Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOcéan Indien et TAAF2012La RéunionSaint-Denis – La Grande Chaloupe,...

2012
La Réunion

Saint-Denis – La Grande Chaloupe, Lazaret no 2

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Anne-Laure Dijoux

Texte intégral

1Le Lazaret no 2 de la Grande Chaloupe est un complexe sanitaire destiné à l’isolement et à la guérison de travailleurs sous contrat, les engagés, et de voyageurs, qui a fonctionné, a maxima, entre 1860 et 1940 (fig. 1).

Fig. 1 – Plan du Lazaret no 2 de 1872

Fig. 1 – Plan du Lazaret no 2 de 1872

ADR/CP/198.6(1).

2À l’inverse du Lazaret no 1, régulièrement réutilisé, notamment par les services routiers et aujourd’hui réhabilité comme lieu culturel, le Lazaret no 2 est resté à l’abandon depuis sa désaffection. Ce dernier se situe en rive droite de la ravine, sur la parcelle CH75 de la commune de Saint-Denis d’une superficie de 12 937 m2, dans une enceinte maçonnée d’environ 5 700 m2. À l’origine, celle-ci s’étendait sur 150 m dans son axe nord-sud et sur 40 m dans son axe est-ouest, et était matérialisée par un mur d’enceinte de 2,5 m de haut, aujourd’hui partiellement conservé en surface mais détruit sur certaines sections. Le plan de masse d’origine semble avoir été conservé (fig. 2).

Fig. 2 – Plan du site et des sondages

Fig. 2 – Plan du site et des sondages

Relevé : Toposervices : DAO : A.-L. Dijoux (CD974).

3L’ensemble architectural du Lazaret no 2 se compose :

  • d’un bâtiment perpendiculaire à la berge (bâtiment A) ;

  • de deux bâtiments parallèles à celle-là (bâtiment B, le plus au sud et bâtiment C, le plus au nord) ;

  • d’une fontaine dite « bateau-lavoir » (fig. 3) située à l’ouest de ces deux bâtiments ;

  • au nord de l’ensemble d’un cimetière clôturé auquel sont adossées des latrines.

Fig. 3 – Vue du « bateau-lavoir »

Fig. 3 – Vue du « bateau-lavoir »

Cliché : B. Randoin (SDA).

4Inscrit en 1998 au titre des monuments historiques, le site appartient au Conseil départemental de La Réunion, qui à partir de 2010, a souhaité réaliser une opération archéologique en préalable à la restauration du site.

5La collectivité a recruté en 2011 l’archéologue Anne-Laure Dijoux pour monter une opération de sondages, réalisée sur le terrain d’août à octobre 2012 (fig. 4). Le Lazaret no 2 est ainsi le premier lieu de transit et quarantaine étudié par l’archéologie à La Réunion. Si le fonctionnement de l’établissement était bien décrit dans les sources écrites, les conditions matérielles de la vie quotidienne et des modes d’inhumation des internés méritaient d’être mieux documentées grâce aux archives du sol.

Fig. 4 – Vue du chantier du Lazaret no 2

Fig. 4 – Vue du chantier du Lazaret no 2

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

6Il s’agissait également d’un chantier-école et d’insertion professionnelle, qui a accueilli des étudiants issus de plusieurs universités, et des habitants de La Grande Chaloupe ou de villes proches, dont l’implication fut déterminante pour la réussite du chantier.

7Le site du Lazaret no 2 présentait un couvert végétal très dense : l’opération a donc commencé par un important débroussaillage, lui-même précédé, d’une expertise botanique afin de n’impacter aucune espèce végétale importante, et d’une évacuation des déchets contemporains, le site ayant longtemps servi de décharge sauvage. Les sondages ont été implantés dans deux zones : la cour et le cimetière (fig. 5 et 6).

Fig. 5 – Sondage SD2 dans la cour

Fig. 5 – Sondage SD2 dans la cour

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

Fig. 6a – Vue d'ensemble des sondages CM2-4-6-7-8-9

Fig. 6a – Vue d'ensemble des sondages CM2-4-6-7-8-9

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

Fig. 6b – Sondage CM2-4-6-7-8-9 dans le cimetière

Fig. 6b – Sondage CM2-4-6-7-8-9 dans le cimetière

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

8Leurs dimensions étaient le plus souvent de 2 m x 2 m, pour une surface totale ouverte de 55 m2 et un volume de déblais mobilisé de 73 m3. Si les niveaux remaniés ont été retirés à la pelle mécanique, les sondages archéologiques ont été fouillés et relevés manuellement. L’un d’eux a fait l’objet d’une numérisation 3D par lasergrammétrie.

9L’opération a d’une part permis de mesurer l’érosion du site et de sauvegarder par l’étude les vestiges qu’elle a épargnés. Sur l’ensemble du site, la séquence stratigraphique relevée indique en effet une prééminence de l’action de la Ravine de La Grande Chaloupe. Comme en attestent les photographies aériennes de l’IGN (fig. 7), des phénomènes géomorphologiques importants ont perturbé les niveaux archéologiques de la section ouest/nord-ouest/sud-ouest du site et détruit des pans du mur d’enceinte du Lazaret no 2.

Fig. 7 – Évolution géomorphologique du lit mineur de la Ravine de La Grande Chaloupe aux abords du Lazaret no 2

Fig. 7 – Évolution géomorphologique du lit mineur de la Ravine de La Grande Chaloupe aux abords du Lazaret no 2

Photographies aériennes de l’IGN entre 1950 et 2012.

DAO : A.-L. Dijoux (CD974).

10Elle a d’autre part permis la mise au jour de niveaux anthropiques liés au fonctionnement du Lazaret. Dans la cour, entre le mur sud du cimetière et le dortoir/réfectoire au nord (fig. 8 et 9), cette occupation se traduit par des dépotoirs domestiques riches en mobilier et restes de faune.

Fig. 8 – Vue extérieure du dortoir/réfectoire

Fig. 8 – Vue extérieure du dortoir/réfectoire

Cliché : É. Jacquot (Dac-OI).

Fig. 9 – Vue intérieure du dortoir/réfectoire

Fig. 9 – Vue intérieure du dortoir/réfectoire

Cliché : É. Jacquot (Dac-OI).

11Le mobilier (NR = 3 662 dont 2 991 dans la cour et 671 dans le cimetière) est principalement composé de témoins de la vie quotidienne (fig. 10 et 11), en verre, terre cuite, céramique, ver, coquillages, etc. Ces fragments proviennent d’objets très variés tels que : assiettes, tasses, bols, pots, plats ; verres, bouteilles, dames-jeannes (bonbonnes) ; pipes à fumer ; outils en fer, clous ; marmites en fonte « trois pieds », perles en verre ; ainsi que des éléments d’architecture, tuiles ou briques. Leur présence traduit des activités communes à tout habitant : conservation et stockage des denrées alimentaires tant solides que liquides, préparation et cuisson des aliments, jardinage, petites réparations domestiques, hygiène et toilette. Elles mettent aussi en évidence des loisirs tels que la consommation de substances fumables dans les pipes en terre cuite. Cet assemblage est caractéristique de la fin du xixe et du début du xxe s. Il reflète parfaitement les techniques et courants économiques de l’époque existant entre la France et ses colonies et aussi entre l’Europe et le reste du monde. Comme l’attestent les archives écrites, c’est en effet l’administration du Lazaret qui était en charge de l’approvisionnement en matériel (vaisselle, outillage, pipes), qui provenait exclusivement de France. En revanche l’archéologie révèle que d’autres objets plus personnels furent ramenés par les voyageurs arrivés dans l’île par le Lazaret. C’est le cas de quelques récipients en poterie, rappelant les céramiques tournées à la main en Afrique ou en Inde. Les perles en pâte de verre retrouvées dans les sépultures sont originaires de Venise, mais ne sont pas arrivées directement d’Europe : très prisées dans d’autres parties du monde, elles témoignent des échanges commerciaux importants de l’époque entre ces continents, avant d’accompagner les migrants dans leur transit à l’île de La Réunion, comme une pièce de monnaie indienne, mise au jour dans la cour.

Fig. 10 – Fragments de céramique mis au jour

Fig. 10 – Fragments de céramique mis au jour

Clichés : A.-L. Dijoux (CD974).

Fig. 11 – Fourneau de pipe en terre à l’effigie de l’impératrice Eugénie

Fig. 11 – Fourneau de pipe en terre à l’effigie de l’impératrice Eugénie

Piperie Gambier.

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974) ; photos et dessins anciens : catalogue Gambier (Jean-Léo 1971).

12L’analyse archéozoologique des restes de faune (NR = 530), réalisée par Caroline Lachiche, a permis de caractériser les restes de repas, qui sont constitués majoritairement d’ossements d’animaux domestiques : mouton, chèvre, bœuf, porc, poulet, oie. La présence de nombreux os de têtes et de pieds de bœuf, ainsi que les traces de découpe (fig. 12), attestent d’activités de boucherie directement effectuées dans l’enceinte de l’établissement. L’étude confirme également que le poisson a été grandement consommé, sous forme de poisson salé (« poisson-sabre ») ou de poisson frais. Les archives écrites indiquent que des voyageurs pouvaient être choisis afin de cuisiner pour l’ensemble des internés, mais que les menus étaient sélectionnés par l’administration.

Fig. 12 – Fragments de faune portant des traces de découpe

Fig. 12 – Fragments de faune portant des traces de découpe

Clichés et DAO : C. Lachiche.

13Situé au nord de l’ensemble architectural, le cimetière du Lazaret no 2 s’étendait à l’origine sur environ 1 200 m2, soit le quart de la superficie totale de l’enceinte. Il était clôturé par des murs maçonnés épais d’environ 50 cm et hauts de 2,50 m. Ses murs nord, est et ouest mesuraient 30 m chacun, le mur sud s’étendait sur 40 m (fig. 13). Utilisé sans doute dès la mise en service des bâtiments de La Grande Chaloupe en 1863, il a été abandonné au début du xxe s. Au début du xxie s., plus aucune pierre tombale ne venait matérialiser la fonction funéraire du lieu, laquelle avait également disparu de la mémoire collective. Les registres de décès, qui renfermaient d’importantes informations sur les défunts – origine, âge, causes de décès – et leur nombre, ont également été perdus. Avant l’exploration archéologique, il n’existait donc que peu d’information sur cet ensemble funéraire, sa caractérisation, sa densité, son emprise, ou encore les pratiques funéraires adoptées.

Fig. 13 – Vue des vestiges du mur d’enceinte

Fig. 13 – Vue des vestiges du mur d’enceinte

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

14Les sondages ont d’abord permis de caractériser des zones vides, soit qu’elles n’aient pas été utilisées pour enterrer des malades décédés en quarantaine, soit qu’elles aient subi de fortes perturbations naturelles postérieures à l’occupation, qui auraient fait disparaître les sépultures (fig. 14).

Fig. 14 – Vue et coupe du sondage SD3

Fig. 14 – Vue et coupe du sondage SD3

Cliché, relevé et DAO : C. Payet.

15Quatre sépultures, trois en position primaire et une réduction, ont été mises au jour, dans le secteur nord-ouest du cimetière. Elles sont caractérisées par la pratique de l’inhumation individuelle, en pleine terre et en cercueil. Les corps étaient disposés sur le dos, dans un axe nord-sud, la tête placée au sud, regardant vers l’ouest (fig. 15). Leur étude permet d’éclairer au moins en partie le traitement des morts au Lazaret no 2, qui suit l’application des rites chrétiens par l’administration en charge du site.

Fig. 15 – Relevé des sépultures des sondages CM2-4-6-7-8-9

Fig. 15 – Relevé des sépultures des sondages CM2-4-6-7-8-9

Relevé et DAO : A.-L. Dijoux (CD974).

16Outre les objets communs déjà mentionnés, le mobilier du cimetière comporte des dépôts funéraires. Un des défunts était paré de ces perles de verre dites white-hearts (fig. 16), originaires de Venise, et avait quelques objets d’offrande près de lui : pipe, coquillage, céramique. L’association de mobilier funéraire d’origine européenne et extra-européenne, rapporté par les voyageurs transitant par le Lazaret, suggère des fonctions symboliques, esthétiques, ethniques ou culturelles.

Fig. 16 – Perles en verre de Venise de type white-hearts

Fig. 16 – Perles en verre de Venise de type white-hearts

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

  • 1 Réalisées sous la direction de Patrice Courtaud (laboratoire PACEA, Bordeaux).

17Les analyses paléogénétiques1 (fig. 17), ont pu confirmer le sexe et l’âge de trois défunts. Une jeune femme et deux hommes sont décédés avant ou pendant leur quarantaine. Au-delà, elles ont également pu déterminer qu’ils sont originaires du continent asiatique, et probablement d’Inde (certainement même pour l’individu masculin), comme le démontrent les haplogroupes mitochondriaux R et M. En revanche, la date de décès de ces individus n’a pas pu être déterminée avec précision.

Fig. 17 – Prélèvement paléogénétique sur le terrain

Fig. 17 – Prélèvement paléogénétique sur le terrain

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

18L’opération a été perturbée par le pillage de l’une des sépultures en cours de fouille, induisant une perte irréversible de données anthropologiques et archéologiques pour la connaissance scientifique du site. Le pilleur a été arrêté, et condamné en 2013.

19Les archives du sol, révélées par l’archéologie, ont été capables de livrer des informations nouvelles sur la vie et la mort des personnes qui ont résidé au Lazaret no 2. L’étude du cimetière a non seulement permis de retracer l’histoire de personnes dont la mémoire était perdue, mais également de rendre sa dignité à ce lieu auparavant négligé. Une cérémonie œcuménique a été célébrée à l’issue de l’opération (fig. 18), et enfin, après l’étude anthropologique, les ossements des défunts ont été réinhumés sur le site.

Fig. 18 – Cérémonie œcuménique au Lazaret no 2

Fig. 18 – Cérémonie œcuménique au Lazaret no 2

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

20Cette opération a été valorisée par une exposition (fig. 19), présentée depuis fin 2013 au Lazaret no 1, L’archéologie pour écrire l’histoire, par un film de Laurent Pantaléon, Mémoire du sol, et en 2015 par un livret pédagogique d’Alain Ines-Van Cauteren et d’Anne-Laure Dijoux à destination des enseignants.

Fig. 19 – Exposition au Lazaret no 1

Fig. 19 – Exposition au Lazaret no 1

Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).

Haut de page

Notes

1 Réalisées sous la direction de Patrice Courtaud (laboratoire PACEA, Bordeaux).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du Lazaret no 2 de 1872
Crédits ADR/CP/198.6(1).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Fig. 2 – Plan du site et des sondages
Crédits Relevé : Toposervices : DAO : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 3 – Vue du « bateau-lavoir »
Crédits Cliché : B. Randoin (SDA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 4 – Vue du chantier du Lazaret no 2
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 5 – Sondage SD2 dans la cour
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 6a – Vue d'ensemble des sondages CM2-4-6-7-8-9
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 6b – Sondage CM2-4-6-7-8-9 dans le cimetière
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 7 – Évolution géomorphologique du lit mineur de la Ravine de La Grande Chaloupe aux abords du Lazaret no 2
Légende Photographies aériennes de l’IGN entre 1950 et 2012.
Crédits DAO : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 – Vue extérieure du dortoir/réfectoire
Crédits Cliché : É. Jacquot (Dac-OI).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 9 – Vue intérieure du dortoir/réfectoire
Crédits Cliché : É. Jacquot (Dac-OI).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 10 – Fragments de céramique mis au jour
Crédits Clichés : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 11 – Fourneau de pipe en terre à l’effigie de l’impératrice Eugénie
Légende Piperie Gambier.
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974) ; photos et dessins anciens : catalogue Gambier (Jean-Léo 1971).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Titre Fig. 12 – Fragments de faune portant des traces de découpe
Crédits Clichés et DAO : C. Lachiche.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 13 – Vue des vestiges du mur d’enceinte
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 14 – Vue et coupe du sondage SD3
Crédits Cliché, relevé et DAO : C. Payet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 15 – Relevé des sépultures des sondages CM2-4-6-7-8-9
Crédits Relevé et DAO : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 16 – Perles en verre de Venise de type white-hearts
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 17 – Prélèvement paléogénétique sur le terrain
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 18 – Cérémonie œcuménique au Lazaret no 2
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 19 – Exposition au Lazaret no 1
Crédits Cliché : A.-L. Dijoux (CD974).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24483/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Dijoux, « Saint-Denis – La Grande Chaloupe, Lazaret no 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Océan Indien et TAAF, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24483

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Dijoux

Conseil départemental de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Laure Dijoux

Conseil départemental de La Réunion

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search