Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2007LGV Rhin-RhôneCourchapon – Sur le Moulinet

2007
LGV Rhin-Rhône

Courchapon – Sur le Moulinet

Fouille préventive (2007)
Responsable d’opération : David Billoin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1S’inscrivant sur le tracé du projet de la LGV Rhin-Rhône, la fouille préventive s’est déroulée sur les deux secteurs distincts reconnus lors de la phase de diagnostic (Croutsch et al. 2005), correspondant à une occupation de La Tène finale (950 m2) et une occupation du début de la période médiévale (3710 m2). L’ensemble couvre une surface cumulée de 4 660 m2 de par et d’autre d’un chemin d’exploitation, au sommet d’une petite colline culminant à 220 m d’altitude, en périphérie sud du village de Courchapon (Doubs), à 25 km au nord-ouest de Besançon.

2Les vestiges très érodés d’un petit édifice sur poteaux plantés, datés de La Tène finale (horizon C2/D1) ont été relevés et contribuent à documenter l’occupation de ce secteur de la vallée de l’Ognon.

3L’apport majeur de cette opération est l’étude d’un établissement rural du haut Moyen Âge, qui constitue l’une des premières fouilles d’habitat pour cette période en Franche-Comté. Cette portion d’habitat, dont les limites sont connues sur trois côtés, révèle deux édifices de plain-pied à une nef, dont les dimensions correspondent à des bâtiments à usage d’habitation, un fond de cabane et une construction originale, excavée et encadrée de poteaux. Muni d’un plancher et sur vide sanitaire, cet aménagement très long et étroit reste à ce jour assez énigmatique. Des portions de fossés structurent l’occupation où quelques poteaux isolés, fonctionnant par paires, supposent d’autres constructions arasées. L’ensemble est bien structuré selon une orientation cohérente. Le faible recoupement entre les structures plaide en faveur d’une occupation de courte durée où prend place une inhumation isolée. La présence de cette tombe au sein de l’habitat est à mettre sur le compte d’un réseau paroissial encore flou, voire inexistant, témoignant d’une liberté dans le choix de l’inhumation par rapport au pouvoir ecclésiastique.

4Bien que peu abondant, le mobilier céramique permet de situer l’occupation entre le viie et le xiie s., fourchette chronologique précisée par des analyses radiocarbone situées entre le viie et le ixe s. Le faible effectif de récipients apporte malgré tout un premier jalon d’une typochronologie qu’il reste à construire à l’échelle régionale.

5L’analyse anthracologique met en lumière un cortège floristique varié et donne quelques renseignements sur l’environnement végétal du site et l’impact de l’homme sur son milieu. Le chêne apparaît comme majoritaire dans cet assemblage, en particulier par son emploi dans la construction.

6Le cheptel domestique, dominé par une consommation de bœufs et d’équidés, s’intègre aux données recueillies à plus large échelle, sans pouvoir à ce stade permettre de caractériser l’aspect social ou culturelle de cet établissement. Cependant, le fait marquant de cette étude correspond à la mise en évidence de l’ensevelissement d’une peau de jeune bovidé munie de ces extrémités – tête et pattes dans une fosse atypique. L’interprétation de ce geste est délicate et renvoie peut-être à un acte propitiatoire, renforcé par l’identification d’un probable aurochs, d’après les données ostéométriques. Il s’agit du premier cas archéologiquement attesté pour la période médiévale et qui pourrait correspondre à l’un des derniers aurochs présents sur ce territoire du nord-est.

7Une activité métallurgique est attestée sur le site par un travail de forge, mais aussi en dehors du cadre de l’intervention, par des rejets de scories dans le comblement de structures. Cette activité artisanale vient compléter la vision de cette communauté implantée sur un coteau de la vallée de l’Ognon, mais qui nous échappe pour une grande part. En effet, les vestiges découverts correspondent-ils à une portion d’un habitat beaucoup plus vaste se développant en direction du village actuel, cité au xiie s. ? Où s’agit-il d’un regroupement restreint à quelques édifices isolés dans la campagne ?

Fig. 1 – Vue générale du long bâtiment ayant conservé des restes de plancher

Fig. 1 – Vue générale du long bâtiment ayant conservé des restes de plancher

Cliché : P. Haut (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du long bâtiment ayant conservé des restes de plancher
Crédits Cliché : P. Haut (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, « Courchapon – Sur le Moulinet » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25251

Haut de page

Auteur

David Billoin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search