Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201576 – Seine-MaritimeOrival – Le Grésil

2015
76 – Seine-Maritime

Orival – Le Grésil

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Jérôme Spiesser

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Paris-I Panthéon-Sorbonne

Texte intégral

1Le site du « Grésil » est situé au cœur de la forêt du Rouvray, à Orival. Il correspond à un habitat rural gallo-romain présent dans la cité des Véliocasses dont Rotomagus (Rouen) est le chef-lieu. À la suite des premières fouilles qui y ont été réalisées en 1903 par Léon de Vesly, ce site a été interprété comme villa antique, soit un établissement appartenant à des propriétaires aisées de la société gallo-romaine. Depuis 2012, les recherches ont repris sur ce site afin de préciser son statut et de caractériser les activités économiques qui s’y sont déroulées. La campagne de fouille réalisée en 2015 a permis de détailler le plan des premiers états.

2Cet habitat rural est créé à la période augustéenne près de la voie reliant Rotomagus (Rouen) à Uggate (Caudebec-lès-Elbeuf). Il est alors constitué d’un bâtiment résidentiel d’au moins 50 m construit en terre et bois sur de petits solins en pierres sèches, composées de silex dont la taille avoisine les 0,20 m (fig. 1). L’habitation se divise en deux pièces. La première localisée au sud-ouest correspond à l’espace principal du bâtiment en raison de ses dimensions : 7,6 m de long sur 4,2 m de large. La seconde, plus allongée, possède une largeur de 2,3 m. Elle disposait d’un sol en terre battue et d’un aménagement en pierres sèches formant un L. La fonction de cet aménagement reste inconnue à ce jour. Cette dernière pièce est détruite dans la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C., afin d’être agrandie. Dorénavant, elle sera délimitée par des solins installés dans des tranchées profondes d’environ 0,35 m et larges de 0,7 m. Une interruption d’un mètre de largeur est aménagée au centre du mur nord-est. Elle correspond à l’entrée principale de l’habitation. Dans le même temps, une troisième pièce de 25 m2 est construite au sud de l’édifice. Contrairement aux niveaux précoces, les horizons stratigraphiques en lien avec ce second état ont livré de nombreux fragments de terres cuites architecturales, laissant supposer que l’élévation en matériaux périssables supportait une couverture en tuiles.

Fig. 1 – Plans des différents états du bâtiment résidentiel

Fig. 1 – Plans des différents états du bâtiment résidentiel

DAO : J. Spiesser (université Paris-I).

3La pars urbana de cet établissement reste toujours méconnue en ce qui concerne ces deux premiers états. La campagne de 2015 a cependant permis d’attester qu’elle était ceinturée par un fossé large d’environ 1,20 m, doublé d’un talus interne.

4Cet espace est entièrement réaménagé vers 150 apr. J.‑C. À cette occasion, l’enclos fossoyé est en partie comblé et remplacé par une enceinte maçonnée délimitant un espace de 3 735 m2. Seule une portion du fossé est laissée ouverte au niveau de l’angle sud afin de servir de dépotoir. Deux petits bâtiments probablement destinés au stockage sont dans le même temps créés aux angles nord et est de cette zone. Chacun d’entre eux a une superficie interne de 17 m2 divisés en deux pièces distinctes. Leur particularité est de comporter un espace maçonné et un second construit en terre et bois sur des alignements de blocs calcaires dont les dimensions avoisinent 0,60 m de long pour 0,30 m de large. Un sol en opus caementicum supporté par un statumen est aménagé dans cette dernière pièce. La partie sud de l’habitation est détruite avant d’être reconstruite avec un léger décalage vers l’ouest (fig. 2 et 3). Délimitée par des murs en opus vittatum, la pièce sud du bâtiment résidentiel se voit dotée d’un sol maçonné ainsi que d’un décor mural peint caractéristique du iie s. Cas particulier, les parements extérieurs de ces murs sont également recouverts d’enduits peints de couleur pourpre.

Fig. 2 – Relevé photogrammétrique des deux états de la pièce sud de l’habitation

Fig. 2 – Relevé photogrammétrique des deux états de la pièce sud de l’habitation

Relevé : R. Méreuze ; DAO : J. Spiesser (université Paris-I).

Fig. 3 – Les deux états du mur nord-est de la pièce sud de l’habitation

Fig. 3 – Les deux états du mur nord-est de la pièce sud de l’habitation

Cliché : J. Spiesser (université Paris-I).

5La nature et le statut du site soulèvent aujourd’hui de nombreuses interrogations. La découverte d’une quantité importante de vestiges liés à la préparation et la consommation d’aliments permet d’affirmer le caractère résidentiel du bâtiment principal. Avec une superficie variant entre 50 et 90 m2, ce dernier correspond à la plus petite habitation attestée jusqu’à maintenant dans les quatre cités de la basse vallée de la Seine. Dans son 3e état, il adopte toutefois une décoration architecturale rarement présente dans les établissements de cette taille. Ce site est aussi atypique au vu de son mobilier, en particulier un couvercle de boite-sceau et une fibule cruciforme (fig. 4), dont les aires de diffusions sont localisées entre l’est de l’Europe et la Grande-Bretagne. Même si la nature de cet habitat rural et le statut de ses propriétaires ne sont toujours pas définis, il apparaît désormais certain que ce dernier a été abandonné dans la première moitié du iiie s.

Fig. 4 – Boite-sceau et fibule cruciforme retrouvée sur le site du « Grésil »

Fig. 4 – Boite-sceau et fibule cruciforme retrouvée sur le site du « Grésil »

Cliché : J. Spiesser (université Paris-I).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plans des différents états du bâtiment résidentiel
Crédits DAO : J. Spiesser (université Paris-I).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 2 – Relevé photogrammétrique des deux états de la pièce sud de l’habitation
Crédits Relevé : R. Méreuze ; DAO : J. Spiesser (université Paris-I).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – Les deux états du mur nord-est de la pièce sud de l’habitation
Crédits Cliché : J. Spiesser (université Paris-I).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4 – Boite-sceau et fibule cruciforme retrouvée sur le site du « Grésil »
Crédits Cliché : J. Spiesser (université Paris-I).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Spiesser, « Orival – Le Grésil » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24013

Haut de page

Auteur

Jérôme Spiesser

Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn (Archéologies Environnementales)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Spiesser

Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn (Archéologies Environnementales)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search