Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201527 – EureBreteuil-sur-Iton – Rue Docteur-B...

2015
27 – Eure

Breteuil-sur-Iton – Rue Docteur-Brière et rue Gilbert-Gaudin

Fouille préventive (2015)
Responsable d’opération : Héloïse Estéves
Notice rédigée avec Chhavy-Cyril Tan

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Archeodunum SAS

Texte intégral

1Breteuil-sur-Iton est une importante place-forte dans le réseau castral du duché de Normandie. Siège d’un honneur, la forteresse, dont le système défensif est composé d’enclos et de levées de terre, est édifiée sous l’impulsion du duc Guillaume le Bâtard après la bataille de Mortemer en 1054. Ce dernier en confia la garde à l’un de ses plus proches fidèles, Guillaume Fitz Osbern. La mise en place du bras forcé de l’Iton ferait partie de cette campagne d’aménagements.

2Le projet de lotissement déposé par la société Siloge à l’angle des rues du Docteur Brière et Gilbert Daudin, a conduit à la mise en place d’un diagnostic archéologique, accompagné d’une étude du bâti d’une maison en ruine sur l’emprise de l’opération. Le diagnostic, réalisé du 15 au 17 avril 2015 sous la direction de N. Roudié (Inrap), a donné lieu à une prescription de fouille réalisée par le cabinet d’étude Archeodunum SA en mars et avril 2015. Le projet d’aménagement se situe en bordure extra muros sud de la ville médiévale, sur un terrain en friche accusant une légère pente nord-sud, à l’origine d’une nette différence de formations à l’amont et à l’aval du site. L’emprise de la fouille est délimitée au sud et à l’ouest par le bras forcé de l’Iton, dont le débit ne semble pas suffisamment élevé pour avoir déposé des sédiments en bas de pente. La couverture pédologique est en effet assez ordinaire, avec une épaisse terre végétale reposant sur des remblais volumineux.

3La fouille, couvrant une superficie de 2 453 m2, a mis au jour 348 structures. L’étude du site étant en cours, les conclusions présentées ici sont préliminaires et demanderont à être complétées. Les vestiges identifiés peuvent être divisés en cinq ensembles principaux, qui correspondent globalement aux cinq principales phases d’occupation.

4La première phase d’occupation est représentée par plusieurs structures en creux ayant livré des indices de datation les reliant aux xie et xiie s., ce qui correspond à la période des aménagements de la forteresse et du cours de l’Iton commandités par Guillaume Le Conquérant.

5La fouille a essentiellement mis en lumière une partie d’un quartier artisanal à l’extérieur immédiat de l’enceinte médiévale de ville. Il s’agit d’un probable atelier de tannage daté des xiiie-xive s., qui se manifeste par la présence d’une série de bassins maçonnés et de fosses. Quatre ensembles ont été individualisés (3 bassins et 1 bâtiment) : les bassins 1 et 2, associés au bâtiment 4 au sud de la moitié nord du site d’une part et d’autre part le bassin 3 au nord de l’emprise.

6Chaque bassin est constitué de cuves aux dimensions assez similaires caractérisées par une longueur variant de 2,06 m à 2,15 m pour une largeur de 0,71 m à 0,83 m (mesures internes). Le bassin 1 est composé de 2 cuves alignées dans le sens de la longueur ; le bassin 2, très proche, à environ 1,70 m plus au sud, est constitué de 3 cuves alignées dans le sens de la largeur. Ces bassins sont conservés sur 0,70 m à 1,20 m de hauteur. Le bassin 2 présente deux excroissances maçonnées au nord encadrant une fosse creusée contre la face nord du bassin.

7Cette fosse trouve son pendant dans une autre fosse assez semblable contre la face sud de la cuve est du bassin 1. Les deux bassins semblent avoir été utilisés de manière concomitante d’autant que leurs cuves sont parallèles.

8À cela s’ajoute le bâtiment 4, de plan carré, collé à l’est du bassin 1, mais dont la relation stratigraphique n’a pas été observée pendant la phase terrain.

9Cet ensemble est complété par un fossé orienté est-ouest partant du bâtiment 4 et se prolongeant dans la coupe du site longeant le bassin 1. Ce fossé est maçonné contre la paroi nord du bassin 1 ; une canalisation maçonnée a été installée dans son fond. Tout cet ensemble paraît cohérent même si le fonctionnement n’a pas encore été compris à ce stade de l’étude.

10Le bassin 3 en plus d’être isolé au nord est particulier à plus d’un égard : il présente 2 états de construction. Le bassin était composé d’une cuve unique d’une largeur de 3,12 m pour une largeur de 0,92 m. Dans un deuxième état, une maçonnerie est installée dans la cuve pour réduire sa taille (2,77 m x 0,92 m) et ajouter une seconde cuve (2,77 m x 1,06 m) à l’est. Le bassin 3 étant isolé, il pourrait appartenir à un autre groupe de bassins se développant au nord, à l’extérieur de l’emprise. Toutefois, ses dimensions (au second état) semblent le rattacher aux bassins 1 et 2. Nous ferons remarquer que ces hypothèses ne sont pas contradictoires et qu’il y a très bien pu y avoir plusieurs zones de travail au sein d’un grand ensemble artisanal avec quelques modifications (identifiées à travers les différents états de maçonneries). D’autres fosses pourraient être associées à cet ensemble.

11L’abandon de cette activité se situerait au xve s. avec un remblaiement massif scellant la zone. Les études de la céramique, de la faune et des carporestes sont en cours, et permettront une analyse plus poussée de cette phase d’occupation.

12La troisième phase correspondrait à l’abandon de l’occupation artisanale avec un certain nombre de fosses creusées au nord qui entraîne la destruction d’une partie du bassin 3 puis un remblaiement de tout le site. Ce remblai a livré un très grand nombre de scories qui sont issues de production de bas-fourneau, n’excédant donc pas le xive s.

13L’occupation de la zone en jardin présente en 1736 en lien avec l’habitation située dans la moitié sud de la fouille correspond à la phase 4 couvrant la période du xvie au xviiie s.

14La dernière occupation, datée du xixe s., n’est présente qu’au travers un fossé orienté ouest-est avec un coude dans la partie nord de la fouille.

Fig. 1 – Localisation et plan masse

Fig. 1 – Localisation et plan masse

DAO : C.-C. Tan (Archeodunum).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation et plan masse
Crédits DAO : C.-C. Tan (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Estéves, Chhavy-Cyril Tan, « Breteuil-sur-Iton – Rue Docteur-Brière et rue Gilbert-Gaudin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23886

Haut de page

Auteurs

Héloïse Estéves

Archeodunum

Chhavy-Cyril Tan

Archeodunum

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Héloïse Estéves

Archeodunum

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search