Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201561 – OrneBellou-en-Houlme – Place de la Ma...

2015
61 – Orne

Bellou-en-Houlme – Place de la Mairie et rue de l’Église

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Hélène Dupont
Notice rédigée avec Raphaëlle Lefebvre

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

3674

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique a concerné la place de la mairie de Bellou-en-Houlme, située autour de l’église paroissiale Notre-Dame. L’opération a été prescrite préalablement à la restructuration de la place par la commune. La parcelle, située en centre bourg, fait une surface de 1 180 m2. La commune de Bellou-en-Houlme est située dans l’Orne, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Flers, dans la zone du bocage flérien. Le sous-sol est constitué de schiste briovérien surmonté d’une couche d’argile silteuse orangée très indurée. Le terrain naturel a été observé directement sous le bitume, c’est-à-dire entre 0,20 et 0,45 m de profondeur.

2Mise à part la présence supposée d’un carrefour de voies romaines situé au sud de la commune (voie d’Exmes à Corseul par Mortain et voie de Lisieux à Rennes par Domfront), les données historiques disponibles débutent au milieu du xie s. quand Guillaume de la Ferté, neveu de Guillaume le Conquérant, donne l’église Notre Dame de Bellou aux moines de Saint Julien de Tours. L’église aurait été construite à la même époque (tour-porche ?) et a connu une réfection de grande ampleur dans la première moitié du xviiie s. Le cadastre napoléonien indique la présence du cimetière autour de l’église en 1810. Son abandon en centre bourg et la création du nouveau cimetière hors bourg interviennent en 1840.

3Neuf tranchées situées autour de l’église ont été réalisées lors de l’opération, et représentent 93 m2 soit environ 10 % de la totalité de l’emprise. Leur profondeur moyenne se situe autour de 0,40 à 0,50 m de la surface actuelle. Deux sondages profonds ont été réalisés devant le portail principal de l’église, à 1,20 et 1,40 m de profondeur, ceci afin d’évaluer la puissance stratigraphique du cimetière. En totalité, sur 60 entités archéologiques découvertes, 32 concernent des fosses sépulcrales avérées, les autres structures étant des réseaux techniques ou des niveaux de sol actuels. Toutes les structures archéologiques excavées sont directement creusées dans le substrat. L’observation du bâti de l’église montre que ses fondations sont visibles sur 1 m à 1,20 m de hauteur, ce qui suggère l’arasement possible du cimetière peut-être au xixe s. L’absence totale de terre de cimetière reconnue dans les tranchées assoit également cette hypothèse. Il a été possible de comptabiliser 14 squelettes en connexion complets ou partiellement complets, dont on peut lire nettement les fosses sépulcrales. Neuf squelettes ont été fouillés et étudiés. Les trois séquences stratigraphiques révèlent que les fosses testées ont été utilisées sur trois à cinq phases, les fossoyeurs respectant globalement, sans doute sur un temps relativement long, l’emplacement de chacune : un marqueur aérien de type dalle funéraire comparable à celles remployées dans les marches et le sol de l’église peut être envisagé pour ce cimetière. Les fosses sont alignées d’est en ouest et se recoupent peu entre elles. Peut-être peut-on formuler l’hypothèse de fosses familiales et/ou d’une organisation rationnelle du cimetière, données en général assez mal connues pour cette période. Les neuf défunts fouillés, tous adultes, sont inhumés sur le dos, membres supérieurs croisés en position haute ou basse, et les membres inférieurs allongés dans l’axe du corps. L’orientation suit les préceptes de l’église catholique, c’est-à-dire, ouest-est avec la tête à l’ouest. Peu d’individus ont pu faire l’objet d’une étude bio-anthropologique complète car la conservation et la représentation des ossements sont relativement mauvaises. Aucun immature n’a été retrouvé mais des individus de sexe féminin et masculin ont été identifiés. La majorité des individus étudiés est atteinte de pathologies liées à la sénescence et indique une population assez favorisée et vieillissante. Les pratiques funéraires (linceul et cercueil de bois cloué) et le mobilier associé aux défunts (chapelet) orientent la datation des sépultures découvertes plutôt dans l’époque moderne, voire de la fin du Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine, jusqu’au transfert hors du bourg du cimetière à partir du milieu du xixe s. La présence de six à sept chapelets pour une dizaine de sépultures dégagées ou fouillées donne également l’occasion d’étudier cet objet de dévotion caractéristique de la pratique quotidienne catholique romaine entre le xviie et le milieu du xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Dupont, Raphaëlle Lefebvre, « Bellou-en-Houlme – Place de la Mairie et rue de l’Église » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 29 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24314

Haut de page

Auteurs

Hélène Dupont

Inrap

Articles du même auteur

Raphaëlle Lefebvre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Dupont

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search