Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2007Projets collectifs de rechercheApproche pluridisciplinaire d’une...

2007
Projets collectifs de recherche

Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique : Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs)

Projet collectif de recherche (2005-2007)
Responsable d’opération : Philippe Barral

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Franche-Comté

Texte intégral

Éléments de paléohydrologie holocène et impact de l’aléa fluvial sur le développement de l’agglomération antique de Mandeure

1Responsables : G. Bossuet et M. Thivet

2Concernant ces deux aspects de notre recherche, les études conduites depuis 2005 sur le site d’Epomanduodurum, nous ont permis d’acquérir de nouvelles informations sur les dynamiques hydrologiques et sur les relations homme-milieu dans ce secteur de la moyenne vallée du Doubs.

3Grâce aux prospections géophysiques extensives, il a été possible de reconnaître sur plus d’une centaine d’hectares le tracé des écoulements anciens et la distribution des vestiges archéologiques dans leur environnement sédimentaire fluviatile. Le schéma de circulation des écoulements, validé par plusieurs tranchées et sondages de contrôles montre un changement de style fluvial (style à méandres et style en tresses) exprimant une métamorphose du cours de la rivière en réponse à une variation de ses débits. Deux anciens bras du Doubs ont été repérés, laissant des traces qui affectent la ville antique ; l’un coupe le méandre actuel en longeant le théâtre au sud-est pour rejoindre le cœur de l’agglomération, l’autre court au pied de la basse terrasse au nord-ouest de l’agglomération pour rejoindre le cours actuel du Doubs (fig. 1). Cette cartographie révèle que le « Faubourg de Pont » antique est installé en travers de ce dernier méandre.

Fig. 1 – Implantation de la ville antique sur le fond topographique

Fig. 1 – Implantation de la ville antique sur le fond topographique

DAO : M. Thivet (UFC).

4Dans différents secteurs de l’agglomération antique et de ses faubourgs, la présence de dépôts scellés par des vestiges datés ou encore inter-stratifiés entre les niveaux d’occupation fournit des éléments pour une datation des crues du Doubs à l’époque gallo-romaine.

5Sur l’ensemble du site d’Epomanduodurum, une péjoration hydrologique apparaît donc bien attestée sous la forme de dépôts d’inondations recouvrant les niveaux d’occupation dès le milieu du ier s. apr. J.-C. Ces occurrences de crues du Doubs au début de l’époque gallo-romaine apparaissent synchrones de celles enregistrées dans les bassins fluviaux voisins du Rhin, de la Saône et du Rhône. Les aménagements divers identifiés ces dernières années dans les différents secteurs urbains (systèmes de terrasse, assainissements, rehaussements successifs, remblais) définissent le caractère contraignant des inondations à cette époque. Les vestiges d’aménagements des berges, d’édification de digues ainsi que les systèmes de fossés, de drains et de bassins repérés bien en amont de la boucle du Doubs sur les communes de Mathay et de Bourguignon témoignent d’une prise en compte effective de l’aléa fluvial ; ils montrent que sur ce site complexe et très étendu de la plaine alluviale, le risque naturel semble avoir fait dès l’époque antique l’objet d’une gestion à l’échelle de toute l’agglomération mais aussi de son territoire.

L’agglomération du Haut-Empire : organisation de l’espace urbain et de ses marges

6Responsables : G. Bossuet, P. Nouvel et M. Thivet

7Les prospections terrestres réalisées en 2006 et 2007 ont permis de mieux cerner l’extension et la nature de l’occupation urbaine au cours du Haut-Empire. La carte (fig. 2) permet de bien cerner l’importance de l’occupation principale, de part et d’autre du Doubs, marquant ses limites à l’ouest et au nord et confirmant l’absence de vestiges sur les talus surmontant la ville actuelle au sud-est. Ces travaux ont également permis de mieux préciser l’extension du quartier dit de L’Essarté au nord-ouest et au sud-est. Elles ont surtout confirmé l’absence de continuité entre ce quartier et le reste de la ville.

Fig. 2 – Extension de l’agglomération antique et localisation des zones de nécropoles

Fig. 2 – Extension de l’agglomération antique et localisation des zones de nécropoles

Données et DAO : P. Nouvel (UFC).

8Le principal apport consiste cependant dans la mise en évidence d’un certain nombre de nécropoles qui nous échappaient jusqu’à présent. Situées, comme il se doit, en marge de l’habitat, elles se sont développées le long des axes quittant l’agglomération (voies dite de Besançon et voie vers Voujeaucourt). Elles n’ont pour l’instant été identifiées qu’à l’ouest, là où les terrains sont accessibles. On peut supposer, à la lumière de ces vestiges, que d’autres cimetières s’étendaient aux autres issues de la ville, aujourd’hui masqués par les aménagements urbains contemporains.

9En rive gauche du Doubs, le sondage réalisé en 2006 au Combolles a mis en évidence des vestiges d’une occupation gallo-romaine (ier-iie s.) caractérisée par quelques fosses et un groupe de bâtiments sur poteaux, dont une série de constructions à quatre poteaux identifiables comme des greniers, installés sur le replat de la basse terrasse alluviale. La présence de ces structures, caractéristiques d’une exploitation agricole, constitue un indice significatif sur la nature des occupations implantées sur les marges de l’agglomération, en l’absence de faubourg artisanal (passage de l’agglomération proprement dite à l’espace rural).

10La synthèse des données géophysiques et l’étude des plans anciens permettent de renouveler l’image de la structuration de l’espace urbain antique. Cet espace correspond approximativement à une superficie de 435 ha, comprise entre Mathay « l’Essarté » et Mandeure « Courcelles » et matérialise l’extension maximale des vestiges de l’agglomération. La moitié au moins de cet espace (270 ha) apparaît comme densément occupée au regard des indices archéologiques détectés par la prospection. La trame urbaine de la ville est structurée selon trois axes majeurs dont l’orientation optimise le développement de l’agglomération dans la plaine alluviale. Malgré la présence d’éléments de voirie reliant « l’Essarté » au « Faubourg de Pont », aucun vestige archéologique ne permet d’affirmer la continuité du tissu urbain entre ces deux quartiers artisanaux. Ce vide s’expliquerait en partie par le caractère inondable et marécageux de cette zone. On peut remarquer, enfin, l’existence d’un ensemble de rues orientées nord-sud, principalement localisées au sud de la voie du Rhin qui coupe le méandre d’ouest en est. Aucun élément de chronologie ne permet à l’heure actuelle d’expliquer cette différence d’orientation par rapport au quadrillage principal.

Le complexe cultuel

11Responsables : G. Bossuet, J. Monnier, P. Nouvel et M. Thivet

12Les investigations extensives conduites depuis trois ans aux abords du complexe monumental sanctuaire-théâtre ont complètement renouvelé notre connaissance sur l’environnement archéologique de ce secteur en révélant notamment la présence d’un très grand nombre de structures archéologiques totalement inédites. Les données de la prospection géophysique (méthodes électrique, magnétique, radar-sol) permettent aujourd’hui de dresser un schéma d’organisation générale d’un vaste quartier cultuel (environ 10 ha) implanté au sud de l’agglomération antique. L’image complète de la structuration de cet espace peut être visualisée à partir de l’assemblage des différentes cartes de la prospection électrique. Ces cartes révèlent le plan détaillé des vestiges enfouis entre 0 et 2 m de profondeur dans leur environnement sédimentaire fluviatile (fig. 3).

Fig. 3 – Quartier cultuel occidental : plan d’interprétation simplifié et images géophysiques correspondantes

Fig. 3 – Quartier cultuel occidental : plan d’interprétation simplifié et images géophysiques correspondantes

Données géophysiques : Geocarta/PCR Mandeure, E. Barrès, G. Bossuet, M. Chassang, S. Lacaze, M. Thivet, S. Trillaud, 2001-2007 ; DAO : G. Bossuet, P. Barral (UFC).

13La fouille de la zone du castrum du Bas-Empire (voir infra) a permis de reconnaître la grande voie et le mur d’enceinte du complexe cultuel, sur sa façade ouest. La voie, comprise dans un espace réservé large de 30 m, bordé par deux murs, se présente comme un élément important structurant l’urbanisme de cette portion de l’agglomération antique, qui sépare un quartier dévolu vraisemblablement à des fonctions d’habitat et d’artisanat, à l’ouest, et le vaste secteur monumental, à l’est, comprenant le théâtre, le grand sanctuaire et divers édifices dont la fonction reste à déterminer.

14L’ouverture d’un sondage recoupant la double enceinte détectée en géophysique au lieu-dit « Champs des Fougères » a permis de confirmer l’existence d’un second sanctuaire à péribole ovale, partiellement détruit par les pavillons de l’« Impasse du Clos ». Le péribole subsiste sous la forme de deux murs parallèles à pans coupés qui définissent une enceinte polygonale ovale dont les diamètres restitués sont de 70 m par 64 m. À l’intérieur du péribole, les niveaux d’occupation gallo-romaine conservés couvrent la période comprise entre le début du ier s. et le milieu du ive s. Les observations chrono-stratigraphiques qui ont pu être faites en 2007 montrent que l’édification d’un premier mur d’enceinte, maçonné, est relativement précoce, datée vers le milieu du ier s. (sans doute sous le règne de Claude). La construction du péribole dans son état final, matérialisé par deux murs parallèles délimitant probablement une galerie de circulation peut être datée de la fin de la période flavienne.

15Les similitudes morphologiques entre les enceintes des deux sanctuaires des « Clous du Château » et des « Champs des Fougères » (périboles ovales à pans coupés), leur proximité topographique et leur situation par rapport au théâtre laissent penser que des liens fonctionnels forts existaient entre ces édifices, qui ont pu connaître à partir d’une certaine époque des évolutions architecturales semblables. Leurs tailles sont toutefois sensiblement différentes et dans l’état actuel, le sanctuaire des « Clous du Château » semble nettement antérieur à celui des « Champs des Fougères ». Ce dernier pourrait donc être lié à une étape d’extension et de monumentalisation de la zone cultuelle, à partir de l’époque augustéenne. La découverte au xixe s. aux « Champs des Fougères » de fragments de statues colossales de Mars et Bellone constitue évidemment une indication intéressante, mais la proximité des deux sanctuaires invite à la prudence en ce qui concerne l’attribution des deux divinités à l’un ou l’autre sanctuaire (ou éventuellement à un troisième, proche). La découverte, dans le sondage de 2007, d’une dédicace à Minerve sur une bague en argent ne constitue pas non plus une indication décisive sur la question des divinités tutélaires du sanctuaire.

Le théâtre et la parure monumentale

16Responsables : N. André, S. Blin, J.-Y. Marc et P. Mougin

17Les progrès réalisés dans l’étude architecturale du théâtre ces dernières années sont très importants. La restitution de façades à arcades, dont l’ampleur monumentale est stupéfiante, est maintenant assurée. Ces dernières campagnes ont également permis de progresser dans les questions relatives à la datation des différentes phases de construction de l’édifice de spectacle. Disons qu’un faisceau convergent d’indices conduit à placer une dernière grande phase de construction à l’époque sévérienne : les données stratigraphiques recueillies cette année, il est vrai à l’arrière de l’édifice de spectacle, vont dans le même sens que les indications tirées de l’étude stylistique des séries décoratives.

18Par ailleurs, l’apport conjoint de l’analyse architecturale des fragments isolés, des données de fouilles et des prospections permet de dessiner un nouveau paysage monumental de la ville de Mandeure à l’époque romaine. L’étude des fragments isolés, durant ces trois dernières années, s’est engagée sur différentes voies : la conservation et le rangement, l’étude des séries typologiques (corniches, chapiteaux…), l’étude des motifs du répertoire ornementale, l’étude des programmes architecturaux et leur restitution.

19L’analyse de chaque fragment du point de vue typologique, technique et décoratif met en effet en évidence plusieurs phases chronologiques de l’activité de l’officine de la « gens lapidarii » de Mandeure, ainsi que plusieurs programmes architecturaux cohérents qui apportent les premières perspectives de restitution d’élévation.

20Le corpus des fragments lapidaires atteste, en premier lieu, d’une architecture monumentale plus précoce que ce que la tradition historiographique ne l’avait retenu jusqu’alors. Certains motifs, comme les feuilles d’acanthe qui ornent les modillons, persisteraient dans nos régions jusqu’à Claude, mais en tout cas pas au-delà de 30 apr. J.-C. De même, un beau chapiteau corinthien, provenant de Mandeure et conservé au musée de Mulhouse, présente un développement décoratif issu de cartons corinthiens du second triumvirat. Les datations sont à affiner mais, pour la première phase de construction, un terminus ante quem a été établi sous Claude. L’activité de l’atelier à l’époque flavienne est ensuite attestée par un certain nombre de fragments. Parmi eux, une série de corniches à modillons corinthiennes de très belle facture nous fournissent quelques enseignements sur la qualité d’exécution dont était capable l’officine de Mandeure (fig. 4). Le corpus mandurien témoigne de la continuité de cet atelier : des séries flaviennes, antoninnes et sévériennes sont également attestées.

Fig. 4 – Théâtre antique : corniche modillonnaire en calcaire

Fig. 4 – Théâtre antique : corniche modillonnaire en calcaire

Cliché : S. Blin.

L’agglomération d’Epomanduodurum et le castrum du Bas-Empire

21Responsable : J. Monnier

22Les recherches 2005-2007 permettent de décrire un peu mieux l’évolution que connaît l’agglomération antique à partir de la fin du iiie s. Pour l’heure, les données nouvelles proviennent du secteur monumental et du quartier adjacent à l’ouest de la grande voie, au lieu-dit les « Cloux du Château ». Elles concernent non seulement la fortification et le sanctuaire voisin des « Champs des Fougères », mais aussi la zone du théâtre, à l’est du secteur monumental.

23Les traces d’occupation tardo-antiques sont attestées dans plusieurs secteurs de la zone monumentale. Pour le théâtre, quelques monnaies du ive s. viennent s’ajouter aux trouvailles anciennes. Elles proviennent aussi bien de l’ima cavea (campagne 2005) que de la zone du mur arrière du théâtre (campagne 2007). Il est difficile de déterminer si ces monnaies, malheureusement non stratifiées, sont à mettre en relation avec d’éventuels réaménagements tardifs du monument ou, plus vraisemblablement, avec une phase de récupération des matériaux de construction. À un peu moins de 100 m au nord, au lieu-dit « Sous la Grande Planche », deux tranchées de diagnostic, liées à un projet de mise en valeur du théâtre (bâtiments d’exposition), ont livré des vestiges d’ateliers métallurgiques, dont les appentis reposent sur des blocs de remploi (théâtre ? autres monuments ?). Le mobilier permet de situer le fonctionnement de ces ateliers aux iiie-ive s. Plus au sud-ouest, un grand espace apparemment ouvert, bordant une zone d’habitat a livré trois monnaies des deux premiers quarts du ive s. À l’extrémité nord-occidentale du secteur monumental, enfin, le sanctuaire du « Champ des fougères » semble connaître, après une baisse progressive de la fréquentation dès le début du iiie s., un abandon et un démantèlement entre le milieu du IIIe et le début du ive s.

24Les indices fournis par la prospection confirment l’impression de déprise livrée par les autres travaux. Le traitement des données céramiques souligne qu’un grand nombre de quartiers de la ville cesse d’être fréquenté à partir de la fin du iiie s. En l’état actuel des recherches, la zone des « Cloux du Château » est la mieux documentée pour l’Antiquité tardive. Dans la première moitié du ive s., le quartier connaît un profond bouleversement avec la construction de la fortification au bord du Doubs. La création de la fortification entraîne une redéfinition des axes de circulation dans ce secteur de l’agglomération. La voie sud-ouest – nord-est, condamnée par la forteresse, est remplacée par un axe perpendiculaire, ou peu s’en faut, approximativement dans l’axe de symétrie du castrum.

25On peut rappeler que le castrum, établi en bordure du Doubs, présente un plan « en cloche » que l’on retrouve sur d’autres forteresses fluviales comme Chalon-sur-Saône ou, en Suisse, à Brugg, Olten ou Soleure, ce dernier site constituant un parallèle très proche pour notre fortification. Le castrum est situé sur une vaste éminence d’environ 2,5 à 3 ha et se prolonge au nord de la rue du Pont (fig. 5). La partie septentrionale de la fortification, sous des maisons modernes, n’est que très ponctuellement accessible.

Fig. 5 – Plan général du castrum de Mandeure

Fig. 5 – Plan général du castrum de Mandeure

DAO : IASA, J. Monnier.

26Les recherches, concentrées jusqu’ici sur le système défensif de la forteresse, ont permis de suivre l’enceinte sur plus d’une centaine de mètres. Deux tours semi-circulaires projetées vers l’extérieur et un probable dispositif de porte en jalonnent les fronts sud et est. La configuration des vestiges restitués au niveau de la porte est proche de celle mise en évidence sur la porte ouest du castrum de Kaiseraugst (Argovie, Suisse).

27Les techniques de constructions du rempart au niveau de la porte sont semblables à celles observées les années précédentes. La tranchée de construction de l’enceinte est large d’environ 3 m. Au fond de la tranchée, un radier de pieux – dont ne subsistent ici que les négatifs – supporte un hérisson de dalles grossières de calcaire posées de chant, recouvertes d’une chape de mortier. Sur ce hérisson reposait un soubassement de gros blocs architecturaux en remploi, totalement spoliés après l’Antiquité.

28La chronologie des phases d’occupation à l’intérieur du castrum est encore difficile à déterminer, en l’absence de fouilles étendues. On peut cependant rappeler que les constructions sur poteaux repérées sur la fouille « Béhra » ont été attribuées à la période valentinienne ; il est intéressant de constater que la seule monnaie valentinienne stratifiée provenant des fouilles 2006-2007 est précisément issue d’un trou de poteau. À noter que le spectre des trouvailles monétaires, qui se terminait jusque-là précisément à l’époque valentinienne, s’élargit désormais jusqu’à la fin du ive s. L’occupation du secteur du castrum au ve s. est également bien attestée par le faciès céramologique.

29Nous ignorons l’identité des constructeurs de la forteresse, mais on peut imaginer que l’armée a pu fournir, sinon une partie de la main-d’œuvre, du moins les ingénieurs nécessaires à la réalisation d’un chantier de cette envergure. La présence de briques estampillées de la légion I Martia, retrouvées au xixe s., mais malheureusement de provenance inconnue, permet de se demander si des corps de troupes de cette unité n’ont pas été impliqués. La présence de militaires dans la forteresse est d’ailleurs suggérée par les militaria livrés par les fouilles récentes. Des éléments de parure féminine, retrouvés en abondance depuis 1998, sont un sérieux indice de la présence de civils au même endroit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Implantation de la ville antique sur le fond topographique
Crédits DAO : M. Thivet (UFC).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 2 – Extension de l’agglomération antique et localisation des zones de nécropoles
Crédits Données et DAO : P. Nouvel (UFC).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 3 – Quartier cultuel occidental : plan d’interprétation simplifié et images géophysiques correspondantes
Crédits Données géophysiques : Geocarta/PCR Mandeure, E. Barrès, G. Bossuet, M. Chassang, S. Lacaze, M. Thivet, S. Trillaud, 2001-2007 ; DAO : G. Bossuet, P. Barral (UFC).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 4 – Théâtre antique : corniche modillonnaire en calcaire
Crédits Cliché : S. Blin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 5 – Plan général du castrum de Mandeure
Crédits DAO : IASA, J. Monnier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Barral, « Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique : Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25281

Haut de page

Auteur

Philippe Barral

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Barral

Université de Franche-Comté

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search