Navigation – Plan du site
2008

Audenge – Maignan

Responsable(s) des opérations : Luc Wozny
Notice rédigée par : Luc Wozny

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025375

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Un vaste programme immobilier est à l’origine d’une expertise archéologique des terrains sisà Audenge. Le diagnostic a été réalisé dans un contexte de découvertes anciennes attribuées à l’artisanat de la poix durant l’Antiquité. L’étude archéologique de ces occupations littorales n’a de valeur et de portée qu’accompagnée de l’examen attentif de l’environnement ancien et des terrains qui supportent les vestiges des activités humaines anciennes : choix et conditions de l’implantation, ressources naturelles et nature des activités.

2Sur la base de cette réflexion et pour une surface de projet de 25 000 m2, 1 700 m2 de terrains ont été sondés dans une optique archéologique étroitement imbriquée dans un protocole géo-archéologique mis en place entre le responsable d’opération et le géologue depuis 2005 et les fouilles voisines de Biganos « Bois de Lamothe ».

3Sur 32 sondages réalisés, seuls cinq sont strictement négatifs. Tous les autres révèlent une forte densité d’occupation à vocation artisanale et résidentielle au nord d’un petit ruisseau qui se jette dans la lagune d’Arcachon.

4 Les fragments de jarres à poix sont présents sur toute l’emprise du site (700 tessons de jarres pour 800 tessons au total) dans les structures en creux, en calage de trous de poteau ou en réutilisation dans des structures liées à ces activités caractéristiques du secteur et de toute la façade atlantique sud. L’un des sondages a livré, par exemple, une structure spectaculaire composée de deux creusements garnis de plusieurs couches de grands tessons de jarres à poix et de tegulaeliés à l’argile crue (Fig. n°1 : Structures 4 et 5 - Relevé au niveau d’apparition et demi fouille). La première fosse est circulaire et présente un certain nombre de gros tessons en position verticale. La seconde est quadrangulaire aux angles arrondis. Même si aucun charbon, ni aucun résidu goudronneux, ni aucune trace de chauffe n’ont été enregistrés pour cet ensemble, il semble bien qu’il s’agisse là d’une unité liée à la fabrication de poix, au moins à sa transformation, dans une de ses phases de préparation ou d’affinage.

5La présence de mobilier domestique enregistrée à différents endroits très densément occupés par des structures en creux suggère une occupation durable depuis le Ier s. jusqu’au IIIe s. apr. J.-C. L’abondance de la céramique spécialisée (jarres, cuviers et autres récipients associés) n’a d’égale que la qualité et la variété du vaisselier domestique, depuis le vase commun à la céramique sigillée, des amphores aux poteries de Vayres et d’Aquitaine méridionale.

6La présence de silex taillés à l’interface entre le fond des structures antiques, les sables blancs et un paléosol brun rouille, soulève l’hypothèse de la découverte de vestiges appartenant à la phase récente du Paléolithique final et/ou au Néolithique.

7Le diagnostic archéologique réalisé à Audenge « Maignan » 2 en mai 2008 a donc permis de cerner une partie importante du site archéologique détecté localement dans les années 80. L’expertise actuelle a mis en évidence une partie de la zone occupée durant l’époque romaine par des populations vivant visiblement, au moins pour une grande part, d’une économie liée à l’artisanat de la poix.

8Les perspectives de fouille de ce type de site associant le résidentiel et l’artisanal, pour un secteur et un cadre de recherche encore très mal défini en archéologie (économie et commerce de la poix dans l’Antiquité sur le bassin d’Arcachon et le territoire des boiates), et géo-archéologie (formations littorales, dunaires, lagunes, forêt, etc.) sont primordiales à la compréhension et à la connaissance de cette activité à cet instant donné. Le pin maritime, présent en position naturelle sur le littoral atlantique constitue bien évidemment la base de cette activité, activité qui répond sans doute pour une part à l’essor du vignoble aquitain mais également à la batellerie et au commerce florissant de ces zones littorales entre Aquitaine méridionale et septentrionale.

9La place commerciale la plus enviable reste sans conteste, Biganos au « bois de Lamothe », dont les fouilles récentes tendent à révéler le caractère fédérateur et le rôle de réceptacle des productions locales spécialisées ou non et satellites dont Audenge fait partie (Wozny, 2005-2006-2007). Biganos est un port boiate abrité sur le delta de l’Eyre et débouchant sur la lagune d’Arcachon. C’est une place privilégiée au carrefour des voies terrestres littorales, fluviales et maritimes entre Dax et Bordeaux.

10Biganos est la destination de transit de toutes ces productions. Audenge est située à 6 km de Biganos et dans l’état actuel des connaissances, «Maignan » correspond au plus important centre de production de poix. De la coopérative de Biganos en quelque sorte, pouvaient partir ces résines et poix par la route ou par mer vers Burdigalaet d’autres destinations plus lointaines. Il faut citer ici le cas de l’épave de Guernesey dont la fouille a livré de la résine originaire du littoral aquitain proche d’un estuaire (Rule et Monagham, 1993). À noter également la découverte récente d’un pain de résine à Bordeaux quartier Mériadeck (fouilles A. Pons-Métois, 2005, INRAP, études en cours).

11En ce qui concerne la géo-archéologie, les conclusions de Thierry Gé et des analyses préliminaires soulignent que le site de Maignan offre les conditions optimales pour une reconstitution paléo-environnementale d’ampleur visant à caractériser l’évolution du paysage local en relation avec des activités artisanales attribuées à la période antique.

12Ce site, implanté à proximité du cordon littoral et des milieux lagunaires (sites de Biganos et associés aux sols pédologiques intercalés dans les formations dunaires du Pyla ou de la plage de la lagune, sur la commune de La Teste-de-Buch) contribuerait de façon déterminante à restituer l’évolution de la zone littorale extrêmement riche d’un point de vue archéologique.

13Les fouilles au sein des lagunes d’Arcachon (fouilles du site portuaire antique de Biganos sous la responsabilité de L. Wozny) ou de Sanguinet (fouilles subaquatiques sous la responsabilité de B. Maurin) et les fouilles de P. Jacques sur la bordure océanique à La Teste ou les travaux du GAPO dirigés par J.-C. Merlet (centre de recherches archéologiques des Landes) attestent de l’actualité des recherches en cours dans la région.

14Wozny Luc avec la collaboration de Gé Thierry

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Structures 4 et 5 - Relevé au niveau d’apparition et demi fouille

Fig. n°1 : Structures 4 et 5 - Relevé au niveau d’apparition et demi fouille

Auteur(s) : Wozny, Luc (INRAP). Crédits : Wozny, Luc, INRAP (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Structures 4 et 5 - Relevé au niveau d’apparition et demi fouille
Crédits Auteur(s) : Wozny, Luc (INRAP). Crédits : Wozny, Luc, INRAP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Luc Wozny, « Audenge – Maignan », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2389

Haut de page

Responsable d'opération

Luc Wozny

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals