Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200670 – Haute-SaôneLure – Zac de la Saline

2006
70 – Haute-Saône

Lure – Zac de la Saline

Opération de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Claudine Munier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La Zac de la Saline est une zone d’activité qui se développe au sud-est de Lure, au-delà et à proximité de l’Ognon par rapport au centre ville. L’aménagement de la Zac de la Saline se poursuit dans sa partie sud, au bord de l’avenue du Maréchal Juin et entre la rue des Gabelous et le bassin de décantation (section BD, parcelle 72p du cadastre).

2Des sondages archéologiques réalisés antérieurement dans les environs proches de la Zac de la Saline avaient livré quelques vestiges anciens : des structures et du mobilier protohistoriques au sud-ouest, du mobilier gallo-romain à l’ouest.

3Le diagnostic 2006 concerne un peu plus de 7 500 m2 dans lesquels sept tranchées de 2 m de largeur et de longueurs inégales en raison des contraintes du terrain ont été creusées. La profondeur des tranchées est fonction de l’altitude du toit des graviers ou du sable constituant le terrain naturel qui varie de 50 à 70 cm.

4Une partie d’une structure étroite (40 cm de largeur) et peu profonde (5 cm) à fond plat, comblée de limon brun a été observée au milieu du sondage 4 ; elle n’a pas livré de mobilier et n’a donc pu être datée.

5Deux structures archéologiques, une fosse et un trou de poteau, ont été observées respectivement dans le sondage 1 et dans le sondage 6, à proximité de la rue des Gabelous.

  • 1 Informations Jean-François Piningre (SRA de Franche-Comté), Sylviane Humbert, Grégory Videau et Sté (...)
  • 2 Informations Luc Jaccottey (Inrap).

6La fosse, large de 2 m x 1,60 m et profonde de 40 cm, a été découverte sous un niveau de limon gris. Elle a été creusée en V dans le sable gris-rose du terrain naturel. La partie la plus profonde de son fond a été recouverte de gros galets issus d’alluvions présents dans les sondages voisins. Deux niveaux la comblent, couvrant les galets : un limon argileux gris est séparé d’un niveau de même nature mais contenant des particules de charbon de bois. Treize fragments de céramique proviennent de ces comblements : il s’agit, pour la majorité de tessons de céramique commune non tournée à pâte sombre à gros dégraissant qui pourrait être datée de l’extrême fin de l’âge du Fer, la période de La Tène (finale ?)1. La présence de gros galets pourrait être due à une volonté de consolider le fond de la fosse en raison de la nature meuble du sable sous-jacent. Ces galets entiers ou éclatés, portant pour certains des traces de feu, atteignent 20 cm de longueur. La majorité d’entre eux viennent des alluvions proches (granit, grès…), mais un fragment de calcaire pourrait avoir été amené depuis une zone éloignée d’une dizaine de kilomètres2. La fonction de cette fosse reste indéterminée : la présence des galets lui confère un rôle particulier, plus complexe que pour une simple fosse d’extraction de matériau. L’éparpillement des galets et leur position sous le niveau charbonneux permet également d’évacuer l’hypothèse d’un calage de poteau. La taille importante des galets exclut aussi l’hypothèse d’un « four polynésien » destiné à la chauffe de galets pour la cuisson des aliments : dans ce cas un module beaucoup plus petit de galets et le quartzite auraient été préféré. Un épandage de charbon de bois a été observé à 1 m environ de la fosse, sans dessiner de structure précise.

7Le trou de poteau est matérialisé par une empreinte de 40 cm de diamètre remplie de charbon de bois, creusée dans une fosse plus large (1,40 m) mais peu profonde, inscrite dans le sable gris du terrain naturel. Trois petits tessons indéterminés et un fragment de galet éclaté par le feu proviennent du remplissage de limon gris de la fosse. Cette structure pourrait être contemporaine de la fosse trouvée dans le sondage 1, mais sans certitude.

8Ce périmètre de la Zac de la Saline est en grande partie vierge de structures archéologiques. Seule la frange de terrain qui longe la rue des Gabelous pourrait livrer une occupation ancienne, attribuée à la période de La Tène (finale ?) qui s’étendrait sous la rue et éventuellement au-delà.

Fig. 1 – Fosse indéterminée et galets

Fig. 1 – Fosse indéterminée et galets

Cliché : C. Munier (Inrap).

Haut de page

Notes

1 Informations Jean-François Piningre (SRA de Franche-Comté), Sylviane Humbert, Grégory Videau et Stéphane Dubois (Inrap).

2 Informations Luc Jaccottey (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fosse indéterminée et galets
Crédits Cliché : C. Munier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Munier, « Lure – Zac de la Saline » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25339

Haut de page

Auteur

Claudine Munier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claudine Munier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search