Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200725 – DoubsMandeure, Mathay – Champ Pelletie...

2007
25 – Doubs

Mandeure, Mathay – Champ Pelletier, Champs des Fougères, Les Combolles, Les Arbues

Sondage et fouille programmée (2005-2007)
Responsable d’opération : Matthieu Thivet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Franche-Comté

Texte intégral

1La reconnaissance de l’évolution morphosédimentaire de la plaine alluviale du Doubs et des traces de son occupation s’inscrit dans une des thématiques du Programme Collectif de Recherche « Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique ; Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) ; Archéologie, territoire et environnement ». Son objectif principal était de restituer, dans l’espace constitué par le territoire de l’agglomération antique d’Epomanduodurum, d’une part le contexte naturel dans lequel se situent les premières implantations humaines, et de comprendre, d’autre part, les modalités de transformation et d’appropriation du sol dans un espace où s’exerce une forte contrainte hydrique.

2La méthodologie suivie combine les méthodes non destructives de la prospection (carto et photo-interprétation, prospection géophysique, lever micro-topographique), avec les techniques d’observation directe (forage et sondage mécaniques). Dans cette approche prospective, les méthodes géophysiques ont constitué, dès le début de ce programme, un moyen d’investigation privilégié pour la cartographie des formations géologiques superficielles et la reconnaissance des structures archéologiques enfouies. Ainsi, parallèlement aux prospections géophysiques, trois campagnes de sondages archéologiques ont été réalisées entre 2005 et 2007.

3La première campagne s’est déroulée à Mandeure, à proximité des berges du Doubs au lieu-dit « Champ Pelletier », entre le 13 juin et le 9 juillet 2005. Son objectif était double. Premièrement, il fallait tenter d’évaluer la précision des résultats des prospections électriques effectuées dans cette partie de l’agglomération en 2004. Deuxièmement, il s’agissait de localiser la berge antique du Doubs et reconnaître d’éventuelles traces de son aménagement.

4La tranchée implantée en fonction des résultats de la prospection électrique, sur une bande de 60 m de long et 4 m de large, a permis de confirmer la fiabilité des résultats de la prospection ARP, tant en ce qui concerne la présence de vestiges enfouis (murs à l’emplacement exact d’anomalies résistantes) que la caractérisation de l’environnement sédimentaire (bancs sablo-graveleux en biseaux).

5Sur la totalité de l’emprise de la fouille, les structures apparaissent extrêmement érodées ; il n’en subsiste que les fondations. Les murs sont fondés profondément, le plus souvent jusqu’au contact du sol naturel constitué de dépôts fluviatiles grossiers. Malheureusement, le mauvais état de conservation des structures interdit par ailleurs toute interprétation fonctionnelle des bâtiments reconnus. Dans la boucle du méandre, la zone urbanisée de l’agglomération antique s’étend donc bien jusqu’à la rive droite du Doubs. La berge antique, située à environ une dizaine de mètres à l’intérieur du méandre actuel, semble avoir été d’abord utilisée comme dépotoir au début du ier s. de notre ère. Plusieurs aménagements successifs témoignent ensuite de sa transformation progressive en espace de circulation. Les éléments de chronologie collectés lors de la fouille suggèrent une occupation homogène sur l’emprise du sondage contemporaine du ier s. de notre ère.

6L’absence remarquable de vestiges postérieurs à cette période ne peut cependant pas s’expliquer par le seul effet des pratiques agricoles (labours) : elle pourrait traduire un abandon de ce secteur de l’agglomération postérieurement au ier s. Celui-ci est, en effet, situé dans une zone topographiquement basse, facilement inondable lors des épisodes de crues du Doubs. La cartographie géophysique montre d’ailleurs que la zone fouillée se situe dans l’emprise d’un écoulement ancien de la rivière facilement remis en eau lors de débordement exceptionnel de la rivière.

7La deuxième campagne de sondage, qui s’est déroulée du 24 juillet au 26 août 2006, concerne la rive gauche du Doubs et donc la commune de Mathay au lieu-dit Les Combolles ou Les Arbues. La reconnaissance géophysique avait mis en évidence en 2005 des anomalies archéologiques, associées en surface à des concentrations de mobilier, ainsi que des paléo-chenaux. On remarque nettement, sur ce sondage en aire ouverte de 49 m d’est en ouest et 41 m du nord au sud, deux zones géomorphologiques distinctes. La première zone, située sur la partie nord, est composée de sables et graviers et correspond à la basse terrasse alluviale du Doubs. La seconde, située sur la partie sud, est composée d’alluvions fines et correspond à l’incision de la basse terrasse par un paléochenal.

8Sur la totalité de la zone étudiée, on constate l’apparition de niveaux archéologiques extrêmement érodés sous une couche de terre arable dont l’épaisseur est inférieure à 10 cm. L’érosion avancée des vestiges peut s’expliquer tout d’abord par les pratiques agricoles, mais également par un ruissellement important lié à la topographie naturelle de ce secteur.

9Ce sondage a permis de confirmer la présence de vestiges d’occupations en périphérie de l’agglomération. Les structures détectées se localisent majoritairement sur le point dominant constitué par la basse terrasse alluviale Fy, mais s’étendent également jusque dans l’emprise d’un paléo-méandre vraisemblablement comblé bien avant l’Antiquité. Cependant, le fait que la plupart des vestiges se concentrent sur la terrasse témoigne d’une volonté de mettre hors d’eau les bâtiments ce qui laisse supposer l’ennoiement périodique de la zone basse médiocrement drainée.

10L’absence de vestiges maçonnés et la découverte exclusive de structures fossoyées, dessinant parfois le plan de bâtiments sur poteaux (greniers), confirme le fait que la zone étudiée se situe bien en marge de l’agglomération antique.

11De plus, la question de la chronologie de ces structures est également déterminante. Il est remarquable de constater que le matériel archéologique donne pour le comblement des structures une fourchette chronologique s’étalant entre la période augustéenne et la fin du ier s. de notre ère, témoignant d’un abandon progressif de ce secteur périphérique d’Epomanduodurum. L’impact de la contrainte hydrique semble donc avoir joué un rôle déterminant dans le développement puis peut-être dans le déclin de certains quartiers de la ville antique.

12Après avoir tenté de valider la présence d’occupation le long de la berge du Doubs en 2005, puis l’étendue de l’agglomération antique en rive gauche en 2006, l’objectif principal en 2007 était de chercher à approfondir nos connaissances sur l’évolution du complexe cultuel d’Epomanduodurum. L’accessibilité des parcelles, les données anciennes ainsi que les résultats des prospections géophysiques récentes ont rapidement désigné les Champs des Fougères à Mandeure comme le secteur le plus adapté à répondre à nos objectifs. Situé une soixantaine de mètres en avant du castrum, ainsi qu’à environ 250 m du sanctuaire des Cloux du Château et du théâtre, le lieu-dit les Champs des Fougères s’intègre parfaitement dans le complexe monumental de l’agglomération antique.

13Les premières trouvailles archéologiques réalisées aux Champs des Fougères correspondent à la découverte en 1889 de fragments de deux statues colossales acrolithes (marbre et calcaire) attribuées aux divinités parèdre Mars et Bellone. Or, la détection en 2003, par prospection magnétique, de deux anomalies dont les dimensions et la forme géométrique suggéraient de les interpréter comme les vestiges d’un édifice monumental de plan circulaire ou ovalaire, a permis de supposer très tôt l’existence d’un édifice cultuel inédit. Le sondage entrepris visait donc à valider non seulement le résultat de nos prospections géophysiques mais aussi et surtout l’hypothèse de l’existence de ce nouveau lieu de culte.

14De plus, depuis le début du PCR en 2001, les informations chronologiques relatives à l’évolution de l’organisation spatiale et architecturale du complexe cultuel nous faisaient particulièrement défaut. Ainsi le sondage réalisé aux « Champs des Fougères » devait permettre d’apporter pour la première fois des éléments de datations sur ce secteur clé de la ville antique.

15La campagne de fouille s’est déroulée sur 4 semaines, du 16 juillet au 11 août 2007. Le décapage de deux tranchées a été réalisé à la pelle mécanique. La première tranchée (orienté nord-ouest – sud-est) qui mesure environ 88 m de long sur 3 à 6 m de large recoupe les deux anomalies détectées en géophysique en son centre. La seconde tranchée, implantée perpendiculairement à la première, la recoupe à l’intérieur de l’enceinte. Elle est orientée nord-est – sud-ouest et mesure environ 52 m de long sur 3 m de large. La zone décapée, d’une surface totale de 615 m2, définit donc une croix à quatre branches. Le centre du décapage a été élargi au niveau des deux murs de péribole afin de pouvoir en restituer le tracé.

16Ainsi, la double anomalie de forme ovalaire détectée en géophysique correspond parfaitement au péribole polygonal maçonné d’un sanctuaire jusqu’alors inédit. D’un point de vue chronostratigraphique, le sondage réalisé a permis de reconnaître sept phases d’occupations distinctes, comprises entre La Tène D2a et le ive s. de notre ère. On assiste donc, à l’édification d’un sanctuaire supplémentaire au sein du complexe monumental d’Epomanduodurum juste après la guerre des Gaules, qui atteste une modification profonde du schéma urbain mis en place à l’époque gauloise, dès le début de l’Antiquité. L’apogée architecturale de l’édifice se situe entre la fin du ier et le début du iie s. Si on remarque une baisse des indices de fréquentation dès le iiie s., le démantèlement du sanctuaire intervient, selon toutes vraisemblances, dans le courant du ive s. afin de construire la fortification toute proche.

17Au final, la méthodologie employée en 2007 a permis la reconnaissance de l’organisation spatiale et stratigraphique du site facilitant ainsi la réalisation de deux campagnes de fouilles extensives menées successivement en 2008 et 2009. On regrette cependant que le cœur du sanctuaire et par conséquent le temple, se trouve fossilisé sous les habitations récentes situées de part et d’autre de l’impasse du Clos.

Fig. 1 – Les Combolles : plan des structures mises au jour et proposition de restitution du bâtiment

Fig. 1 – Les Combolles : plan des structures mises au jour et proposition de restitution du bâtiment

DAO: M. Thivet (UFC).

Fig. 2 – Les Combolles : vue d’ensemble du chantier

Fig. 2 – Les Combolles : vue d’ensemble du chantier

Cliché : M. Thivet (UFC).

Fig. 3 – Champs des Fougères : plan d’ensemble du sondage et des structures repérées à la fouille

Fig. 3 – Champs des Fougères : plan d’ensemble du sondage et des structures repérées à la fouille

18DAO : M. Thivet (UFC), G. Bossuet (CNRS).

Fig. 4 – Champs des Fougères : vue d’ensemble, depuis le sud, du sondage et des structures attenantes au péribole en cours de fouille

Fig. 4 – Champs des Fougères : vue d’ensemble, depuis le sud, du sondage et des structures attenantes au péribole en cours de fouille

Cliché : M. Thivet (UFC).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les Combolles : plan des structures mises au jour et proposition de restitution du bâtiment
Crédits DAO: M. Thivet (UFC).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 2 – Les Combolles : vue d’ensemble du chantier
Crédits Cliché : M. Thivet (UFC).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Champs des Fougères : plan d’ensemble du sondage et des structures repérées à la fouille
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 4 – Champs des Fougères : vue d’ensemble, depuis le sud, du sondage et des structures attenantes au péribole en cours de fouille
Crédits Cliché : M. Thivet (UFC).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25190/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 786k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Thivet, « Mandeure, Mathay – Champ Pelletier, Champs des Fougères, Les Combolles, Les Arbues » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25190

Haut de page

Auteur

Matthieu Thivet

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Matthieu Thivet

Université de Franche-Comté

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search