Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201524 – DordogneSaint-Cirq – La grotte du Sorcier

2015
24 – Dordogne

Saint-Cirq – La grotte du Sorcier

Relevé d’art rupestre (2016)
Responsable d’opération : Romain Pigeaud
Notice rédigée avec Florian Berrouet, Estelle Bougard, Hervé Paitier et Didier Cailhol

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

26642

Nature de l'opération :

relevé d'art rupestre
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2015 s’est déroulée en 2016. L’état de santé de plusieurs membres de la mission a nécessité de reporter l’opération en janvier. Il s’agissait d’une année probatoire, en vue de l’obtention d’une autorisation d’étude triennale.

2Nous avons donc réalisé une première synthèse des travaux entamés depuis 2010, en vue avant tout d’homogénéiser les relevés suivant une charte graphique, encouragés en cela par G. Pinçon, directrice du centre national de la Préhistoire. L’étude géomorphologique qui nous avait été demandée a été amorcée par l’un d’entre nous (D. Cailhol). La grotte est une petite cavité de type phréatique dans laquelle se retrouvent encore les phases d’évolution du système karstique en lien avec l’histoire géologique régionale et l’incision de la Vézère. Il s’agit d’un drain constitué de plusieurs chenaux interconnectés qui a connu différentes modalités de fonctionnement. La zone d’entrée de la grotte et l’escarpement ont fait l’objet de différents aménagements troglodytiques au cours des temps historiques. Ces travaux ont conduit à des excavations avec un abaissement important des sols et des aménagements des parois dans la zone d’entrée. Un mur maçonné ferme actuellement l’entrée de la cavité et différentes encoches témoignent d’installations et d’équipements à l’intérieur comme à l’extérieur du site. Sur les parois de la grotte, on remarque très nettement le changement de faciès dans les calcaires turoniens. Un joint de stratification épais constitue une surface de contact stratigraphique. C’est à partir de cette discontinuité que se sont développés les chenaux à l’origine des drains qui forment la grotte. Les diaclases présentes participent également à la distribution des conduits karstiques.

3Dans la grotte, les formes phréatiques sont nombreuses : coupoles, chenaux de voûte, cheminées. Ces morphologies se retrouvent sur plusieurs niveaux avec des étagements nets. Cette structuration est subordonnée aux évolutions de l’hydrologie régionale et des drainages souterrains qui se sont formés depuis le Pliocène.

4À partir des éléments morphologiques encore en place, il est possible de distinguer les phases d’évolution de la galerie principale :

5— Installation d’un drain à partir de la surface de contact stratigraphique : les premières phases de karstification et de structuration des drains en profondeur se sont faites à partir de la discontinuité que constitue ce contact stratigraphique. Les eaux infiltrées sous les couvertures ont emprunté les réseaux de fissures pour pénétrer par gravité dans les calcaires. La différence de lithologie entre les deux faciès a favorisé la dissolution au toit et la perméabilité plus grande offerte par le joint de stratification a permis la diffusion de l’eau le long de ce niveau d’inception. Au départ, le fonctionnement du drain est en régime noyé, la dissolution agit sur l’ensemble des surfaces du conduit. L’évolution au fil du temps va amener une augmentation de la section de la galerie et si les conditions climatiques ne varient pas, l’installation d’un fonctionnement du drain en écoulement libre.

6— Début de la phase d’incision : le creusement syngénétique. Le système karstique voit sa fonctionnalité augmenter. Les circulations se structurent à partir de drains avec une meilleure conductivité hydrologique. L’abaissement du niveau de base régional apporte une plus forte énergie au système. La circulation en écoulement libre dans le conduit augmente la vitesse de transit et favorise les processus de dissolution. L’action de la dissolution porte avant tout vers le bas de la galerie, qui évolue en forme de trou de serrure. La dynamique hydrologique permet une bonne compétence du drain, la charge sédimentaire est exportée à l’extérieur du système karstique.

7— Phase de creusement de la cavité per ascensum : l’observation des dépôts argileux dans les différents conduits du système karstique en lien avec la grotte du Sorcier montre des niveaux de remplissage à toutes les hauteurs dans les cavités présentes dans cet escarpement. Les morphologies des parois comprennent de nombreuses cheminées qui viennent raccorder des chenaux anastomosés et des coupoles. Ces observations mettent en évidence un changement de fonctionnement du système hydrologique du drainage karstique lié à l’impossibilité pour l’eau de trouver un exutoire à la base du massif. La circulation d’eau se ralentit très fortement du fait des points d’émergence qui se trouvent alors plus en hauteur. L’eau doit remonter pour sortir du système ; il en résulte une forte perte d’énergie qui conduit au dépôt de la charge sédimentaire dans les drains. Ce processus entraîne une diminution de la section des conduits et l’action de la dissolution ne porte que sur les plafonds des galeries ; les parties inférieures sont recouvertes par les argiles qui les protègent de la corrosion. Cette séquence d’aggradation consécutive des variations d’altitude des niveaux de base locaux se porte sur 4 à 5 m de hauteur, comme en témoignent les placages d’argile rouge visibles dans les conduits. La galerie supérieure montre un niveau de fonctionnement phréatique du système karstique avec un niveau de base local relativement haut.

8Au fond de la cavité, après l’excavation de la tranchée centrale, une coupe stratigraphique permet de mieux appréhender le fonctionnement de la cavité. L’étude des dépôts présents dans la partie basse de la grotte et la position des remplissages dans les différents conduits amènent à distinguer 5 phases de fonctionnement des régimes phréatiques et d’évolution de la cavité. Ils sont conditionnés par les modifications paléo-environnementales et de niveau de base local lié à la position altitudinale de la Vézère.

9Notre connaissance de la cavité progresse. Nous disposons à présent d’une topographie plus précise, qui permet de situer les représentations. Nous sommes en mesure de discuter précisément de la position des actes de vandalisme et du développement des épanchements de gypse et par-delà, de l’état des parois. L’étude des enlèvements de matière autorise des discussions avancées sur la position du remplissage avant la réouverture et l’aménagement de la cavité à l’époque moderne. Nous avons réalisé le remontage des panneaux ainsi que des tableaux de synthèse, tout en élaborant une charte graphique pour tout homogénéiser.

10Nous pouvons d’ores et déjà tirer quelques observations.

11La première partie de la grotte, réalisée dans le banc calcaire supérieur, est homogène. Le style des figurations, notamment les chevaux à sabots bouletés, rappelle celui des grottes de Lascaux et Gabillou. Cependant, l’étude de l’indéterminé no 9 a révélé différentes étapes dans la réalisation des gravures profondes, tirant sur le bas-relief. Il y a eu au moins deux phases.

12La deuxième partie est plus complexe. Il y a mélange entre des figures assez détaillées, comme le bison no 15, et d’autres plus stylisées (quadrupède 15a par exemple). La présence d’une gravure antérieure de cheval (no 18bis) sous le tracé du « Sorcier » (no 18) indique là aussi plusieurs phases de réalisation.

13Il y a de nombreux anthropomorphes stylisés, dont des types qu’il est habituel de surnommer « fantômes ». Notons celui qui a des bras démesurés, rappelant ceux de la côte à la « pêche miraculeuse » issue de la couche magdalénienne de Laugerie-Basse.

14Enfin, les figures féminines schématiques ont vu leur nombre augmenter dans une forte proportion. Elles appartiennent à deux types formels identifiés par R. Bourrillon : l’un plus réaliste avec une tête (no 20a), les autres appartenant à la catégorie des figures féminines stylisées (FFS) dites « de Gönnersdorf-Lalinde », d’une grande répartition à l’échelle européenne, habituellement rapportées au Magdalénien supérieur.

15Par ailleurs, au niveau des signes, nous pouvons distinguer des signes simples, en ovale ou triangle, ainsi que des ramifiés, dont deux (nos 23a et 24b) rappellent fortement ceux de la fin du Diverticule Axial (paroi gauche) de Lascaux.

16Il est encore trop tôt pour établir des conclusions, mais nous pouvons déjà proposer deux phases principales pour la réalisation des gravures : une phase ancienne au Magdalénien inférieur ; une phase plus récente au Magdalénien supérieur. Pour le moment, nous ne savons pas situer la figure féminine no 20a, qui tranche avec les autres. Contrairement à ce que nous pensions au début de notre étude, il ne semble pas y avoir de phase gravettienne.

17Enfin, il n’est pas inutile de rappeler que, de plus en plus, aussi bien par les thèmes que par l’enchevêtrement des gravures, qui se succèdent sans discontinuer, la grotte du Sorcier se rapproche des Combarelles 1. Rappelons que dans cette cavité se trouve également un personnage en position assise, comme le « Sorcier ».

18Tout ceci sera développé plus longuement dans un article que nous préparons.

19La mise en œuvre des lignes directrices de notre travail suppose une visée à moyen terme. D’un point de vue archéologique, il faut en effet achever la couverture complète des parois (photographies, relevés, DAO) et la compléter par la recherche de pigments éventuels. Une étude géomorphologique est nécessaire pour préciser le contexte karstologique et ses relations avec les manifestations graphiques. D’un point de vue conservatoire, il convient aussi de compléter les observations et opérations ponctuelles menées au cours des campagnes précédentes (mousses, gypse, radicelles…) par l’étude géomorphologique de la cavité et de son environnement. La réalisation de la 3D est aussi un projet à envisager sur plusieurs années car sa préparation nécessite un travail important.

20Les nouvelles recherches que nous effectuons depuis 2010 ont permis de préciser certains relevés, ainsi que de commencer un inventaire des parois et des états de surface, et d’évaluer la taphonomie de la paroi et l’état de conservation des gravures. Nous souhaitons continuer la prospection et les relevés des nouvelles découvertes afin de proposer un inventaire complet des représentations de cette grotte majeure. En particulier, les secteurs V et VI nécessitent une prospection systématique. Il subsiste des tracés autour de la figure no 28, à examiner, ainsi que la gravure B.

21D. Cailhol doit poursuivre l’étude géomorphologique du site grâce à laquelle nous pourrons mieux filtrer les informations et affiner la distinction entre tracés anthropiques et traits naturels.

22Grâce aux prises de vues numériques de plus en plus performantes, nous pourrons réaliser des modèles photogrammétriques qui permettront de prouver définitivement la nature anthropique de tracés (ensemble no 11 notamment).

23L’un des objectifs du projet est de réaliser la numérisation 3D de la grotte, qui est importante tant pour son intérêt conservatoire que ses apports à l’étude de l’art. Grâce au relevé topographique et photographique précis sur les parois et notamment sur la partie principale dite la « coupole » où se trouve la gravure du « Sorcier », une microtopographie sera réalisée avec la plus grande précision possible. Les données d’acquisition numériques serviront à obtenir un modèle numérique géoréférencé grâce à un logiciel de photogrammétrie (™Agisoft Photoscan). Le but est d’obtenir un modèle en projection 2D et 3D comportant les différentes altitudes en niveaux de couleur et d’y apposer des microcourbes de niveau afin de mettre en valeur le relief de façon précise. La méthode étant de sortir un premier modèle référencé en GéoTiff et de l’intégrer en Raster dans un logiciel de SIG (™Qgis). Cette modélisation permettra éventuellement d’extraire des profils et surtout de mettre en valeur l’emplacement des gravures sur les reliefs de la paroi. L’acquisition complète de la cavité sera également poursuivie afin d’obtenir à l’avenir une modélisation pouvant servir de support d’illustration numérique fournissant un document très précis. Cela sera complété par plusieurs stations au laser afin d’obtenir un modèle numérique précis géoréférencé.

24Enfin, nous envisageons la production d’une monographie complète de la grotte du Sorcier, qui interviendra, bien sûr, à la toute fin de notre étude.

Fig. 1 – Relevé synthétique des secteurs III et IV ; panneaux VII, VIII, IX et X

Fig. 1 – Relevé synthétique des secteurs III et IV ; panneaux VII, VIII, IX et X

DAO : F. Berrouet, P. Bonic, E. Bougard, A. Redou, R. Pigeaud, T. Guigon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relevé synthétique des secteurs III et IV ; panneaux VII, VIII, IX et X
Crédits DAO : F. Berrouet, P. Bonic, E. Bougard, A. Redou, R. Pigeaud, T. Guigon.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Pigeaud, Florian Berrouet, Estelle Bougard, Hervé Paitier et Didier Cailhol, « Saint-Cirq – La grotte du Sorcier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24676

Haut de page

Auteurs

Romain Pigeaud

Articles du même auteur

Florian Berrouet

Articles du même auteur

Estelle Bougard

Articles du même auteur

Hervé Paitier

Didier Cailhol

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Romain Pigeaud

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search