Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200770 – Haute-SaôneGranges-le-Bourg – Faïencerie, tu...

2007
70 – Haute-Saône

Granges-le-Bourg – Faïencerie, tuilerie, four à chaux

Sondage et fouille programmée (2005-2007)
Responsable d’opération : Denis Morin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005, 2006, 2007

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Une tuilerie existait à Granges le Bourg (Haute-Saône) dès le xvie s. Le fait est attesté par un procès datant de 1537 et 1538, relatif à un attentat commis par les manants et habitants du lieu, qui avaient abattu et démoli une partie du bâtiment de ladite tuilerie. Pour ces méfaits, ils seront condamnés à payer une amende de 1 000 livres.

2En 1593, la tuilerie est quasi ruinée et ne fonctionne plus. En 1606, Henri Truchot, tuilier demeurant à Granges, rédige un bail d’acensement pour « la tuilerie ». Au début du xviie s., la tuilerie est à nouveau amodiée. En date du premier jour de décembre 1602, un marché est conclu entre le châtelain, procureur et capitaine dudit Granges, et Johan Vibray, tuilier, demeurant à Clerval. En 1702, Claude Ducroix, de Mandeure et Claude Groshenry, tuiliers de profession, s’engagent à bâtir une tuilerie à Granges. Joseph Sauthas, tuilier, doit fournir soixante-dix mille tuiles pour le presbytère que la collectivité de Granges-la-Ville fait bâtir en 1750. En 1824, la tuilerie appartient à Joseph Colin. Menacé d’arasement dans le cadre d’une opération d’urbanisme, le site est racheté par un propriétaire riverain qui décide de le préserver.

Chronologie et résumé de l’opération en 2005

3La fouille a porté sur l’atelier A2 accolé au four Fr02 mis en évidence en 2004. Celui-ci comporte plusieurs fosses liées à la préparation des biscuits. Le mobilier retrouvé permet de compléter utilement le corpus déjà mis au jour notamment en termes de formes et de décors.

4Un drain traversant à l’oblique l’atelier a été découvert sous son sol en fin de campagne. Il permettait de drainer et d’évacuer les eaux de ruissellement et ainsi de protéger le four faïencier Fr02 des infiltrations indésirables. Parallèlement, le grand four tuilier Fr01 a été décombré et fouillé dans son intégralité, de même que le four circulaire Fr03. Utilisé pour la fabrication de chaux, ce dernier a fait l’objet d’une restauration avancée compte tenu des observations réalisées au cours de la fouille.

5La coopération avec le laboratoire de Minéralogie de Fribourg, en vue de restituer l’ensemble de la chaîne opératoire et d’identifier les matériaux utilisés, s’est poursuivie avec pour objectif d’analyser la faïence stannifère et les oxydes. Une première série d’analyses a porté sur les biscuits et quelques pièces d’enfournement liées à la céramique classique. Les travaux à venir portent sur les températures de cuisson (diffraction aux rayons X), l’analyse chimique, diffractométrique et microscopique des « frittes » et enfin sur l’analyse texturale et chimique de 15 émaux donnant aux faïences des glaçures blanches et polychromes.

6Des prélèvements ont été effectués en divers points de la commune, afin de préciser la provenance des marnes utilisées dans la production des briques et des tuiles.

Chronologie et résumé de l’opération en 2006

7En 2006, la campagne de fouille a permis d’atteindre plusieurs objectifs :

  • le four quadrangulaire (Fr02), en partie consolidé au niveau de ses deux embrasures de chauffe, a été fouillé dans son intégralité. L’architecture interne de ce four, le mobilier retrouvé et la présence d’une coulée de fritte (émail) sur la sole permettent désormais de confirmer sa fonction de four à faïence ;
  • le four circulaire (Fr03) a été décombré dans sa partie supérieure. Les structures contemporaines de réemploi ont été ainsi démontées afin de permettre sa reconstitution. La poursuite des fouilles à la base du four ont mis au jour un drain confirmant la présence de biscuits et de pernettes. Il est vraisemblable que ce four a servi également à la production de biscuits et de céramique émaillée ;
  • la fouille des deux ateliers (A1 et A2) qui jouxtent le four faïencier (Fr02) s’est poursuivie avec en particulier le dégagement d’un dépotoir céramique découvert dans un drain traversant l’atelier A2. Les tessons mélangés à la terre argileuse locale constituaient d’excellents sols ;
  • une deuxième série d’échantillons (faïences) a été analysée par l’unité minéralogie/pétrographie du Département des Géosciences de l’université de Fribourg (Suisse ; Professeur M. Maggetti) : microscopie polarisante, microscopie électronique à balayage, diffraction aux RX, analyse chimique par fluorescence RX. L’objectif était d’analyser la composition de la faïence stannifère et des différents oxydes utilisés dans les décors colorés retrouvés ;
  • les fours (Fr02) et (Fr03) ont fait l’objet d’une datation par paléomagnétisme (Professeur Ian Hedley, Genève).

8Le mobilier céramique retrouvé en 2006 confirme la diversité observée dans la production. Il s’agit d’une faïence fine à pâte rouge dont plusieurs motifs floraux ont été retrouvés. Le corpus disponible comprend des assiettes et des récipients de formes diverses. Les niveaux à tessons ont livré également plusieurs fragments de faïence colorés avec des motifs peints, des cazettes intactes et des fragments de bénitiers portatifs. Ces motifs montrent que l’atelier de Granges a produit des pièces ornementées de qualité.

9La campagne 2006 marque l’aboutissement des opérations de fouilles dans et autour de la zone proche des trois fours (Fr01-Fr02-Fr03) mis au jour.

10La consolidation et la restauration des fours sont désormais achevées à savoir :

  • restauration du four Fr03 : remontage de la voûte et du four ;
  • restauration du four Fr01 : traitement des arases à la chaux, relèvement et consolidation des murs de l’embrasure de chargement ;
  • restauration du four Fr02 : traitement des arases à la chaux.

Chronologie et résumé de l’opération en 2007

11C’est dans un drain réalisé dans l’espace contigu au four Fr02 qu’a été trouvée la plus forte concentration de mobilier. Plusieurs dizaines de pièces en faïence et biscuits, dont certaines complètes et décorées ont été découvertes dans les niveaux qui recouvraient directement la partie supérieure du drain : au total plus d’une cinquantaine de pièces, rebuts de cuisson qui ont servi en réemploi à l’aménagement de ce conduit.

12Cette découverte exceptionnelle a constitué une grande partie des travaux de fouilles. Le corpus des formes s’est singulièrement accru avec la découverte de nouvelles productions : saladiers, assiettes de différentes formes, bénitier, cruches… Parmi les décors figure un motif « au Chinois » dont le dessin central avec maison en bois tressés et bambous est inédit. Il s’agit là d’un indice important tendant à prouver que la faïencerie de Granges était en mesure de fabriquer une céramique peinte pouvant rivaliser avec certains ateliers.

Le mobilier de la faïencerie : biscuits, faïences et pièces d’enfournement

13Le mobilier mis au jour, et en particulier les tessons de faïence peints, a été découvert en majorité dans l’atelier A2 qui jouxte le four Fr02. Plusieurs fragments de cazettes glaçurées sur leur face interne accompagnent ce mobilier.

14Les tessons ont surtout été mis au jour dans un niveau bien individualisé, composé de fragments de briques et de tuiles mélangés (US02). La coupe stratigraphique indique la présence d’un dépôt de ces tessons reposant sur une sole de tuiles et de chaux mélangés. Les niveaux de tuiles qui le surmontent correspondent vraisemblablement à la phase de destruction d’une toiture ou d’un appentis adossé en partie aux murs du four faïencier Mr20 et Mr11. D’une manière générale, la faïence de Granges est une poterie fine, tendre, opaque, à base d’argile orange clair, recouverte d’un émail stannifère blanc. Les tessons recueillis permettent de restituer quelques formes complètes. Ils apportent également des informations complémentaires sur les décors utilisés. La plupart sont des rebuts de cuisson qui ont été brisés sur place. Pots, plats et assiettes divers constituent les pièces les plus marquantes de cette production. Les formes mises au jour confirment la typologie élaborée en 2004. Elles concernent surtout de la vaisselle de couverts : des assiettes plates ou creuses circulaires à ailes contournées, des assiettes calottes, des pots mais aussi des couvercles ou des plats. Seules diffèrent les dimensions en particulier pour les plats et les assiettes. D’autres formes permettent d’accroître encore le corpus général de cette production.

15Parmi le mobilier mis au jour figurent plusieurs fragments de bénitier en biscuit et un pot à couleur intact marqué V.F. La découverte de fragments de tuiles vernissées de couleur verte tend à prouver que cette production spécifique était assurée également sur le site.

16La céramique de Granges était réalisée au grand feu ; la pièce subissait deux, voire trois cuissons, la première pour la terre, la deuxième pour l’émail, la troisième pour les couleurs. Cette cuisson s’effectuait à l’abri de la flamme, dans des cazettes en argile. Les cazettes sont des boîtes en terre réfractaire où sont placées les pièces lors de la cuisson... Les pièces étant séparées les unes des autres, placées sur des pernettes, coins de terre cuite ou petits supports pyramidaux qui maintenaient en place les assiettes émaillées dans les cazettes pendant la cuisson (on peut en voir la trace sous certaines pièces). Cette technique ne permettait que cinq couleurs obtenues

17à partir d’oxydes métalliques préparés sur place, comme l’attestent les nombreux fragments de « fritte » : le cobalt pour le bleu et le manganèse pour le violet-brun sont les couleurs dominantes. On y trouve également l’antimoine pour le jaune (rare), le cuivre pour le vert et parfois l’oxyde de fer pour le rouge.

18Quelques ateliers de faïenciers ont été récemment publiés permettant de préciser un peu plus la chronologie de cette production dont l’origine reste peu étudiée (Rosen 2000 ; Thévenard 1998 ; Maggetti 2000 ; Babey 2003 ; etc.) hormis en Suisse et dans les régions limitrophes en Bourgogne et en Champagne-Ardenne (Rosen 2001).

Une marque de fabrique à Granges ?

19Parmi les décors retrouvés, une petite fleur stylisée orne fréquemment les bols et les assiettes. Ce dessin, qui représente un bleuet ou une ombellifère, constitue sans nul doute l’une des marques de fabrique de l’artisan faïencier.

20La production des ateliers tuiliers de Granges-le-Bourg s’étale sur plusieurs siècles. Elle remonte, selon les sources, au xvie s. Le mobilier faïencier mis au jour indique une production datée de la fin du XVIIIe - première moitié du début xixe s., avec des formes de vaisselle à pâte fine comparables à celles qui ont été trouvées en Bourgogne pour cette époque. Les recensements déjà réalisés dans la France de l’Est prouvent que ce type d’atelier s’est développé jusqu’au xixe s., parfois en association avec la production de tuiles.

21Le dépouillement des sources textuelles et de nouvelles recherches sur le terrain devraient permettre d’avancer dans la connaissance de ces ateliers ruraux et de leur production. Cette découverte montre, s’il en est, la pertinence des recherches archéologiques sur ce type de fabrique totalement inconnue des textes. Avec ses trois fours encore bien conservés, le site attend désormais de pouvoir être abrité afin que ses structures soient protégées et valorisées.

Fig. 1 – Four céramique réutilisé en four à chaux

Fig. 1 – Four céramique réutilisé en four à chaux

Cliché : D. Morin.

Fig. 2 – Christ en croix en ronde-bosse (biscuit moulé)

Fig. 2 – Christ en croix en ronde-bosse (biscuit moulé)

Cliché : D. Morin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Four céramique réutilisé en four à chaux
Crédits Cliché : D. Morin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2 – Christ en croix en ronde-bosse (biscuit moulé)
Crédits Cliché : D. Morin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25230/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Morin, « Granges-le-Bourg – Faïencerie, tuilerie, four à chaux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25230

Haut de page

Auteur

Denis Morin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Denis Morin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search