Navigation – Plan du site
2008

Bordeaux – 38 à 44 rue de Cursol et impasse Caillabet

Responsable(s) des opérations : Wandel Migeon
Notice rédigée par : Wandel Migeon

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025387

Date de l'opération : 2008 (EV)

1À Bordeaux, au sud du Peugue, rue de Cursol, la construction d’un complexe immobilier par Bordeaux Métropole Aménagement a été précédée par une fouille sur 1 100 m². L’îlot est situé au cœur de Bordeaux sur l’emplacement de l’ancien Bordeaux Etudiants Club.Les vestiges de la rue de Cursol mis au jour se rapportent à quatre grandes phases d’occupation antique allant de la fin du Ier s. av. J.-C. et au IVe siècle de notre ère. Au Haut Empire, le site se trouve au cœur d’un secteur suburbain de Burdigalareconnu notamment à la cité Judiciaire et rue du Hâ. La fouille a permis de suivre la mise en place d’un quartier de l’agglomération antique occupé depuis la période augustéenne jusqu’à nos jours.

2La chronologie des occupations débute avec une aire dédiée à des activités artisanales, aménagée autour d’un four monumental. Elle est accompagnée d’un bâtiment en bois sur sablière basse, jalonné de trous de poteau et de fosses creusées dans la terrasse sableuse. La surface concernée s’étend au-delà des limites de notre chantier au sud. Un mobilier clairement datable des époques pré-augustéenne et augustéenne, entre 10 av. J.-C. et 15 apr. J.-C. se rapporte à cette phase d’occupation.

3La deuxième phase d’occupation couvre la première moitié du Ier s. Elle révèle la construction d’un bâtiment en dur orienté sud-ouest – nord-est, avec une cave bâtie suivant le même axe et une latrine perpendiculaire. L’occupation apparaît plus dense progressivement du sud vers le nord de l’emprise. La moitié nord de l’emprise laisse peu de traces de cette occupation largement tronquée par les états postérieurs antiques et contemporains.

4Le troisième état débute par un nivellement général du site caractérisé par la mise en place de remblais d’exhaussement. Les sols sont progressivement nivelés vers le nord de l’emprise. Le centre de l’emprise est occupé par un bâtiment rectangulaire construit suivant une nouvelle orientation ouest-est. Un nouveau bâtiment est construit dans l’angle nord-ouest du précédent, dans le courant du deuxième siècle. Un grand mur orienté d’ouest en est, marque la limite d’un espace occupé par un troisième bâtiment au nord. La disparition des sols d’occupation ne permet plus d’identifier la nature des activités. Une canalisation, à encoches régulières au sommet des piédroits, est construite au sud parallèlement au bâtiment central suivant un pendage est-ouest. Une autre, avec un pendage du sud vers le nord-est contourne par l’est le premier bâtiment. À l’extrémité sud de l’emprise, elle possède une branche perpendiculaire en direction de l’ouest. Les bâtiments associés aux deux branches de canalisations matérialisent le développement d’un quartier urbain muni d’un réseau hydraulique secondaire au sud du Peugue durant le second siècle.

5Une quatrième phase perturbe largement les états antérieurs, en ne préservant que quelques élévations. Elle marque un nouveau bouleversement de l’aménagement.

6L’exhaussement des sols au sud de l’emprise est contemporain de la construction d’une grande canalisation d’assainissement dans le courant du IIIe s. La construction de l’ouvrage traverse l’emprise d’une place ouverte au sud et perce le bâtiment central reconstruit à cette occasion. Les sols surhaussés sont associés à des cloisonnements de murs en argile et blocs calcaire en liaison avec une pièce consacrée à une activité artisanale. Les deux bâtiments contigus au nord est de l’emprise coexistent. Les murs de l’état précédent sont repris en sous-œuvre et surélevés avec des matériaux calcaires récupérés. Une salle avec chambre de chauffe et praefurniums’ouvre sur un hypocauste constitué de douze grandes pilettes privées de leur suspensura.Les quatre angles intérieurs de la structure sont équipés de double tubulidestinés à chauffer l’étage supérieur.

7Suite à un effondrement des piles et de la suspensurapar soutirage d’une doline, l’espace est comblé et le sommet de l’hypocauste réutilisé comme niveau de circulation durant le haut Moyen Âge. Par ailleurs, l’implantation de certains murs médiévaux dans l’axe, voire au-dessus des murs antiques, ainsi que le bouchage du praefurniumsuggère une continuité de l’occupation.

8Les phases d’occupation médiévales postérieures se caractérisent par la récupération de matériaux et l’apport de terres noires. De grandes fosses recoupent sur de larges diamètres la stratigraphie antique sur toute la frange ouest de l’emprise. Plusieurs traces de labours profonds et de cultures en fosses ont perforé les sols de béton antiques. L’angle d’un bâtiment moderne au sud est de l’emprise a livré un dépotoir du XVIe s. Trois latrines modernes et dix contemporaines ont progressivement jalonné la majeure partie de l’emprise durant la période contemporaine.

9 (Fig. n°1 : 38 à 44 rue de Cursol et Impasse Caillabet)

10MIGEON Wandel

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : 38 à 44 rue de Cursol et Impasse Caillabet

Fig. n°1 : 38 à 44 rue de Cursol et Impasse Caillabet

(2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : 38 à 44 rue de Cursol et Impasse Caillabet
Crédits (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Wandel Migeon, « Bordeaux – 38 à 44 rue de Cursol et impasse Caillabet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2448

Haut de page

Responsable d'opération

Wandel Migeon

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals