Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200790 – Territoire-de-BelfortBourogne – Rue Bernardot

2007
90 – Territoire-de-Belfort

Bourogne – Rue Bernardot

Opération préventive de diagnostic (2007)
Responsable d’opération : David Billoin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique conduit en amont d’un projet de lotissement d’une emprise de 2,9 ha, à la périphérie immédiate du vieux village, a révélé des vestiges significatifs du haut Moyen Âge et du premier âge du Fer. Deux alvéoles creusées dans la roche semblent pouvoir être attribuées à des tombes fouillées anciennement, alors qu’un segment de fossé semi-circulaire dans ce contexte funéraire reste énigmatique. Ces structures situées en bordure sommitale du plateau, près d’anciennes carrières, constituent apparemment l’extension maximale de la nécropole mérovingienne fouillée au début du xxe s. Les vestiges les plus conséquents occupent une superficie d’environ 1 ha, répartie sur l’espace en légère pente de ce coteau jusqu’à l’actuelle rue Bernardot au nord, et se prolongent en limite occidentale, jusqu’aux abords du château des Brinighoffen (xvie s.). Si quelques structures et un horizon d’argile grise à fragments de céramiques assurent d’une fréquentation des lieux au premier âge du Fer (Hallstatt), l’apport majeur de cette intervention est la mise en évidence d’un établissement du premier Moyen Âge. Bien structuré et protégé sous des colluvions de pente, cette occupation offre une densité importante de structures, en particulier des trous de poteau signalant plusieurs bâtiments de plain-pied, des fonds de cabane et de multiples aménagements à caractère domestique (niveaux de circulation, empierrements, solins, fosses diverses…). La découverte de scories de fer laisse envisager la possibilité de rencontrer des structures artisanales liées à la sidérurgie. Des fosses renfermant des carcasses animales non consommées renvoient à des pratiques liées à la gestion d’épizootie déjà mise en évidence dans ce secteur géographique (Billoin et al. 2006). Le mobilier recueilli lors du nettoyage superficiel des structures, essentiellement de la céramique et des fragments de récipients en pierre ollaire, apparaît comme assez varié et abondant. Il permet de fixer le début de l’occupation lors des vie-viie s. Les nombreux éléments de faune, de charbons de bois, de nodules de terre cuite et de probables macro-restes conservés dans ces argiles limoneuses constituent un potentiel loin d’être négligeable, intéressant le paléo-environnement et l’impact des activités développées dans cet habitat et ses marges.

2La durée de l’occupation est également une donnée fondamentale de cet établissement, avec une stratigraphie qui se développe ponctuellement sur une épaisseur conséquente, de l’ordre de 0,60 à 1 m, révélant des couches de remblais et d’occupations, ainsi que plusieurs états de construction de bâtiments en pierre. Cet aspect stratifié et la bonne conservation sont suffisamment rarissimes en milieu rural pour être signalés. Des indices chronologiques faibles à ce stade exploratoire semblent indiquer une continuité au moins partielle de l’occupation jusqu’aux xe-xiie s., voire au-delà. Enfin, des structures plus récentes d’après les remplissages et la chronologie relative, sont probablement liées à la présence de l’ancien château du xvie s.

3L’environnement archéologique de cet habitat renforce encore son intérêt scientifique, puisqu’il est localisé à une cinquantaine de mètres en contrebas de la plus riche nécropole mérovingienne connue du Territoire de Belfort, et à 200 m d’une hauteur où est implantée une villa antique avec des témoignages d’occupation tardive et sur laquelle se développe un autre pôle d’occupations datées entre le viie et le xiie s. Une église à la titulature de saint Martin construite sur ce point haut dominant le village, en partie sur une mosaïque gallo-romaine, ne laisse pas indifférent dans un tel contexte.

Fig. 1 – Détail des vestiges archéologiques dans la partie centrale du projet

Fig. 1 – Détail des vestiges archéologiques dans la partie centrale du projet

DAO : V. Bourson.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Détail des vestiges archéologiques dans la partie centrale du projet
Crédits DAO : V. Bourson.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, « Bourogne – Rue Bernardot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25241

Haut de page

Auteur

David Billoin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search