Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201514 – CalvadosCroisilles – Les Fours à Chaux

2015
14 – Calvados

Croisilles – Les Fours à Chaux

Sondage (2015)
Responsable d’opération : Dominique Cliquet
Notice rédigée avec Jean-Pierre Coutard, Joël Bauchet et Laurent Corbin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

3739

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La découverte en surface d’un abondant matériel lithique à proximité des anciens fours à chaux sur la commune de Croisilles a motivé la conduite de sondages visant à faire l’état sanitaire du site et à tenter de dater le mobilier lithique.

2Ce dernier comporte de nombreux artefacts rapportables au Néolithique et du mobilier paléolithique. Ce sont plusieurs dizaines de bifaces trapus qui évoqueraient davantage l’Acheuléen que le Paléolithique moyen, et des centaines de produits de débitage et de façonnage.

3Le gisement est localisé à l’extrémité amont d’un vallon affluent de la rive droite de l’Orne, fleuve côtier fortement encaissé dans le socle formé de schistes et de grès du Précambrien (Briovérien). Bien que le milieu ait été très perturbé anciennement lors de la construction et de l’exploitation des fours à chaux et récemment par d’importants terrassements, nous avons tenté une série de sondages sur une parcelle en herbe à proximité immédiate des parcelles prospectées.

4Trois formations ont été rencontrées dans les sondages : à la base une argile à silex rouge sombre, à matrice argilo-sableuse et silex assez gros (10 à 20 cm), au-dessus d’elle un dépôt de pente de type bief à silex peu épais, 20 cm, formé de gélifracts de silex dans une matrice sablosilteuse et, enfin, un dépôt de lœss siliceux d’épaisseur variable, 20 à 40 cm, car la topographie de la surface du bief à silex est ondulée avec des dos et des cuvettes.

5Les silex taillés néolithiques sont dispersés dans le lœss, conséquence des travaux agricoles, alors que les silex du Paléolithique moyen se placent de préférence au sommet du bief à silex. Leur dernière redistribution sur la pente accompagne donc la fin de la mise en place du bief à silex.

6On ne peut donc leur donner qu’une position chronologique approximative vers 50-55 000 ans, fin du Pléniglaciaire inférieur, SIM 4, et début Pléniglaciaire moyen SIM 3 avant l’arrivée des grands froids.

7Les sondages n’ont livré que quelques artefacts, à la différence de la série collectée en surface qui comporte, outre quelques ébauches de haches taillées et produits de débitage néolithiques, une importante série de bifaces, de nucléus et d’éclats du Paléolithique. Tous ces éléments sont en silex bajocien local, probablement collecté dans les argiles à silex.

8Au sein de l’assemblage paléolithique, les bifaces, de dimensions moyennes, constituent l’outillage lourd de la série. Les nucléus illustrent différents concepts de mise en œuvre de la matière première, avec un débitage de gestion de surface, souvent centripète, conduit selon les Méthodes Discoïde et Levallois.

9Au sein du débitage, on peut noter la présence d’éclats Levallois et pseudo-Levallois, en rapport avec les nucléus. L’outillage sur éclat compte quelques racloirs simples. Notons l’absence d’éclats de confection et de façonnage ! Est-ce en raison d’un biais de collecte ? Ou bien sommes-nous en dehors du site de production ?

10Ainsi, le site des Fours à Chaux de Croisilles a livré au moins deux ensembles de silex taillés, pour l’un datable du Néolithique et se caractérisant par la présence de haches taillées, pour l’autre, rapportable à la phase récente du Paléolithique moyen, constitué de produits de débitage et de nucléus où les Méthodes Levallois et Discoïde sont attestées, et d’un outillage lourd (bifaces, souvent confectionnés sur masse centrale).

11Le bilan sédimentaire du site est peu développé et les artefacts semblent associés au limon de couverture pour les pièces néolithiques et à la partie sommitale des biefs à silex pour l’ensemble paléolithique. Cela plaiderait en faveur d’une datation de l’industrie rapportable au Paléolithique moyen, entre 55 000 et 50 000 ans, soit rapportable à la fin du Pléniglaciaire.

Fig. 1 – Biface réutilisé en nucléus

Fig. 1 – Biface réutilisé en nucléus

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Fig. 2 – Bifaces sur masse centrale

Fig. 2 – Bifaces sur masse centrale

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Biface réutilisé en nucléus
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 2 – Bifaces sur masse centrale
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Cliquet, Jean-Pierre Coutard, Joël Bauchet et Laurent Corbin, « Croisilles – Les Fours à Chaux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24132

Haut de page

Auteurs

Dominique Cliquet

Drac Basse-Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Jean-Pierre Coutard

Articles du même auteur

Joël Bauchet

Laurent Corbin

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Cliquet

Drac Basse-Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search