Petit Trégor
Crédits E. Yven.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Yven, « Le Petit Trégor (29) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bretagne, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23819

Haut de page

Responsable d’opération

Estelle Yven

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search