Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200725 – DoubsAntorpe, Saint-Vit – Au Plénot

2007
25 – Doubs

Antorpe, Saint-Vit – Au Plénot

Opération préventive de diagnostic (2007)
Responsable d’opération : Claudine Munier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le village d’Antorpe (Doubs) est situé à mi-chemin entre Saint-Vit et Évans, deux communes archéologiquement très sensibles. À Saint-Vit, outre des occupations de toutes périodes (Mésolithique final, Néolithique moyen, Protohistoire, Antiquité, haut Moyen Âge), on connaît des affleurements de minerai de fer et de nombreuses structures métallurgiques.

2Un projet de lotissement implanté sur le pourtour du « château » d’Antorpe (aujourd’hui disparu) sur une surface totale de près de 15 ha, a donné lieu à une série de trois diagnostics successifs : les deux premiers réalisés en janvier 2007 (parcelles 6 et 75), le troisième, effectué en juillet de la même année, immédiatement à l’est (parcelles 79 et 90).

3Les 76 tranchées ouvertes lors des deux premiers diagnostics n’ont livré aucune structure ancienne. Seuls quelques éléments isolés de minerai, scories ou parois de fours proviennent des colluvions (importantes sur ces terrains très pentus), attestant une activité métallurgique sur les hauteurs voisines. Les parcelles 79 et 90 ont fait l’objet de 65 sondages. Ils sont négatifs dans la parcelle 79 et la moitié sud de la parcelle 90. En revanche, autour du « château », le terrain a livré une série de structures liées aux jardins qui agrémentaient ce dernier.

4Une maison de caractère qui jouxte la parcelle 90 correspondrait aux anciennes écuries ou à l’orangerie. Au sud de cette maison, un espace en pente douce mène à un bois classé au titre des Monuments Historiques, aménagé autour d’une profonde doline où certains aménagements artificiels sont encore partiellement visibles.

5Un document de 1605 relate que la seigneurie d’Antorpe, aux mains de la famille d’Orsans, dépend alors de Guillaume d’Emskerque. La famille, originaire de Dordrecht en Hollande, ruinée en 1421, s’installe à Anvers puis à Besançon où elle a fait fortune. Les Emskerque font construire un château à Antorpe au début du xviie s., dont « on ventait le parc et les jardins ». En 1710, cette seigneurie est acquise par les Toulongeon qui la conservent jusqu’à la Révolution. Le château semble complètement démoli en 1817, mais un plan cadastral de 1809 montre qu’un bâtiment s’étend encore derrière la maison actuelle et sur sa route d’accès. Avant la Révolution, des écrivains ayant résidé à Antorpe ont parlé du château et de son jardin dans des textes poétiques : les descriptions du lieu sont si romancées qu’on ne sait quelle est la part de réalité. Encore visible il y a quelques années, le jardin semble davantage avoir marqué les esprits que le château : les poètes y décrivent le bois, romantique à souhait, les allées menant à ces fabriques si à la mode alors (imitation de désert, d’obélisque, grottes artificielles, pavillon, rocher en forme de tombeau, chapelles gothiques, temples, kiosques, ruines, cascades…). Une mention fait même référence au marquis de Toulongeon récupérant, dans la grotte d’Osselle, des stalagmites ou des stalagtites pour en faire des pilastres et des colonnes destinés à sa grotte artificielle…

6De tout cet ensemble, le diagnostic a permis de repérer plusieurs éléments répartis autour de la maison et du bois : murs de propriétés, réseaux d’eau (tuyau en terre cuite) et canalisation maçonnée, bassin circulaire d’une fontaine d’agrément, allée pavée menant au bois. Dans le bois lui-même (non sondé puisque classé), des « ruines » ont été topographiées. Ces structures sont datées entre le début du xviie s. et la Révolution, certains murs de parcelles correspondent au cadastre de 1809.

7Dans son premier état, le bassin d’agrément en mortier de tuileau a 9,30 m de diamètre. Il est démantelé pour laisser place à un bassin concentrique, plus réduit (8 m de diamètre). Dans les deux cas, la maçonnerie périphérique est uniquement parementée à l’intérieur et le mortier de tuileau ne couvre que ce parement. Le fond du bassin le plus ancien a visiblement été récupéré pour être recyclé dans la seconde construction. Le fond le plus récent est constitué d’un dallage soigné de blocs quadrangulaires liés au mortier de tuileau qui déborde souvent sur les blocs afin de racheter les alignements irréguliers. Les dimensions de ces blocs ne sont pas homogènes, variant de 86 x 62 cm pour le plus grand, à 26 x 28 cm pour le plus petit. Une étroite tranchée, qui mène au point central du monument, atteste la présence d’une canalisation disparue qui devait alimenter un jet d’eau. Un dallage extérieur, constitué de petites dalles posées de chant, plus rarement à plat, est aménagé du côté sud-ouest du bassin.

8L’allée pavée, large de 2 m, mène de la maison au bois. Elle traverse le jardin en diagonale par rapport à l’orientation des murs de la propriété. Dans la partie sud, entre le bassin et le bois, des blocs et des dalles de petit volume forment des parements rectilignes. Au nord du bassin, ce chemin aboutit à un aménagement évasé en terrasse (largeur passant à 4 m).

9Il serait intéressant d’approfondir la recherche en archives pour confronter les plans et les vestiges de ce complexe moderne.

Fig. 1 – Bassin d’agrément

Fig. 1 – Bassin d’agrément

Cliché : C. Munier (Inrap).

Fig. 2 – Parcelle 90 : localisation des structures dépendantes du château ou de la maison installée dans les anciennes écuries (ou orangerie) du château

Fig. 2 – Parcelle 90 : localisation des structures dépendantes du château ou de la maison installée dans les anciennes écuries (ou orangerie) du château

Topographie : N. Saadi (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bassin d’agrément
Crédits Cliché : C. Munier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2 – Parcelle 90 : localisation des structures dépendantes du château ou de la maison installée dans les anciennes écuries (ou orangerie) du château
Crédits Topographie : N. Saadi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Munier, « Antorpe, Saint-Vit – Au Plénot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25182

Haut de page

Auteur

Claudine Munier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claudine Munier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search