Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200739 – JuraSalins-les-Bains – Camp du Château

2007
39 – Jura

Salins-les-Bains – Camp du Château

Fouille programmée (2005-2007)
Responsable d’opération : Jean-François Piningre

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La fouille programmée entreprise à partir de 2005 sur le site fortifié du Camp du Château à Salins-les-Bains (Jura) fait suite à une campagne de prospections et à un bilan documentaire des recherches antérieures, conduites à plusieurs reprises sur le site depuis sa découverte en 1897 par Maurice Piroutet.

2La reprise des fouilles sur cet habitat fortifié de référence du Hallstatt final nord-alpin, déjà très exploré, avait pour objectifs d’aborder plusieurs questions auxquelles ni les fouilles anciennes, ni la documentation étudiée ne pouvaient apporter de réponse. La révision de la chronologie des occupations par la recherche de séquences stratigraphiques représentatives constituait un préliminaire indispensable à tout développement ultérieur d’une étude des structures d’habitat. Jusqu’ici, les recherches avaient privilégié les vestiges du Néolithique et du premier âge du Fer au détriment des occupations du Bronze moyen et du Bronze final anciennement détectées. D’autre part, l’étude des remparts du Ier âge du Fer, qui n’avaient fait l’objet alors que de descriptions très partielles et contradictoires, nécessitait aussi une attention renouvelée.

3L’éperon allongé est-ouest du Camp du Château est doté d’un double système défensif. Attribué au Néolithique moyen, un premier rempart de 150 m de longueur, au tracé légèrement coudé, barre vers l’ouest l’ensemble de l’éperon et isole une superficie de 3,6 ha. Les fouilles, qui se sont échelonnées entre 2005 et 2007, ont porté sur la partie haute du site culminant à 630 m d’altitude, dont une superficie de 0,75 ha, adossée à un escarpement rocheux au sud, est délimitée au nord et à l’ouest par les vestiges d’un second retranchement. Cet aménagement, attribué en partie au premier âge du Fer, a ensuite été rehaussé sur le côté nord par un rempart parementé et maçonné du haut Moyen Âge encore visible en de nombreux endroits En 2005, quatre sondages, respectivement implantés sur les remparts ouest (S1) et nord (S2), en contrebas de ce dernier (S3) et au sommet de l’éperon (S4), avaient pour objectifs l’identification de zones épargnées par les fouilles anciennes qui avaient profondément bouleversé la bordure intérieure des deux remparts. Les perturbations du secteur 1 ont conduit ensuite à ouvrir en 2006 une nouvelle coupe transversale du rempart à 20 m plus au nord (S5).

Les occupations de l’âge du Bronze

4Dans les secteurs 1 et 5, les vestiges de l’âge du Bronze proviennent exclusivement de formations argileuses recouvrant immédiatement le substrat calcaire à la base de la séquence stratigraphique de l’âge du Fer. Quelques placages d’argile cuite rubéfiée, la céramique fragmentée et dispersée du Ha A2/B1 et B2/B3, ainsi que quelques tessons du ha D recueillis dans la partie supérieure de cette couche laissent penser à un bilan sédimentaire réduit et à une compaction certaine de ces étapes d’occupation. Tout évoque des niveaux de sols anciens démantelés antérieurement aux occupations du Ha D. On note également la rareté des vestiges antérieurs à l’âge du Bronze final (deux lames de hache polies et quelques éclats de cristal de roche et de silex) qui laisserait penser que l’habitat néolithique s’est concentré le long du rempart le plus occidental fouillé par M. Piroutet à 200 m du rempart sommital.

Le rempart ouest

5L’hypothèse d’un rempart implanté sur une rupture de pente naturelle reposait initialement sur deux arguments. Un bourrelet de pierres, d’une hauteur de 1 m environ et de 10 m de largeur, se termine au nord par une terrasse coudée. Le versant extérieur, nettement plus accentué, présente un relief de 2,50 m à 3 m. Les comptes-rendus des fouilles anciennes font état, sur une portion de quelques mètres seulement, de deux ou trois lignes de parements internes.

6La fouille a montré l’existence d’un ensemble stratifié d’une puissance maximale de 1,70 m correspondant à deux principales étapes d’occupations matérialisées par deux accumulations parallèles successives de blocs volumineux, larges de 2,50 m et espacées de 3 m environ. On peut s’interroger sur les raisons de l’absence de tout vestige de parement, ainsi que sur la faible élévation de ces amas de pierres. Des prélèvements ont pu être réalisés lors des reconstructions successives jusqu’au haut Moyen Âge, période à laquelle appartient une inhumation recoupant une partie de la séquence hallstattienne. La nature même des matériaux disponibles de blocs massifs polyédriques semble peu propice aussi à la réalisation d’empilements réguliers et stables et peut avoir nécessité l’emploi d’armatures de bois pour stabiliser l’ensemble. Les niveaux d’habitat qui s’appuient contre le bord intérieur de ces deux formations de blocs permettent de les dater respectivement du Ha D2 et D3. La superficie limitée de ce secteur, fouillé sur 65 m2 n’a permis d’appréhender que partiellement les structures d’un habitat implanté le long de la bordure interne formant une terrasse spacieuse. Plusieurs soles de foyers en argile cuite et radier de pierre, des éléments de fours en argile cuite, des épandages d’argile crue rapportée, ainsi que des fragments de parois en clayonnage avoisinant des zones de boucherie, témoignent de plusieurs étapes d’aménagement.

Le rempart nord

7Jusqu’à présent, seul le rempart parementé et maçonné du haut Moyen Âge, large de 1,30 m et conservé sur une hauteur de 1,20 m, soulignait la rupture de pente de ce côté de l’éperon. L’existence d’un rempart du Ier âge du Fer, pressenti par M. Piroutet à la base de ce dernier, n’est pas attestée. Une stratigraphie de 3 m de hauteur a toutefois permis de suivre à la base du rempart médiéval une séquence de niveaux d’occupation du Ha D scellés par une épaisse couche de blocs et formant une terrasse artificielle fouillée sur une largeur de 3 m environ entre l’aplomb extérieur du rempart médiéval et le versant. Plusieurs niveaux horizontaux d’épandages osseux denses, de concentrations charbonneuses et de fragments de creusets attestent essentiellement une fonction de rejet. Il est intéressant de constater que la bordure du versant nord, très abrupte, a donné lieu à des aménagements importants destinés à accroître la superficie utilisable, initialement beaucoup plus étroite. Par contre, s’il fallait envisager l’existence d’un dispositif défensif de ce côté, il faudrait le rechercher encore plus au nord, en bordure de versant non exploré actuellement.

8La fouille de ce deux secteurs a fourni, en outre, un mobilier abondant qui permet de bonnes corrélations chronostratigraphiques de la céramique indigène et importée, attique et méridionale, avec un mobilier métallique représentatif.

Fig. 1 – Vue du rempart ouest en cours de fouille

Fig. 1 – Vue du rempart ouest en cours de fouille

Cliché : J.-F. Piningre (SRA).

Fig. 2 – Plan de la partie sommitale du site et des emplacements fouillés en 2005-2007

Fig. 2 – Plan de la partie sommitale du site et des emplacements fouillés en 2005-2007

DAO : B. Turina.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue du rempart ouest en cours de fouille
Crédits Cliché : J.-F. Piningre (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25221/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 2 – Plan de la partie sommitale du site et des emplacements fouillés en 2005-2007
Crédits DAO : B. Turina.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Piningre, « Salins-les-Bains – Camp du Château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25221

Haut de page

Auteur

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search