Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2007InterdépartementalRelevés topographiques des châtea...

2007
Interdépartemental

Relevés topographiques des châteaux de Clémont, Montaigu et Neufchâtel

Prospection thématique (2007)
Responsable d’opération : Vianney Muller

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Lorraine

Texte intégral

1Dans le cadre d’une campagne de prospection thématique, les châteaux de Montaigu à Colombier (70), de Clémont à Montéchéroux (25) et de Neufchâtel à Neuchâtel-Urtière (25) ont fait l’objet de relevés topographiques.

Colombier (Haute-Saône), Château de Montaigu

2Le château de Montaigu est situé au nord-est de la commune de Colombier. 5 917 points ont été relevés au tachéomètre sur une surface de 28,06 ha.

3Le château est installé au sommet d’une butte qui domine l’extrémité occidentale d’un éperon calcaire orienté ouest-sud-ouest – est-nord-est. Le relief adopte un plan ovalaire de 135 m de longueur sur 70 m de largeur (extension maximale). Il est protégé par des pentes naturelles assez fortes sauf à l’est. Le relevé dévoile l’organisation du site avec une basse-cour de 5 000 m2, au nord et à l’ouest, culminant à une altitude moyenne de 316-317 m et un espace seigneurial, à l’est, de 60 m de longueur sur 25 m de largeur (altitude moyenne 326 m). L’opération a mis en évidence une enceinte périphérique essentiellement conservée sous forme d’éboulis à l’exception de quelques assises en blocs calcaires de moyen module et grossièrement équarris situées au nord. Au sud, la courtine est conservée sur près de 40 m jusqu’à sa jonction avec les maçonneries de l’espace supérieur. La densité de végétation n’a pas permis une observation fine de ces éléments. Un puit de plus de 8 m de profondeur se situe au nord de cette basse-cour.

4Les maçonneries de l’espace supérieur sont mieux conservées. Au sud-est, la courtine est conservée sur 55 m de longueur avec une hauteur variant entre 6 et 8 m. Les maçonneries relevées témoignent d’une organisation complexe avec une salle voûtée au nord, à proximité d’un conduit de cheminée et une autre pièce voûtée, au sud, adoptant un plan en L. Le dégagement partiel de ces espaces, issu de fouilles clandestines, est insuffisant pour élaborer un plan précis de ce secteur.

5Les données topographiques ont surtout permis d’éclaircir l’accès ancien au château. Il se fait depuis l’éperon en contournant le pied de la courtine nord-est sur une quarantaine de mètres. Le chemin, dont la largeur n’excède pas 6 m, dessert une petite terrasse intermédiaire de 300 m2 à partir de laquelle se faisait l’accès à la bassecour d’une part et à l’espace seigneurial d’autre part. Enfin, la mise en évidence de deux structures linéaires formées d’éboulis sur le coteau sud du château, associée à une structure en pierre sèche, laisse penser à un aménagement non défensif de ce secteur, peut-être pour l’implantation de vignes à l’époque moderne.

Fig. 1 – Plan topographique du château de Montaigu à Colombier (Haute-Saône)

Fig. 1 – Plan topographique du château de Montaigu à Colombier (Haute-Saône)

Relevé : LAMEST, DAO : V. Muller (UL).

Montéchéroux (Doubs), Château de Clémont

6Le château de Clémont est situé à l’ouest de la commune de Montéchéroux. 4 206 points topographiques ont été enregistrés sur une surface totale de 20,56 ha.

7Le château est installé au sommet d’une butte témoin ovalaire de 60 m sur 25 m au sommet (altitude 640 m) pour 250 m sur 130 m à la base (altitude 590 m). Ce relief, dont découle le toponyme de « motte », est en réalité une formation naturelle dont les pentes ont simplement fait l’objet d’aménagements ponctuels.

8L’opération a mis en évidence un mur ceignant le sommet de la butte, aujourd’hui conservé sous la forme d’un bourrelet de terre et de pierres, large de 4 m en moyenne pour 1,50 m de hauteur ; il est interrompu par trois échancrures, au sud-est, au sud et à l’ouest. Celle située à l’ouest donne accès à un modeste replat trapézoïdal de 6 à 10 m de large pour 10 m de longueur, légèrement en contrebas du sommet. L’interruption située au sud-est correspond à l’entrée du château. Le chemin la desservant crée une nette anomalie topographique dans la pente nord de la butte témoin ; il longe la courtine nord et contourne le château par l’est avant de rejoindre l’entrée située au sud-est et bénéficie ainsi de la protection offerte par le château.

9Au sommet de la butte, dépressions et éboulis peuvent être mis en relation avec des substructures de bâtiments disparus. Le côté nord est le plus lisible. Trois fortes dépressions se succèdent d’ouest en est. La première, grossièrement circulaire, a un diamètre de 7 m environ. Une seconde structure circulaire de même diamètre, située 6 m à l’est, laisse apparaître dans sa partie sud-est une pierre de parement. Elle est isolée de la dernière structure par un amas de terre et de pierres large de 4 m. Cette dernière est la plus vaste et la plus difficile à interpréter. Il semble s’agir d’un ensemble grossièrement rectangulaire, de 12 m de large sur 15 m de long au maximum, dont la face sud correspond à l’entrée du château. Il peut s’agir d’un ou de plusieurs bâtiments accolés, situés dans le secteur de l’entrée. Les deux premières structures correspondent sans doute à des bases de tours. La zone méridionale de la plate-forme conserve encore un encaissement topographique peu marqué, qui pourrait correspondre à un quatrième bâtiment.

10En contrebas du château, un bourg occupait une terrasse en forme de croissant de 250 m de longueur sur 50 m de largeur. Le bourg, abandonné à la fin du xviie s., a laissé la place à une ferme attestée dès le xviiie s. Au pied de la butte, au sud-est, un vaste taillis d’épineux particulièrement dense pourrait attester de l’implantation volontaire de haies vives de ce côté, le plus exposé à l’attaque.

Fig. 2 – Plan topographique du château de Clémont à Montéchéroux (Doubs)

Fig. 2 – Plan topographique du château de Clémont à Montéchéroux (Doubs)

Relevé : LAMEST ; DAO : V. Muller (UL).

Neuchâtel-Urtière (Doubs), Hameau de Neuchâtel

11Le château de Neuchâtel est situé à l’ouest du village actuel. 1 827 points ont été levés sur une surface totale de 7,1 ha.

12Le bourg ancien de Neufchâtel se situait à l’extrémité d’un éperon orienté nord-sud. Une arête rocheuse de 120 m de longueur pour 15 à 25 m de largeur accueille le château et occupe le centre de l’éperon, le reste étant occupé au nord, à l’est et à l’ouest par le bourg sur 170 m de longueur et 50 à 75 m de largeur. L’opération a mis en évidence les vestiges de l’enceinte urbaine, dont la partie basse des courtines et des tours est assez bien conservée. Sur les cinq tours semi-circulaires figurées sur les plans des ingénieurs français du xviie s., seule la une tour située à l’angle sud-ouest a disparu ; de fortes anomalies topographiques marquent toutefois son emplacement.

13Au niveau du château, le relevé confirme l’emplacement de l’entrée principale, au sud-ouest, seul secteur où la roche n’est pas à-pic. Le relevé montre également la présence d’un fossé, taillé dans la roche, à une cinquantaine de mètres de l’extrémité sud de la barre rocheuse. Il sépare le logis seigneurial, au sud, du reste du château. De ce logis, peu de vestiges subsistent. Une tour carrée située à son angle nord-est est partiellement conservée mais inaccessibles car situé à flanc de rocher. Au sud de ce logis, une tour circulaire de 9 m de diamètre environ est conservée; les arases de ces murs sont larges de 2,5 m et ne laissent qu’un espace intérieur restreint, de 3,5 à 4 m de diamètre environ.

14Une autre tour circulaire, présentant également un appareil en blocs calcaires de moyen à grand module, grossièrement assisés, occupe l’extrémité nord de l’éperon. Une poterne est aménagée sous cette tour et dessert un chemin piéton taillé dans la roche, à l’ouest. Vers l’intérieur du château, ce chemin débouche sur un espace plat de 6 à 7 m de large pour 20 m de long, qui correspond à un bâtiment dont le mur occidental est formé par une excroissance de la roche. Plusieurs encastrements taillés dans cette partie du rocher attestent d’aménagements intérieurs et une saignée, présente à son sommet, accueillait probablement une sablière haute. La densité de la végétation n’a malheureusement pas permis une lecture fine de l’ensemble de ces indices archéologiques. Au sud-est de cette zone plate, on remarque une dépression qui pourrait correspondre à la base d’une structure ou à une doline provoquée par le percement d’une voûte.

15Au sud, face à l’éperon du château, une petite carrière de pierre a été exploitée. Les éléments de parcellaire du village, disparu au xixe s., sont brouillés par des nivellements effectués à l’est, lors de la destruction d’une partie des maçonneries du château dans les dernières décennies du xxe s. Le mobilier collecté en ramassage au cours de cette opération correspond pour l’essentiel à de la terre cuite culinaire et architecturale glaçurée datée du xvie au xviiie s.

Fig. 3 – Plan topographique du hameau de Neufchâtel à Neuchâtel-Urtière (Doubs)

Fig. 3 – Plan topographique du hameau de Neufchâtel à Neuchâtel-Urtière (Doubs)

Relevé : LAMEST ; DAO : V. Muller (UL).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique du château de Montaigu à Colombier (Haute-Saône)
Crédits Relevé : LAMEST, DAO : V. Muller (UL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 2 – Plan topographique du château de Clémont à Montéchéroux (Doubs)
Crédits Relevé : LAMEST ; DAO : V. Muller (UL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 3 – Plan topographique du hameau de Neufchâtel à Neuchâtel-Urtière (Doubs)
Crédits Relevé : LAMEST ; DAO : V. Muller (UL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25274/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vianney Muller, « Relevés topographiques des châteaux de Clémont, Montaigu et Neufchâtel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25274

Haut de page

Auteur

Vianney Muller

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vianney Muller

Université de Lorraine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search