Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201550 – MancheCanisy – Château, tour du Colombier

2015
50 – Manche

Canisy – Château, tour du Colombier

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Caroline Chauveau

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

163713

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’étude du bâti de la tour du colombier du château de Canisy est motivée par le projet de restauration dirigé par M. Christophe Batard (architecte en chef des monuments historiques). L’état de conservation actuel de l’édifice permet d’en restituer les principales phases d’occupation. La construction de la tour est réalisée sur deux niveaux : la partie supérieure est aménagée de niches ce qui définit le colombier comme un colombier à pied. Plusieurs caractéristiques architecturales permettent de proposer une datation des xiiie-xve s. : construit en pierre sur une hauteur de 12 m et un diamètre de 12,35 m, il possède une porte unique orientée vers la cour. Les niches sont de section quadrangulaire et sont construites en même temps que la tour. Le nombre de niches est conséquent, il fait référence à la capacité de nourrir un nid par niche (soit un arpent de terre par jour). Le vaste domaine de Canisy en possède les ressources. La partie inférieure semble aménagée d’une salle basse aveugle dont la fonction nous échappe dans l’état de notre recherche. En revanche, le lien entre la tour et un pan de courtine médiévale du front est du château est avéré. Dans un second temps, les modifications apportées au colombier évoquent l’époque contemporaine (xviiie-xixe s.). Un hiatus existe donc entre les deux phases d’occupation s’expliquant par la persistance du colombier. En effet, le château de Canisy est un vaste domaine tenu par la famille Carbonel-Canisy depuis au moins le xiiie s. Le colombier est un attribut seigneurial témoin du statut aristocratique de cette famille. Intégré à l’enceinte castrale, il est le symbole de la richesse du propriétaire. Au-delà de renseigner sur un aspect agricole, le colombier est aussi un marqueur architectural primordial pour comprendre le site castral de Canisy. Il matérialise l’importance du front oriental du château, façade principale, par rapport au front occidental pourvu de tours plus petites et d’une tour-porte à l’architecture moins ostentatoire que la porte Saint-Lô ouverte à l’est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Chauveau, « Canisy – Château, tour du Colombier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24229

Haut de page

Auteur

Caroline Chauveau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Caroline Chauveau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search