Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2007Projets collectifs de rechercheMassif de la Serre (Jura) « Gesti...

2007
Projets collectifs de recherche

Massif de la Serre (Jura) « Gestion des matières premières »

Projet collectif de recherche (2007)
Responsable d’opération : Luc Jaccottey

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1De par sa spécificité géologique, le massif de la Serre et ses marges offrent une panoplie de ressources minérales qui ont pu être exploitées dès les origines par les populations qui se sont installées dans cette microrégion du Jura.

2Le programme de prospections thématique, mené en 2005 et 2006, avait déjà permis de caractériser le granite et ses différents faciès, ainsi que les différents types de grès (Buntsandstein et Rhétien) ou de conglomérats (Permien) du secteur.

3D’autres matériaux, ayant pu être exploités par les populations préhistoriques et protohistoriques dans le Nord-Jura, ont fait l’objet de nos investigations :

  • en ce qui concerne le silex, les prospections ont permis de recenser au minimum trois types de silex différents dans le Muschelkalk, le Callovien et le Bajocien et 116 affleurements ont été recensés, cartographiés et échantillonnés ;
  • les autres roches dures qui ont pu être utilisées sont les galets de quartz, présents dans les grès du massif de la Serre et dans les formations de piémont qui l’entourent, ainsi que les galets fluviatiles des vallées de l’Ognon et de la forêt de Chaux. Là aussi, l’ensemble des formations a été échantillonné ;
  • une seule source salée est recensée dans les formations du Keuper, mais elle ne semble pas avoir été exploitée par l’homme ;
  • en ce qui concerne l’argile, un rapide tour d’horizon des potentialités a été réalisé en lien avec les exploitations connues depuis l’Antiquité. On remarque que le potentiel est relativement fort. Il est probable qu’une partie des fosses découvertes sur les sites néolithiques et protohistoriques, extérieurs au massif, soit liée à l’exploitation de ce matériau.

4Le travail de prospection systématique sur les formations granitiques et gréseuses s’est poursuivi dans le massif de la Serre. Plusieurs nouvelles zones d’extraction ont été découvertes (carrières de blocs, de meules contemporaines, une éventuelle tentative d’extraction antique et des minières néolithiques ou protohistoriques). Ces données complètent et confirment les acquis de la prospection thématique 2005-2006.

5De plus, la reconnaissance de zones d’extraction en « tranchée », comparées à celles du Morvan, ouvre de nouvelles perspectives sur d’éventuelles extractions de minéraux.

6L’étude de l’implantation humaine a été un des points les plus importants de l’année 2007 : l’objectif étant de réaliser le recensement le plus exhaustif possible des sites connus depuis le Paléolithique jusqu’à la Protohistoire. Plus de 350 sites et découvertes isolées ont ainsi été recensés du Paléolithique à la Protohistoire (tabl. I).

Sites Indices Découvertes isolées
Paléolithique inférieur et moyen 13 26 55
Paléolithique supérieur 3 1 10
Mésolithique 30 13 19
Néolithique 25 24 67
Protohistoire 18 62 11

7L. Jaccottey (Inrap).

Paléolithique moyen

8Le Paléolithique moyen s’est révélé fort bien représenté, alors que son étude avait été jusqu’ici délaissée par les prospecteurs. L’étude des sites de plein air a montré que ceux-ci sont principalement situés sur des rebords de plateaux orientés au sud et dominant les cours d’eau, et qu’ils sont très présents dans la zone des affleurements de silex du Bajocien, donc en lien avec les ressources de matière première. L’étude typologique des pièces met plutôt en évidence une occupation à la fin du Paléolithique moyen. Quelques stations peuvent se rapprocher du Moustérien typique ou du Moustérien de type Quina, avec une exploitation importante des ressources locales et principalement du silex du Bajocien, qui représente 75 % de l’industrie lithique. Deux chaînes opératoires différentes, avec des approvisionnements différents en matière première, existent pour la fabrication d’outillage bifacial à partir de silex bajociens et de radiolarite et pour le façonnage d’’un outillage léger élaboré à partir d’éclats sur des matières plus variées.

Paléolithique supérieur

9En ce qui concerne le Paléolithique supérieur, les séries du « Trou de la Mère Clochette » à Rochefort-sur-Nenon constituent les seuls jalons régionaux dont nous disposions pour la phase ancienne de cette période. L’inventaire techno-typologique des séries aurignaciennes, actuellement en cours, permet de mettre en évidence une chaîne opératoire lamino-lamellaire sur le silex du Bajocien et une autre strictement laminaire sur celui du Callovien. La reprise de l’étude des collections de la fin du Paléolithique supérieur révèle que cette période est mal documentée sur les sites de plein air alors que les occupations sous abris sont connues à Ranchot et à Dampierre. Les sondages réalisés en 2007 dans la grotte d’Audelange montrent que celle-ci a été complètement pillée par des fouilles clandestines et les quelques éléments retrouvés au musée de Dole ou dans les couches remaniées indiquent l’existence d’une occupation de cette cavité à la fin du Magdalénien. Dans ces sites du Paléolithique supérieur final, l’industrie est en grande partie sur support laminaire et la part du silex Bajocien apparaît comme secondaire vis-à-vis des matériaux exogènes.

Mésolithique

10Le Mésolithique est également bien connu par les fouilles récentes de l’abri des Cabônes à Ranchot, mais aussi par un nombre non négligeable de petits sites de plein air découverts lors de prospections pédestres. Là encore se pose le problème de ces séries découvertes récemment et qui ne sont pas suffisamment abondantes pour permettre une bonne diagnose chronologique et culturelle. Les sites, bien présents dans les vallées alluviales et les zones de plateaux, présentent une industrie principalement façonnée dans le silex du Bajocien. Ces industries se caractérisent par des outils et des armatures façonnées à partir de lamelles. L’utilisation de la matière locale semble diminuer assez rapidement au fur et à mesure que l’on s’éloigne des gîtes de matières premières.

Néolithique

11Durant le Néolithique, les populations sont bien implantées dans le Nord-Jura et les sites d’habitat en grotte, de plein air ou de hauteur sont nombreux (fig. 1). Le travail mené dans le cadre de la prospection thématique 2005-2006 a montré l’importance du matériel de mouture issu du massif de la Serre dans les collections franc-comtoises. Ce travail a pu également mettre en évidence des indices d’exploitation des grès dans le massif de la Serre ainsi qu’un lien entre les enceintes occupées au Néolithique moyen II et l’exploitation des meules en grès. Les sondages réalisés à Amange confirment l’occupation des enceintes au Néolithique moyen II. L’étude de l’outillage en silex montre que le silex du Bajocien local est utilisé, mais de façon marginale, et que ce sont surtout des matériaux étrangers à la zone d’étude qui sont préférés pour l’outillage sur support laminaire.

Fig. 1 – Sites néolithiques répertoriés dans le massif de la Serre

Fig. 1 – Sites néolithiques répertoriés dans le massif de la Serre

DAO : L. Jaccottey (Inrap).

12Pour la Protohistoire, plusieurs axes de recherche ont été privilégiés et tout d’abord la relocalisation et l’évaluation des nombreuses zones de tertres signalés anciennement. Des sondages ont également été conduits sur l’enceinte d’Amange permettant de dater son occupation à l’âge du Bronze moyen.

13En conclusion, cette première année de PCR montre que, outre les grès et les granites, il existe d’autres matières premières disponibles dans et autour du massif de la Serre, principalement du silex, qui ont pu être exploitées par les populations du Nord-Jura.

14L’occupation humaine est reconnue dès le Paléolithique moyen ; les sites sont relativement nombreux pour chacune des périodes, à l’exception du Paléolithique supérieur.

15Parmi les trois silex locaux reconnus, celui du Callovien a été peu utilisé en dehors du Paléolithique supérieur ancien, où il a servi de support à une industrie plutôt laminaire ; celui du Bajocien est utilisé depuis le Paléolithique moyen et il est majoritaire à cette époque pour la fabrication d’outillage léger à partir d’éclats. On le retrouve également au début du Paléolithique supérieur, dans la chaîne opératoire des productions lamello-laminaires de l’Aurignacien, puis au Mésolithique pour la fabrication de l’outillage sur support lamellaire. Il est en revanche délaissé au profit de matériaux exogènes à la fin du Paléolithique supérieur et au Néolithique, quand l’outillage est principalement façonné sur lame. Ce constat est probablement à mettre en relation avec les disponibilités de la matière première, qui se trouve sous forme de blocs de taille réduite. Cette hypothèse sera à approfondir grâce aux travaux à venir sur les chaînes opératoires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sites néolithiques répertoriés dans le massif de la Serre
Crédits DAO : L. Jaccottey (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Jaccottey, « Massif de la Serre (Jura) « Gestion des matières premières » » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25283

Haut de page

Auteur

Luc Jaccottey

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Jaccottey

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search