Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201576 – Seine-MaritimeEu – Bois-l’Abbé

2015
76 – Seine-Maritime

Eu – Bois-l’Abbé

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Étienne Mantel
Notice rédigée avec Stéphane Dubois et Louison Deschamps

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : ministère de la Culture

Texte intégral

1La campagne de fouilles programmées 2015, à Briga, a été très riche en découvertes durant les presque quatre mois de chantier. L’essentiel de l’activité a été menée en périphérie immédiate du sanctuaire.

Aux origines de Briga

2L’existence d’un important site protohistorique à la pointe du plateau du Bois-l’Abbé est une découverte récente. Depuis six ans, des horizons conservés par endroits et du mobilier isolé sont mis en évidence chaque année, au fur et à mesure des ouvertures, sur une superficie de plus en plus étendue, désormais distante jusqu’à une centaine de mètres au nord-est et au sud du lieu de culte. La zone d’épandage de ces vestiges protohistoriques couvre un peu plus d’1 ha, avec des concentrations plus ou moins fortes, depuis les abords du fanum 3 jusqu’à l’habitat précoce au sud du Bâtiment Est et dans le sondage 12. Le corpus mobilier comprend quelques milliers de tessons (dont beaucoup très fragmentaires issus du sanctuaire, d’autres plus frais et moins morcelés provenant de plusieurs paléosols conservés), environ trois cents silex taillés et de rares objets métalliques.

3L’îlot II, en cours de fouille, semble vide de toute construction antique au nord du fanum 7. À titre de test, il a été procédé dans ce secteur (espace LVIII) à un deuxième décapage mécanique, consistant à retirer par petites passes prudentes les recharges de cailloutis successives.

4En dessous (10 à 15 cm de profondeur) sont apparues quelques structures en creux, qui correspondent à des tronçons de fossés très arasés, et à quelques fosses creusées dans le substrat naturel. L’un de ces fossés, étroit et courbe (St. 1), se présente comme une saignée de 15 à 20 cm d’ouverture pour une profondeur de 20 cm ; son profil évoque une tranchée de palissade. À proximité, une cuvette quadrangulaire profonde de quelques centimètres (st. 2) correspond au fond d’une Eu, Bois-l’Abbé : plan général interprété des zones fouillées avec les îlots (É. Mantel dir.).fosse. Au sud de ce fossé sont apparues cinq autres structures, dont trois n’ont pas encore été fouillées (st. 4, 5 et 6). Les deux autres apparaissent comme une dépression linéaire peu profonde datée des périodes gauloise et gallo-romaine (st. 3) et un petit fossé bordier à l’est de la voie LVII, gallo-romain (st. 7). Pour l’heure, ce recours à un second décapage est resté très limité, « expérimental » si l’on peut dire, en raison de son caractère destructeur pour les niveaux antiques, voiries, sols de cours, qu’il faudrait sacrifier pour lire les niveaux sous-jacents. L’existence de structures en creux lisibles, qui permettraient de comprendre en plan l’occupation protohistorique, invite à poursuivre cette expérience, mais de manière raisonnée. Si importante que soit cette question des origines, il n’est en effet pas envisageable de procéder de manière extensive à ce deuxième décapage, au détriment de la conservation des vestiges gallo-romains.

5Le sud et l’est du bâtiment 7 (espaces AB, AB’ et LVIII) apparaissent comme le gisement d’une série importante de mobilier céramique du début du second âge du Fer. La fouille limitée de septembre a permis de mettre au jour un horizon très fin, fugace, que l’on peut assimiler également à un paléosol, à l’interface du terrain géologique et des niveaux archéologiques antiques. La surface au sol est peu lisible même en fouille manuelle, et il faut scruter attentivement le sol pour le repérer. Ce sont surtout les eaux pluviales qui, en lavant le cailloutis de silex roulé, très dense en surface des argiles à silex, ont définitivement mis en évidence des concentrations de tessons protohistoriques. Et en effet, plus de 500 fragments y ont été collectés. Cet ensemble correspond à un dépotoir secondaire en apparence très remanié : les collages s’y sont avérés très rares, et les différents bords de vases correspondent chacun à un récipient différent. La taille et la densité des tessons témoignent en tout état de cause d’une occupation dans le voisinage immédiat, dont le caractère domestique doit être envisagé (coupes, jattes, pots, passoire).

6Quelques bords carénés de pots situliformes (Aisne-Marne 54211-54212), deux bords de jatte à lèvre ourlée, quelques petits fragments de bords décorés d’impressions digitées, de petits bords arrondis à repli externe, constituent l’essentiel du répertoire. Ils sont associés à quatre éclats de silex « blond » dans le comblement du petit fossé en V (st. 1). On note, parmi la série modeste de céramiques fines, un tesson à décor incisé qui présente des S couchés entre deux rainures.

7Même si l’étude de ce lot découvert récemment reste tout à fait préliminaire, ces différents éléments orientent a priori la chronologie de ce secteur vers La Tène ancienne (La Tène A1-A2, voire B), ou éventuellement la phase ultime du premier âge du Fer (Hallstatt D3).

8Du mobilier lithique a également été prélevé : le comblement du fossé (st. 1) a livré quatre éclats de silex blond.

L’habitat augusto-néronien à l’intérieur de l’enceinte fortifiée

9La campagne 2015 a vu une extension du sondage 12 (cf. Bilan scientifique de Haute-Normandie 2011, p. 73-76), qui répondait à plusieurs questionnements : la voie était-elle contemporaine des habitats voisins, où appartenait-elle à une phase plus récente ? Les petits bâtiments observés étaient-ils des unités d’habitation à pièce unique, comme dans le sondage 13, ou fallait-il envisager plutôt une interprétation comme des « édicules » en lien avec l’activité cultuelle ? Il s’est avéré que l’ensemble de la zone décapée présente les caractères d’un quartier d’habitations disposées de manière assez dense, et que la voie, identifiable à une rue, borde cet îlot, parallèlement à l’enceinte et en direction du centre public. Neuf unités d’habitation ont été identifiées (incluant celles qui avaient été partiellement dégagées en 2011), ainsi qu’un bâtiment circulaire ou à enceinte circulaire. Tous ces bâtiments, à une ou plus rarement deux pièces, présentent un mode d’élaboration sommaire. Il s’agit exclusivement de construction en matériaux périssables (terre et bois, avec une toiture en matériaux légers corroborée par l’absence totale de tuiles) qui reposent sur des soubassements de silex simplement montés à sec. La largeur des murs se réduit à celle des deux parements accolés, soit 30 à 45 cm. Ces solins se limitent, dans la plupart des cas, à un unique ou deux rang(s) de rognons de silex, ce qui explique la disparition définitive d’une partie des constructions.

10Les bâtiments sont majoritairement séparés par des ambitus peu ou pas empierrés. Ce secteur étant légèrement en déclivité vers le sud-est, les soubassements de murs sont systématiquement plus épais pour les murs en bas de pente.

11La construction circulaire, en partie fouillée, a un diamètre estimé à 8,20 m. Elle se présente sous la forme d’une fondation de mur en rognons de silex montés à sec, qui enserre un radier de sol très soigné, lui aussi en rognons de silex. Elle interpelle quant à son interprétation : s’agit-il d’un pavillon, d’un silo, de la base d’un moulin, d’une aire de battage actionnée par un animal ? Ou encore d’un bâtiment à fonction publique (tholos, monument commémoratif, etc.) ? Cette dernière hypothèse est renforcée par sa situation centrale au sein de l’enclos inférieur supposé. L’absence d’épandage de matériaux de démolition (et notamment de traces de toiture) conduit à s’interroger sur l’ampleur des élévations : l’hypothèse d’un simple muret délimitant l’emplacement d’un lieu de commémoration collective installé au centre (autel, statue, colonne votive) n’est donc pas à rejeter a priori. L’extension de la fouille permettra peut-être de mieux caractériser cette construction.

12L’interprétation comme quartier d’habitat est renforcée par l’abondance, sur l’ensemble des aires fouillées, du mobilier domestique (vaisselle de table et de cuisine, récipients de transport et de stockage des aliments, faune, fragment de meule en grès), qui permet une première appréciation du mode de vie sur le site entre l’époque augustéenne et les années 70-80. Les éléments les plus anciens correspondent à de petites séries de tessons protohistoriques, difficiles à dater faute d’ensembles conséquents. L’abandon du quartier est marqué par sa destruction volontaire datée des années 60-80 de notre ère, d’après les éléments les plus récents trouvés parmi le mobilier céramique. Un terminus post quem plus précis est fourni par la numismatique, une monnaie frappée en 68 ayant été recueillie dans la partie inférieure du fossé XC dans le sondage 504 mené en 1996, où ont été rejetés une partie des éléments de construction.

Une nouvelle aire de dépôts d’offrandes

13L’exploration des îlots compris entre le centre public et le théâtre, à l’est du cardo A, a été entreprise progressivement, par le biais de sondages (3, 5, 9 et 24), puis par leur extension en aire ouverte. La partie occidentale de l’îlot VIII a ainsi été en grande partie fouillée entre 2008 et 2015, et les structures qui y ont été dégagées cumulent des caractères qui excluent a priori une attribution à un secteur d’habitat. L’îlot est délimité à l’ouest par le cardo A. Les voies décumanes délimitant cette zone se présentent au nord et au sud, sous la forme de deux ruelles. La largeur de l’insula, entre ces ruelles, serait alors d’environ 50 m. Côté est, vers le théâtre, l’extension de l’îlot VIII reste, à ce jour, inconnue mais peut être estimée là encore à une cinquantaine de mètres, liée à une rupture de pente assez marquée. L’espace losangique couvrirait ainsi un quart d’hectare.

14Ce secteur paraît être resté longtemps non bâti, au moins jusqu’au milieu ou dans la seconde moitié du iie s. (la chronologie sera encore affinée). L’îlot comprenait alors plusieurs grandes excavations irrégulières, a priori des cuvettes naturelles dans l’argile à silex et/ou des fosses d’extraction d’argile plus anciennes. Six ont été plus ou moins explorées. Elles étaient séparées par des bandes de circulation grossièrement aménagées avec des rognons de silex et du cailloutis associés à un peu de tuiles fragmentées et des tessons. Ces cheminements sont manifestement axés sur les ruelles décumanes qui encadrent l’îlot.

15Le remplissage des aires de dépôts présente des caractéristiques qui excluent de simples zones d’évacuation de rejets détritiques d’origine domestique : le mobilier archéologique comprend des séries monétaires conséquentes (quelques centaines de monnaies, essentiellement des asses, dans un état de conservation des plus médiocres du fait de l’acidité du sol), et plusieurs milliers de céramiques, ainsi que de la faune (cheval et mouton) très mal conservée. L’ensemble du répertoire de la vaisselle des iie et iiie s. est représenté, service de table et vaisselle culinaire. Mais il se rencontre dans ce lot, de manière prédominante, des vases « miniatures », reproductions en réduction des différentes formes de pots à cuire de la taille de gobelets à boire. Des séries de miniatures au sens strict figurent également dans ce lot. Ces miniatures caractérisent essentiellement les contextes rituels antiques, sanctuaires et dépôts funéraires, tant dans le monde celtique qu’à Rome même ou dans les Gaules romaines.

16Dans une période tardive, des aménagements construits sont édifiés sur le pourtour de l’îlot. Ils comprennent des bases plus ou moins carrées de 0,70 à 1 m de côté, en petits rognons de silex aplanis sur un unique niveau, sans creusement central : il ne s’agit donc pas de calages de poteaux. Ces fondations sont alignées assez régulièrement tous les 0,80 à 1,30 m. Treize ont été identifiées au nord. Côté ouest, le long du cardo, six de ces bases ont été reconnues ; elles semblent ici alterner avec un alignement de petits bâtiments étroits (bâtiments 42, 44, 45, 49), et ferment les espaces qui séparent ces constructions. Au sud, l’agencement reste à déterminer, le sondage 24 ayant simplement permis le dégagement d’un segment d’un autre bâtiment qui peut s’intégrer dans la série des précédents (bâtiment 47). Côté nord, implanté devant la colonnade, avait été fouillé en 2010 un bâtiment long de 8 m, subdivisé en quatre espaces. Dans le prolongement vers l’est de ce bâtiment a été détectée une grande aire de combustion de 3 m par 6 m. Ces bâtiments étroits, d’une largeur d’environ 2,80 m pour une longueur variant entre 4,60 et 6,40 m, sont bâtis sur des fondations de rognons de silex montés à sec. La faible superficie de ces derniers, l’absence de sole foyère et leur agencement plaident pour leur restitution sur tout le pourtour de l’îlot, avec les plots d’une colonnade de pierre ou de bois, ou les supports verticaux d’une palissade, qui aurait matérialisé verticalement, encadré et fermé l’espace des aires de dépôts ou encore d’aménagements aériens.

L’aire sacrée devant le fanum 7

17Le fanum 7 a été découvert lors de la campagne 2010 par l’ouverture d’un sondage exploratoire hors du complexe monumental (sondage 8).

18Au sein de l’espace qui constituerait l’area sacra, un groupement très arasé de gros rognons de silex disposés en ovale a été dégagé devant le temple, axé et positionné à 4 m en avant des marches.

19Il paraît constituer les ultimes vestiges d’une base d’autel dont les dimensions assez conséquentes atteignent 2 m sur 1,30 m. Dans la partie sud de l’enceinte cultuelle, deux lignes de trous de poteaux circulaires avec des calages en rognons de silex pourraient matérialiser une construction annexe, en matériaux légers, de nature indéterminée qui mesurait environ 5,80 m de long sur 2,20 m de large, orientée nord-sud.

20Des différents rites qui se sont tenus dans cet espace, nous sont parvenus quelques témoignages. Ils ont trait à l’enfouissement de restes de moutons dans de petites fosses creusées dans le niveau de sol le long du mur est de la galerie, de part et d’autre de l’escalier (espaces LV et LIX), et très modestement le long de la façade sud du temple (un cas). Seize de ces dépôts ont été mis au jour ; deux seulement ont été découverts à droite de l’escalier et concernent des moutons adultes. Tous deux ont été consommés, et leurs ossements décharnés ont été enterrés au ras de la fondation du mur de façade, dans de très modestes creusements. Les fosses, là aussi, sont peu profondes, et présentent une ouverture quadrangulaire ou ovale de quelques décimètres de côté. Dans quelques cas, des fragments de tegulae ont été utilisés pour clore et protéger le dépôt au moment du comblement. La viande a été consommée, comme l’indiquent quelques traces de découpe au couteau sur les os et des vertèbres fendues au couperet ; puis les os décharnés et déconnectés ont été enfouis sans organisation apparente. Il s’agit essentiellement de moutons adultes, à l’exception de deux dépôts qui concernent des agneaux dont les épiphyses et les vertèbres ne sont pas encore soudées. Un dépôt sensiblement différent est constitué d’un gobelet engobé des ateliers d’Argonne, de type Hees 2 (vers 100-260/280), enfoui verticalement dans le sol à proximité de la base d’autel, côté nord.

21Leur succession dans le temps est confirmée par la superposition de deux d’entre eux. Il ne s’agit donc pas d’un rite de fondation, ou lié à un évènement spécifique, mais d’une pratique qui s’inscrit dans la durée. La chronologie de ces dépôts ne peut donc être établie que par des indices indirects, et reste assez fragile. Néanmoins, elle semble se situer à partir du iie s. jusque dans le troisième quart du iiie s.

La base d’autel du fanum 3

22À l’extérieur du fanum 3, côté est, et dans l’axe de la cella, la fouille de l’été 2015 a conduit à dégager trois (ou quatre ?) aménagements de sols successifs constitués de tegulae fragmentaires et de pilettes disposées à plat (avec quelques fragments d’imbrices pour les trois niveaux supérieurs). Ils constituaient sans aucun doute une petite esplanade devant le temple où se tenaient les cérémonies du culte.

23Un autel, dont il ne reste à ce jour que la base, a été édifié depuis le premier niveau de sol, à 4,40 m de la façade est du fanum 3. Cette base d’autel, d’après la stratigraphie, correspond à l’état final du iiie s. Toutefois, une observation ponctuelle dans un angle a mis en évidence sous le socle actuellement visible un premier massif, en craie, qui pourrait correspondre à un état antérieur.

Les peintures murales dionysiaques de l’aile nord du Portique 3

24À proximité immédiate, entre les fana 3 et 4, une douzaine de mètres ont été fouillés dans la section nord du quadriportique qui délimite le sanctuaire dans son état final du iiie s.

25La bonne fortune a voulu que soit mis au jour, parmi environ 5 m linéaires d’enduits peints, un large pan à décor figuré assez spectaculaire, qui présente un fragment de la partie supérieure du mur du portique au niveau du fanum 4. Un panneau rouge encadré d’un filet vert est surmonté d’un entablement qui repose sur une colonne jaune, et sert de support à une panthère bondissante. Un inter-panneau noir le sépare du panneau rouge suivant ; dans l’intervalle, un candélabre est surmonté d’un personnage féminin

26en pied d’une cinquantaine de centimètres, traité de manière schématique, qui renvoie à la paternité de Dionysos sur le théâtre : il s’agirait en effet de Thalie, couronnée de lierre et tenant d’une main la houlette du berger (le pedum rustique) et de l’autre un objet encore indéterminé, mais qui pourrait s’apparenter à un masque de théâtre (identification Corentin Voisin). Cette muse, qui présidait à la comédie, à la poésie pastorale et aux festins, est parfois associée à la pompe dionysiaque. D’autres éléments de scènes figuratives ont également été découverts : un temple incomplet dans la partie basse du mur et un personnage qui s’apparenterait à un aurige (étude en cours).

Fig. 1 – Plan général interprété des zones fouillées avec les îlots

Fig. 1 – Plan général interprété des zones fouillées avec les îlots

DAO : É. Mantel (SRA Normandie).

Fig. 2 – Plan interprété de l’habitat précoce (sondages 12 et 13)

Fig. 2 – Plan interprété de l’habitat précoce (sondages 12 et 13)

DAO : É. Mantel (SRA Normandie).

Fig. 3 – Plan des aires de dépôt d’offrandes (sondage 9)

Fig. 3 – Plan des aires de dépôt d’offrandes (sondage 9)

DAO : É. Mantel (SRA Normandie).

Fig. 4 – Vue vers le nord de la base d’autel du fanum 3

Fig. 4 – Vue vers le nord de la base d’autel du fanum 3

Cliché : L. Deschamps (université Paris-IV).

Fig. 5 – Muse et panneau, une partie des peintures murales trouvées dans le quadriportique en 2015

Fig. 5 – Muse et panneau, une partie des peintures murales trouvées dans le quadriportique en 2015

Cliché : D. Viennot.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général interprété des zones fouillées avec les îlots
Crédits DAO : É. Mantel (SRA Normandie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1011k
Titre Fig. 2 – Plan interprété de l’habitat précoce (sondages 12 et 13)
Crédits DAO : É. Mantel (SRA Normandie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 – Plan des aires de dépôt d’offrandes (sondage 9)
Crédits DAO : É. Mantel (SRA Normandie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 – Vue vers le nord de la base d’autel du fanum 3
Crédits Cliché : L. Deschamps (université Paris-IV).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 5 – Muse et panneau, une partie des peintures murales trouvées dans le quadriportique en 2015
Crédits Cliché : D. Viennot.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23991/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Mantel, Stéphane Dubois et Louison Deschamps, « Eu – Bois-l’Abbé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23991

Haut de page

Auteurs

Étienne Mantel

Drac Normandie (service régional de l’archéologie), UMR 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Stéphane Dubois

Inrap, UMR 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Louison Deschamps

Université Paris-IV

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Mantel

Drac Normandie (service régional de l’archéologie), UMR 7041 ArScAn

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search