Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200790 – Territoire-de-BelfortTrévenans – Centre hospitalier mé...

2007
90 – Territoire-de-Belfort

Trévenans – Centre hospitalier médian

Opération préventive de diagnostic (2007)
Responsable d’opération : Luc Jaccottey

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La commune de Trévenans est située dans la basse vallée de la Savoureuse, en aval de Belfort, à quelques kilomètres en amont de sa confluence avec l’Allan. La zone à étudier est implantée en rive gauche de la Savoureuse, sur la partie sommitale et les pentes d’une petite colline. Les premières traces d’implantation humaine repérées par Glory (1942) sur cette commune remontent au Néolithique : il découvre à proximité immédiate de la zone d’étude, au niveau du « Fort du Fougerais », sur le sommet de la petite colline, des éclats et une hache en pélite-quartz ; dans le même secteur, sur le « Champ de manœuvre du Fort du Fougerais » il signale la découverte d’un nucléus et des éclats de silex ; il mentionne enfin la trouvaille, au « sud-est du Fort », de déchets de pélites quartz et des rognons de jaspe. Ces trois découvertes semblent témoigner, soit d’une importante implantation néolithique, soit d’une série d’occupations plus limitées. Installées sur la partie sommitale de cette colline, elles sont liées, au-moins pour deux d’entre elles, à la fabrication de haches en pélite-quartz.

2Lors du diagnostic archéologique, au sommet du secteur étudié, d’une superficie de 17,84 ha, plusieurs artefacts en pélite-quartz et un éclat de silex ont été découverts. Ceux-ci se trouvaient sous la terre végétale, dans le mince horizon de limons argileux bruns qui surmontait le substrat, répartis sur une superficie de quelques mètres carrés. Aucune structure n’a été décelée. Le mobilier lithique est composé d’un éclat longitudinal, d’une lame longitudinale, d’un éclat parallèle et d’un débris en pélite-quartz, ainsi que d’un éclat en silex brun. Ce mobilier, en provenance principalement de la carrière de Plancherles-Mines, est lié à la production de lames polies. La fouille manuelle et l’extension de la tranchée de sondage n’ont pas révélé d’autres découvertes.

3À une centaine de mètres à l’est, d’autres fragments de pélite-quartz ont été mis au jour dans un secteur légèrement en contrebas, installé sur une légère terrasse. Huit pièces proviennent des prospections pédestres réalisées lors du diagnostic et quatre des sondages archéologiques. La répartition de ces pièces, sur une bande de 100 m de long et 10 à 15 m de large, est le résultat des travaux agricoles qui ont démantelé une petite zone de débitage et étalé les artefacts dans l’axe des labours. L’industrie est composée de sept éclats longitudinaux, d’une lame longitudinale et de deux éclats parallèles en pélite-quartz, ainsi que d’un débris en silex. Ces pièces sont, là aussi, à mettre en correspondance avec les productions de hache en pélite. La prédominance du débitage longitudinal et l’utilisation de la pélite-quartz, dont une bonne part provient de la carrière du haut de la zone de « Marbranche » à Plancher-les-Mines, plaident pour une datation située au cours de la principale phase d’exploitation des carrières entre 4000 et 3800 av. J.-C.

4À quelques dizaines de mètres de là, une petite herminette, à section en D, en schiste noduleux a été découverte. La typologie de cette pièce ainsi que sa matière première permettent de la rattacher aux productions des carrières de Saint-Amarin au sud-est des Vosges, exploitées à partir de 5000 av. J.-C.

5Les vestiges néolithiques découverts lors de cette campagne de sondages, mettent en évidence deux ateliers de débitage de pélite-quartz situés sur la partie sommitale de la colline du « Fougerais », à proximité immédiate du fort où des vestiges similaires sont signalés. La nature précise des découvertes anciennes du « Fort du Fougerais » n’est pas connue ; s’agit-il de petites zones similaires à celles découvertes au cours du diagnostic archéologique, ou s’agit-il d’une occupation plus importante, voire d’une enceinte fortifiée, démantelée par les travaux militaires ? La colline du « Fougerais » domine un axe de circulation important : la vallée de la Savoureuse, depuis le pied des Vosges et Belfort jusqu’à la région de Montbéliard et la confluence avec le cours de l’Allan. Elle est aussi en lien visuel direct avec la « Planche-des-Belles-Filles », c’est-à-dire le secteur de Plancher-les-Mines. Les occupations néolithiques du « Fougerais » sont donc implantées sur un lieu stratégique.

6Bien que les vestiges aient été perturbés par les travaux agricoles et l’érosion, ces sondages permettent malgré tout de conforter nos connaissances sur l’occupation néolithique de la Trouée de Belfort au Ve millénaire.

7Dans l’angle sud-est de la zone étudiée, dans la partie basse du talus, quelques sondages ont livré des fragments de céramique ainsi qu’un fragment de tuile dans le niveau de terre végétale. Deux trous de poteaux très arasés ont également été identifiés. L’ensemble de ces vestiges sont présents dans un rayon d’une trentaine de mètres. Le mobilier découvert se compose d’un fragment de panse à pâte grossière, de fragments d’une assiette à bord rentrant en pâte claire orangée, d’un fragment de vase en pâte orangée claire et d’un vase tonnelet en pâte claire orangé. L’élément le plus caractéristique est le vase tonnelet daté de La Tène D. Une occupation de la fin de La Tène ou du tout début de l’époque romaine était probablement située dans la partie basse du coteau de la colline du « Fougerais », mais elle a été en grande partie arasée par les travaux agricoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Jaccottey, « Trévenans – Centre hospitalier médian » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25247

Haut de page

Auteur

Luc Jaccottey

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Jaccottey

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search