Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie2015Projets collectifs de rechercheLes premiers Hommes en Normandie

2015
Projets collectifs de recherche

Les premiers Hommes en Normandie

Projet collectif de recherche (2015)
Responsable d’opération : Dominique Cliquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Outre les activités éditoriales programmées, notamment la rédaction de synthèses portant sur l’Acheuléen de l’Europe du Nord, ou bien les techno-complexes du Paléolithique moyen en France et en Europe du Nord-Ouest, les activités ont encore été diversifiées en 2015, avec l’achèvement du montage du Musée de Préhistoire de Rânes (Orne) qui a été inauguré en septembre 2015, avec la participation à la préparation de l’exposition « La mer déborde… mais ça n’date pas d’hier ! » qui sera présentée au Musée de Tatihou à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) en 2016 et 2017, et bien entendu la poursuite des investigations de terrain.

2Comme tous les ans, depuis la création du Projet collectif de recherche, les prospections se sont poursuivies en privilégiant plusieurs thématiques : les occupations littorales, qui du fait de l’intense érosion littorale qui affecte nos côtes, sont régulièrement mises au jour dans les micro-falaises du département de la Manche, les occupations en réseaux karstiques et en bordure de vallées, et la diffusion des outils bifaciaux depuis les centres de production de Rânes/Saint-Brice-sous-Rânes (Orne) et de Saint-Gabriel-Brécy (Calvados). Parallèlement, une opération ponctuelle a été conduite à Acquigny (Eure), en accompagnement à un diagnostic archéologique effectué par l’Inrap. Enfin, les travaux engagés sur le site du Rozel se sont poursuivis.

3Un premier bilan relatif à l’apport des matières premières lithiques pour tenter une approche de la circulation des individus durant le Pléistocène au sein d’un territoire a été proposé. Rappelons qu’en Normandie, l’essentiel de l’industrie est produite en silex dont les gîtes (silex à l’affleurement) sont incorporés aux argiles et aux biefs à silex. La Normandie armoricaine se différencie de la Bretagne où les roches complémentaires au silex sont largement mises à profit du fait de la rareté des sources potentielles en silex. En effet, comme dans le Massif armoricain normand, le silex est absent des formations qui surmontent les formations du Briovérien et paléozoïques, seuls les cordons littoraux comportent des nodules de silex jurassiques et crétacés provenant du démantèlement des calcaires jurassiques et des craies crétacées actuellement sous la Manche. On note cependant la présence d’industries à composantes lithologiques mixtes sur le littoral cotentinois du golfe normand-breton et en contexte insulaire (Jersey et Chausey). L’approvisionnement en matières premières s’est souvent effectué aux dépens des cordons littoraux, où le silex apparaît prépondérant.

4En Normandie centrale et orientale, le contexte géologique calcaire et crayeux fournit du silex en abondance, soit sous forme d’argiles à silex, issues de la décomposition des calcaires couvrant des surfaces considérables correspondant aux mers du Jurassique et du Crétacé, soit sous forme de biefs à silex. Ces derniers correspondent à de grands placages d’argiles à silex affectés par les phénomènes périglaciaires principalement sur les versants.

5De ce fait, il demeure difficile en Normandie d’appréhender les déplacements des groupes humains à partir de la circulation des matières premières lithiques. Cependant quelques sites permettent une première approche du phénomène.

6Ce sont les ateliers de fabrication d’outils bifaciaux de Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados), dont certains produits ont été emportés jusque sur les marges du Pays d’Auge, à plus de 30 km du site de production, et du gisement de Rânes/Saint-Brice-sous-Rânes (Orne) dans un rayon de 25 km.

7Un autre cas de figure illustre les déplacements des individus, avec l’apport sur l’habitat de Durcet/Sainte-Opportune (Orne), de silex pour produire de l’outillage bifacial. À Durcet/Sainte-Opportune, le silex est absent, la matière première a été prélevée dans les argiles à silex, distantes de 6/8 km, et introduite sur le site.

8Enfin, les habitats de Grossœuvre (Eure) et de Saint-Pierre-Église (Manche), et l’aire de travaux de boucherie de Ranville (Calvados), témoignent de la mise en œuvre de la matière première locale et de l’import, puis de l’emport de matières premières exogènes.

9À Grossœuvre, les Néandertaliens se sont installés dans une doline dont les flancs constitués d’argiles à silex ont été copieusement mis à profit pour produire les supports d’outils. Outre ce silex de médiocre qualité, divers types de silex du Crétacé ont été prélevés sur le plateau de Saint-André-de-l’Eure, dans les vallées de l’Iton et de l’Eure, soit sur plusieurs dizaines de kilomètres. Ce matériel a été introduit sous plusieurs formes : blocs épannelés, nucléus, éclats et outils.

10À Saint-Pierre-Église, le conglomérat, le quartz et le grès, prélevés sur le site ou dans l’environnement proche de l’habitat, ont été utilisés pour la production de galets aménagés et pour le débitage d’éclats, pour certains transformés en outils (racloirs et encoches). Le silex a été prélevé sur les cordons littoraux se trouvant à 7-8 km et apporté sur le gisement sous forme de blocs épannelés, de nucléus, d’éclats et d’outils bifaciaux. Rappelons que le site de Saint-Pierre-Église s’individualise par la présence de pièces bifaciales, outils peu représentés au sein des assemblages lithiques de la phase récente du Paléolithique moyen.

11Enfin, le mobilier lithique collecté sur l’aire de travaux de boucherie de Ranville montre l’utilisation de galets en quartz et en grès locaux et l’apport de nucléus, d’éclats et d’outils (bifaces et racloirs) débités dans les silex prélevés sur les argiles à silex du Bessin, soit dans un rayon de 20 km.

12Si ces quelques sites permettent d’appréhender la circulation des matières premières, et par extension des individus, définissant des territoires parcourus pour acquérir les matières premières lithiques, il convient de poursuivre ces études et notamment celle de la diffusion des artefacts : éclats, outils sur éclats et outils bifaciaux, depuis les ateliers de production.

13Bien que les prospections s’intensifient autour des ateliers de Rânes/Saint-Brice-sous-Rânes et du Bessin, il reste à engager l’analyse gîtologique et les prospections visant à évaluer la diffusion des produits de débitage et des outils confectionnés sur les ateliers de Pierrepont (Calvados).

14Parallèlement à ces travaux de fond, les activités de terrain ont été guidées par les thématiques développées depuis maintenant plusieurs années : les implantations littorales ou associées au réseau hydrographique, les occupations de réseaux karstiques.

15Depuis plusieurs années, l’intense érosion littorale décape les pieds de falaise et les estrans, et de fait, a mis au jour les vestiges d’occupations anciennes, comme à Agon-Coutainville, ou bien à Barneville-Carteret, dans la Manche.

16À Agon-Coutainville, le matériel lithique collecté par Martine Jules témoigne de l’utilisation de diverses matières premières, vraisemblablement prélevées sous forme de galets dans les cordons littoraux. Il s’agit principalement du silex, du quartz et du grès. Cette complémentarité évoque davantage ce qu’on observe dans la partie bretonne du golfe normand-breton (Huet 2006) que dans le nord du Cotentin où le silex est quasi exclusivement mis en œuvre. Les nucléus et les produits de débitage montrent une certaine prépondérance, pour une gestion faciale des supports de débitage où la Méthode Levallois s’exprime, et pour une gestion tournante ou semi-tournante. En 2016, les collectes sur la plage se poursuivront afin d’étoffer la série lithique qui comporte une pièce bifaciale. Par ailleurs, il conviendra de tenter de préciser le contexte chronostratigraphique de cette occupation paléolithique.

17À Barneville-Carteret, l’érosion qui affecte le cap de Carteret a livré plusieurs petits lots rapportables à la phase récente du Paléolithique moyen. Le suivi de terrain, assuré par Thierry Vasselin, permet de préciser le contexte environnemental, donc la datation de ces éléments, et participe à enrichir en artefacts les lots initialement mis au jour.

18Par ailleurs, un suivi des dragages de l’estuaire de la Gerfleur (« Havre de Carteret »), fleuve détourné lors de la construction du port au xixe s., permettrait peut-être de préciser la position initiale des artefacts du Paléolithique moyen collectés par Jeannine Bourigault (†).

19Dans le cadre de la thématique des occupations des vallées et de leurs bordures, des sondages ont été effectués à Croisilles (Calvados), au lieu-dit Les Fours à Chaux. Ces investigations ont livré au moins deux ensembles de silex taillés, pour l’un datable du Néolithique, se caractérisant par la présence de haches taillées, associés au limon de couverture, pour l’autre, rapportable au Paléolithique moyen, incorporé à la partie sommitale des biefs à silex. Cette industrie rapportable au Paléolithique moyen, soit entre 55 et 50 000 ans, est constituée d’un outillage lourd (bifaces, souvent confectionnés sur masse centrale) et de produits de débitage et de nucléus où les Méthodes Levallois et Discoïde sont attestées.

20Les occupations potentielles de réseaux karstiques ont aussi été l’objet de nos préoccupations avec le sondage effectué sous l’actuel porche de la grotte de Bahais à Cavigny (Manche) au niveau du front d’exploitation des calcaires primaires destinés à alimenter les fours à chaux proches. Cette cavité dont il ne subsiste que la partie terminale est située à environ 8 m au dessus de la plaine alluviale de la Vire, en exposition sud. Elle était donc favorable à d’éventuelles implantations anthropiques et de différentes espèces de mammifères. Si aucun témoin pléistocène n’a pu être reconnu, un aménagement de rampe lié à l’extraction au xxe s. a été mis en évidence.

21En accompagnement des investigations conduites par l’Inrap, à Acquigny (Eure), en fond de la vallée de l’Eure, à environ 15 km de sa confluence avec la Seine, un sondage profond a été pratiqué dans les dépôts de pente du versant occidental de la vallée. Ce sondage a permis de reconnaître une séquence complexe comportant de bas en haut, dans l’ordre chronologique de mise en place des dépôts : la nappe alluviale d’une basse terrasse saalienne de l’Eure, surmontée du sol interglaciaire éémien (Bt), puis de deux sols isohumiques du Début Glaciaire weichselien, recouverts d’un cailloutis et d’un mince horizon colluvial, qui peuvent être parallélisés avec les limons bruns feuilletés du Pays de Caux, Pléniglaciaire inférieur. La partie sommitale de la séquence est constituée du dernier lœss du Pléniglaciaire supérieur, du sol brun lessivé de surface (Bt) et de son horizon de transition, puis de colluvions holocènes remaniées par l’homme.

22Cinq silex taillés et deux pièces osseuses (une prémolaire et un calcaneus de cheval) ont été collectés au contact du sol isohumique supérieur et du cailloutis sus-jacent, ce qui donnerait à ces vestiges un âge antérieur à 70 000 ans.

23Enfin, sur le site du Rozel, les travaux se poursuivent. Ils ont permis la mise au jour de plus d’une centaine d’empreintes de pas de Néandertaliens, fait rarissime. L’exceptionnel état de conservation des vestiges et des sols d’occupation confère une valeur toute particulière à ce gisement qui permet une approche palethnographique des modes de vie des Néandertaliens au début du dernier glaciaire, notamment en ce qui concerne la constitution du groupe.

Fig. 1 – Coupe stratigraphique

Fig. 1 – Coupe stratigraphique

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Fig. 2 – Diffusion des matières premières : grès, conglomérat et quartz locaux et silex apporté du littoral

Fig. 2 – Diffusion des matières premières : grès, conglomérat et quartz locaux et silex apporté du littoral

DAO : A. Ropars (SRA).

Fig. 3 – Industrie du Paléolithique moyen en silex

Fig. 3 – Industrie du Paléolithique moyen en silex

Clichés : D. Cliquet (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe stratigraphique
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 2 – Diffusion des matières premières : grès, conglomérat et quartz locaux et silex apporté du littoral
Crédits DAO : A. Ropars (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Industrie du Paléolithique moyen en silex
Crédits Clichés : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Les premiers Hommes en Normandie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24378

Haut de page

Auteur

Dominique Cliquet

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Cliquet

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search