Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2006InterdépartementalGranges cisterciennes de Franche-...

2006
Interdépartemental

Granges cisterciennes de Franche-Comté

Prospection thématique (2005-2006)
Responsable d’opération : Nathalie Bonvalot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

Préambule

1Le programme de prospection thématique sur les granges cisterciennes de Franche-Comté a été reconduit en 2005 et 2006, avec pour objectifs de poursuivre les inventaires de terrain couplés avec les prospections aériennes initiées en 2004, ainsi que les travaux archéologiques greffés sur le programme (levés topographiques, sondages, études de bâti…).

2Il s’agissait aussi d’organiser, en 2006, une table ronde consacrée aux granges cisterciennes et de faire le point des avancées sur cette thématique en l’inscrivant dans une démarche résolument pluridisciplinaire en vue de rassembler des chercheurs issus de divers champs disciplinaires (historiens, historiens de l’art, archéologues, géologues…). La table ronde intitulée « Les granges cisterciennes : unité et diversité. Autour de l’exemple de la Franche-Comté » s’est tenue les 9, 10 et 11 juin 2006 à Vesoul aux archives départementales de la Haute-Saône. Au total, seize communications et cinq posters ont été présentés aux cours de ces journées qui ont réunis quatre-vingt personnes, dont une dizaine de participants étrangers.

3En 2007, les recherches sur les établissements agricoles cisterciens, dotées d’un nouveau programme, se sont poursuivies au sein d’un Projet collectif de recherche pluriannuel (2007-2009), élargi géographiquement à la Champagne (Haute-Marne et Aube) et à la Lorraine (Meurthe-et-Moselle).

Bilan synthétique des travaux 2005-2006

4Les enquêtes sur le terrain ont concerné, d’une part les granges des abbayes de Rosières (Jura) et de La Charité (Haute-Saône), pour lesquelles on disposait de sources écrites permettant d’acquérir de nouvelles données, en particulier sur l’hydraulique, et d’autre part le bâti des celliers implantés dans le vignoble jurassien. Les abbayes de Rosières (Jura), Buillon et Mont-Sainte-Marie (Doubs) possédaient chacune un cellier situé sur l’actuelle commune de Montigny-les-Arsures (Jura). Bellevaux (Haute-Saône) y avait également des vignes et des maisons, mais les sources ne mentionnent jamais de manière explicite la présence d’un cellier viticole. L’abbaye de Balerne (Jura), quant à elle, établit le sien sur le territoire de Grozon (Jura). Les résultats de cette enquête ont montré, qu’en dépit des transformations et altérations subies par les bâtiments, il subsiste aujourd’hui encore, des vestiges médiévaux qui permettent d’enrichir le corpus des sites. Toutefois, dans la perspective qui était la nôtre, le travail s’est volontairement cantonné à un examen global des élévations, accompagné le cas échéant de visites à l’intérieur des bâtiments, afin de recueillir des indices pouvant nous éclairer sur le bâti médiéval initial et sur les grandes périodes de transformation des constructions. Seuls, deux celliers sur les quatre observés présentent un potentiel d’étude intéressant : il s’agit de celui de Rosières à Montigny-les-Arsures et de celui de Mont-Sainte-Marie sur la même commune. Une étude de bâti approfondie a été réalisée, en 2006, sur l’ancienne grange de Oizelaine située sur la commune de Grozon, dont le potentiel était déjà connu de longue. L’étude des élévations a confirmé la présence de baies médiévales en place dans le bâtiment de ferme actuel.

5L’étude pluridisciplinaire de la grange des Charmes à Semmadon (Haute-Saône), débutée en 2003, s’est poursuivie en 2005 et 2006 avec l’établissement d’un levé topographique du site, l’ouverture de quelques sondages ciblés en lien avec l’étude archéologique des élévations. L’objectif était de documenter au maximum l’unique bâtiment, encore conservé en élévation, d’une grange fondée dans la seconde moitié du xiie s. Les données apportées par l’analyse des maçonneries, les sondages, l’étude des liants et celle des rares enduits en place, ont permis de compléter l’étude du bâtiment dans sa configuration médiévale ainsi que les grandes étapes de son évolution à l’époque moderne. Les principales transformations interviennent aux xve-xvie s., avec le cloisonnement en trois parties du rez-de-chaussée voûté en berceau continu, la modification de certaines baies originelles (bouchées ou agrandies), l’installation de cheminées. Ces modifications sont sans doute à mettre en relation avec le changement du mode d’exploitation de la grange, dont on sait par un document daté de 1523 (mais qui reconduit une situation antérieure) qu’elle avait été amodiée par l’abbaye à la communauté des habitants de Semmadon avec l’ensemble « des terres, édifices, bois, dépendances, usages... ». La fonction résidentielle du bâtiment est donc antérieure au xvie s. Toutefois, sa fonction primitive, n’est pas pleinement assurée, même si l’hypothèse d’un bâtiment dédié aux logements des convers peut être avancée.

6En parallèle, l’inventaire aérien des sites cisterciens (abbayes et granges), initié en 2004, s’est poursuivi en 2005 et 2006, grâce au soutien du Conseil régional de Franche-Comté et du Conseil général de la Haute-Saône. Appliquée de manière systématique sur les sites, cette démarche a permis, à partir des 22 missions réalisées par Jacques Aubert pendant la période 2004-2006, de constituer un important fonds documentaire. Il permet, outre son intérêt archéologique, de dresser un bilan de l’état du patrimoine cistercien au début du xxie s. Les prospections aériennes étaient axées sur le site et son environnement. C’est ainsi que la stratégie adoptée, malgré des résultats variables selon la nature des sols, a porté ses fruits en révélant des enclos fossilisés sous couvert végétal, plus rarement fossoyés, des vestiges d’anciens parcellaires rayonnants ou en lanières, de même que les traces de bâtiments disparus ou bien encore celles d’anciens réseaux viaires.

7L’apport déterminant de ces survols consiste en la découverte d’enclos monastiques plus ou moins vastes, inconnus jusqu’alors, à l’intérieur desquels étaient rassemblées les structures d’habitats et les bâtiments agricoles. Au sol, les rares vestiges matériels observés apparaissent, dans le meilleur des cas, sous la forme de levées pierreuses, mais le plus souvent de traces fugaces dans les labours, ou de taches d’humidité rémanentes. Ainsi, la grange, devait être, du fait de son isolement et aussi de son statut, protégée par une clôture, pour en contrôler les accès. La superficie enclose a varié dans le temps et dans l’espace. La principale difficulté reste pour toutes ces structures l’établissement d’une chronologie.

Fig. 1 – Ancienne ferme d’Oizelaine : baie à ébrasement intérieur

Fig. 1 – Ancienne ferme d’Oizelaine : baie à ébrasement intérieur

Cliché : L. Jeannin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Ancienne ferme d’Oizelaine : baie à ébrasement intérieur
Crédits Cliché : L. Jeannin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bonvalot, « Granges cisterciennes de Franche-Comté » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25370

Haut de page

Auteur

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search