Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201550 – MancheLe Rozel – Le Pou

2015
50 – Manche

Le Rozel – Le Pou

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Dominique Cliquet

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

3671

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1L’intense érosion qui affecte la dune weichselienne du Rozel participe à la destruction des niveaux d’occupation, incorporés au massif dunaire, reconnus depuis les années 1967.

2Le site a été révélé à Yves Roupin durant l’hiver 1967 par la sape du massif dunaire, motivant la conduite d’un sondage en 1969, puis d’une fouille sous l’égide de Frédéric Scuvée en 1970-1971.

3Ces travaux avaient révélé la présence de vestiges de faune, de foyers et d’industries en silex et en quartz filonien à forte composante laminaire. Ces artefacts obtenus selon un débitage tournant ou semi-tournant ont initialement été considérés comme appartenant au début du Paléolithique supérieur et la formation dunaire attribuée au Pléniglaciaire moyen et supérieur (Scuvée et Vérague, 1984).

4Ces attributions ayant été contestées, un ré-examen du site a été pratiqué et complété par une série de datations OSL sur sédiment (Folz 2000). En fait, la dune et les niveaux d’occupation qu’elle incorpore s’inscrivent dans le début du Dernier Glaciaire weichselien et l’industrie laminaire se rapporte au grand complexe des industries laminaires de débitage volumétrique du nord de l’Europe.

5Si l’intérêt de ce site n’était plus à démontrer, sa conservation s’est trouvée considérablement menacée par l’intense érosion qui affecte les niveaux archéologiques : éboulement des formations superficielles qui « rabotent » le flanc de dune (head à forte charge pierreuse) et sape de la mer liée aux fluctuations du niveau marin.

6Les importantes surfaces détruites depuis 2006 ont motivé en 2011 une campagne de sondages visant à préciser le tracé de la falaise de schiste qui structure le gisement, puis des fouilles de sauvetage depuis 2012.

7Si les tempêtes de l’hiver 2013-2014 ont fortement affecté le site, emportant une partie des niveaux archéologiques et impliquant la mise en place, début 2014, d’un enrochement, après concertation avec la DDTM et le Conservatoire du littoral, le travail continuel de la houle a nécessité la reprise de cette protection à deux reprises.

8Les travaux anciens avaient déjà souligné le caractère exceptionnel des vestiges (foyers et vidanges de foyers, silex et quartz taillés, ossements de grands mammifères consommés), attestant de l’existence de lieux de vie conservés dans la dune (habitats, espaces dévolus aux travaux de boucherie ou à la taille du silex...) ; les travaux conduits depuis 2012 confirment ces premières impressions.

9Le cadre stratigraphique proposé par B. Van-Vliet-Lanoë a été confirmé par les observations géomorphologiques faites lors des terrassements et pendant les fouilles (Jean-Pierre Coutard). Celles-ci renseignent la chronologie des événements, les conditions de dépôt et d’érosion, et les environnements. L’apport majeur de 2012 consiste en la mise en évidence d’un niveau d’occupation, incorporé aux sables roux de la partie sommitale de la dune, uniquement préservé sur le replat du rebord de la falaise de schiste.

10Dans la crique, ce niveau a été démantelé par érosion du fait du basculement de « paquets » de head sur la surface de la dune. Quelques silex taillés lustrés incorporés à des « amas » de sable roux basculés sur la dune ont pu être recueillis. Ce niveau se rapporterait sur la base des observations chronostratigraphiques à la fin du stade 5 de la chronologie isotopique.

11Les fouilles menées depuis 2012 ont permis la mise au jour de plusieurs niveaux d’occupation superposés « fossilisés » par des accumulations de sable éolien, initialement datés d’environ 110 000 ans. Ces datations sont en cours de révision. Ces sols se présentent sous la forme de petits niveaux organiques : sol de dune dégradé et nappages de boue sur lesquels les Néandertaliens ont évolué et laissé les témoignages de leurs activités. Celles-ci peuvent être finement appréhendées du fait d’un ensevelissement rapide des sols.

12Deux ensembles s’individualisent, séparés par un important éboulement de la paroi de la falaise de schiste formant les limites d’une dépression oblongue sur lequel les Néandertaliens se sont installés. L’ensemble supérieur comporte, outre le niveau immédiatement sus-jacent à l’éboulis, trois sols correspondant à des aires de travaux de boucherie qui présentent globalement le même type de structuration, sur lesquelles on retrouve :

  • des enclumes en quartz, en schiste et en grès apportées par les Paléolithiques sur la dune. Elles sont destinées à la fracturation des os longs d’herbivores (cerf, aurochs et cheval) pour en extraire et consommer la moelle ;

  • des plaques de schiste, aussi apportées sur la dune et posées au sol. Elles sont interprétées comme des « plats » destinés à isoler les viandes du sol constitué de sable ;

  • des postes de débitage d’éclats (amas) voués à la production de supports d’outils, notamment de racloirs (les couteaux de boucherie de l’époque) ;

  • plusieurs postes d’affûtage d’au moins trois racloirs dont on peut suivre technologiquement et spatialement l’utilisation. Ceux-ci peuvent être mis en relation avec les retouchoirs liés à l’utilisation de fragments de diaphyses de cerf et trouvés sur les trois sols d’occupation ;

  • des foyers alimentés en bois végétal (pin, épicéa, sapins et surtout if) et en os spongieux dont la dévolution reste à préciser notamment par le biais des analyses chimiques (acides organiques). Ces foyers pourraient avoir servi au fumage des viandes (?) ;

  • de nombreux vestiges de faunes qui nous renseignent sur les milieux dans lesquels évoluaient les Paléolithiques : os d’oiseaux, de microfaune (rongeurs, batraciens, reptiles), vertèbres de poissons et insectes. Dans tous les niveaux nous retrouvons la « triologie » : cerf, aurochs, cheval. Cependant, plusieurs espèces d’environnements tempérés ont été reconnues sur les sols de travaux de boucherie : le chevreuil, le rhinocéros de prairie, l’éléphant de forêt et le lapin, uniquement représentés par quelques restes. Ces animaux ont souvent été rapportés sur le site par quartiers, beaucoup plus rarement entiers ;

  • des aires de circulation de Néandertaliens. Plus d’une centaine d’empreintes ont été mises au jour sur cinq sols archéologiques et en marge de l’éboulis naturel sous-jacent. Sur ces aires de travaux de boucherie, ces empreintes témoignent de la présence d’au moins une partie du groupe, constituée d’après les modules des pas d’adultes, d’adolescents et d’enfants.

13Par ailleurs, plusieurs empreintes de mains ont été reconnues. Ces vestiges fugaces sont exceptionnels sur les lieux de vie pour ces périodes anciennes.

14Sous l’éboulis, deux autres sols ont été mis au jour. Comme pour l’ensemble supérieur, ils comportent des foyers et des amas de débitage. La faune apparaît très altérée dans ces niveaux du fait de l’acidité du schiste et des oxydes de fer et de manganèse accumulés dans et immédiatement sous les blocs qui constituent ce glacis.

15Cependant, nous retrouvons le cortège habituel : Cerf, Cheval, Aurochs. Ces sols se caractérisent par une production de lames et de lamelles conduite à partir de nucléus à débitage tournant ou semi-tournant, et sur des « burins-nucléus ». Ces niveaux correspondent au plan technologique à ceux qui avaient été fouillés par F. Scuvée dans les années 1970.

16Ces niveaux avaient livré une faune dominée par l’Aurochs, le Cerf et le Cheval, et quelques vestiges de Mégacéros et de Morse.

17Tous ces éléments font que le site du Rozel compte parmi les gisements majeurs du Paléolithique moyen d’Europe occidentale. Enfin, rappelons que ce gisement a livré plus d’une centaine d’empreintes de pas, de genoux et de mains, ce qui actuellement lui confère un caractère exceptionnel. Seuls deux autres sites du Paléolithique moyen ont livré de rares traces de pas.

Fig. 1 – Piste de pas

Fig. 1 – Piste de pas

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Fig. 2 – Amas de débitage

Fig. 2 – Amas de débitage

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Piste de pas
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 2 – Amas de débitage
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Le Rozel – Le Pou » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24270

Haut de page

Auteur

Dominique Cliquet

Drac Basse-Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Cliquet

Drac Basse-Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search