Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201533 – GirondeSaint-Émilion – La Madeleine

2015
33 – Gironde

Saint-Émilion – La Madeleine

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Natacha Sauvaitre

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

26791

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1Cette deuxième campagne de fouille, menée sur le plateau de la Madeleine à Saint-Emilion, s’inscrit dans le programme collectif de recherche « Saint-Emilion et sa juridiction : Genèse, architectures et formes d’un territoire » coordonné par Frédéric Boutoulle (Ausonius, UMR 5607).

2L’objectif principal de cette campagne était de dégager complètement la façade occidentale de l’église et de fouiller une portion du cimetière conservé (superficie de l’emprise de fouille : 256 m2). Le dégagement complet de la façade de l’église, couplé aux données acquises lors de la première campagne de fouille en 2012, permet de revenir sur la restitution du plan de l’édifice (fig. 1). La longueur totale est ainsi estimée à 28 m pour 8,60 m de largeur, hors-œuvre. La largeur interne de la nef est de 6,50 m tandis que le chevet mesure 5,50 m de large. La façade occidentale de l’église est bordée par deux contreforts. Au centre de cette façade se développe un portail dont l’ébrasement maximum atteint 3,30 m avec une largeur de passage de 1,25 m. L’église est agrandie vers le nord avec la création d’un nouveau bas–côté et l’aménagement d’une porte plus modeste. L’adjonction dans un troisième temps d’une structure quadrangulaire en avant de la façade augmente le caractère monumental de l’édifice qui voit son emprise au sol atteindre les 36,60 m de longueur (fig. 1). Elle vient clairement s’appuyer contre la façade occidentale de l’église et lui paraît de ce fait postérieure. Ses dimensions sont de 8,80 m est-ouest pour 10,60 m nord sud. Elle se caractérise par la présence de sept supports carrés de 1,40 m de côté. Les espaces entre les supports sont variables. Ils sont de 2,20 m et deux fois de 1,40 m sur la face ouest, tandis que les supports des faces nord et sud sont espacés de 2,30 m.

Fig. 1 – Plan général des vestiges mis au jour en 2015

Fig. 1 – Plan général des vestiges mis au jour en 2015

DAO : S. Malpelat (Hadès).

343 nouvelles sépultures ont été mises au jour sur le plateau portant le nombre total à 122. La campagne 2015 a été l’occasion de terminer les explorations portant sur les sépultures d’une parcelle privée voisine d’une part, et d’engager la fouille de quelques-unes des nombreuses tombes mises au jour au-devant de la façade de l’église primitive. Plus de quatorze structures de type caveau-pourrissoir ont été mises au jour. Ces structures funéraires comportent des traverses destinées à recevoir un corps dont la décomposition se produit à l’aplomb d’une profonde cuve (fig. 2). Deux seulement ont pu être fouillées. Ainsi la fouille de la sépulture 18 a permis de mettre en évidence de nombreux ensembles en connexion anatomique au sein d’un dépôt où les restes se trouvent majoritairement déconnectés. Il est à noter parmi ces corps partiellement représentés, la présence de très jeunes enfants. La fouille du caveau 25 a permis de dégager dans la partie haute du remplissage de l’ossuaire un individu dans une position tout à fait atypique. Il a très vraisemblablement été jeté dans la cuve et cette position traduit une certaine précipitation dans le geste, suggérant le besoin de se débarrasser hâtivement du cadavre.

Fig. 2 – Vue aérienne de la structure aménagée contre la façade occidentale de l’église

Fig. 2 – Vue aérienne de la structure aménagée contre la façade occidentale de l’église

Cliché : D. Peressinotto (Hadès).

4Des datations radiocarbones ont été effectuées par le laboratoire CIRAM, sur trois sépultures, préalablement sélectionnées, pouvant refléter la chronologie d’ensemble du site de son origine à sa dernière utilisation. Les résultats obtenus corroborent les données historiques et les observations de terrain. C’est ainsi que l’occupation funéraire semble contemporaine de l’édification de l’église, située entre le deuxième quart du xie s. et la première moitié du xiie s. L’utilisation du cimetière perdure au détriment de l’église qui semble abandonnée et ruinée à partir de la deuxième moitié du xviie s.

5À l’issue de cette deuxième campagne de fouille, de nombreuses problématiques ressortent à la fois sur le bâti et sur la gestion de l’espace funéraire. Les travaux actuels sont loin d’être achevés et la fouille de l’espace funéraire devra être finalisée avant de pouvoir faire l’objet d’une analyse synthétique. Il va sans dire que ce site offre la possibilité, sur le long terme, de suivre l’évolution d’un cimetière médiéval extra-muros en relation avec un édifice de culte ou plusieurs, de sa genèse à son abandon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges mis au jour en 2015
Crédits DAO : S. Malpelat (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre Fig. 2 – Vue aérienne de la structure aménagée contre la façade occidentale de l’église
Crédits Cliché : D. Peressinotto (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/24794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Sauvaitre, « Saint-Émilion – La Madeleine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/24794

Haut de page

Auteur

Natacha Sauvaitre

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Natacha Sauvaitre

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search