Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200525 – DoubsBesançon – Place de la Révolution

2005
25 – Doubs

Besançon – Place de la Révolution

Fouille préventive (2005)
Responsable d’opération : Valérie Viscusi-Simonin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille archéologique menée en 2005 sur la place de la Révolution est liée à son réaménagement dans le cadre de l’opération « Marché Beaux-Arts », et plus particulièrement au déplacement de la fontaine conçue par l’architecte Alexandre Delacroix au xixe s. La construction d’un sous-sol technique, bien que de faible surface (360 m2), a permis de contribuer à une meilleure connaissance des thermes antiques de Besançon. Ils avaient été identifiés en 1964 à l’occasion d’une surveillance de travaux (M. Petitjean sous la direction de L. Lerat, université de Besançon) et avaient alors fait l’objet d’un levé de plan mais, sans référencement cadastral, les vestiges étaient mal localisés.

2Les vestiges étudiés en 2005 vont du début du ier s. apr. J.‑C. jusqu’aux xve-xvie s. L’objectif de la fouille était de caractériser l’occupation antique tout en portant une attention particulière aux occupations plus récentes. La partie inférieure de la stratigraphie, antérieure à la période antique, n’a pas été explorée car elle n’était pas menacée par le projet dont la cote inférieure ne dépassait pas 3,5 m de profondeur, dans un secteur de la ville où l’accumulation des dépôts anthropiques atteint 6 m. Largement détruite durant les travaux de construction de 1964, la partie supérieure de la stratigraphie s’est montrée d’un intérêt limité.

3Si la fouille de 1964 avait permis d’interpréter les vestiges antiques comme une portion d’ensemble thermal, la fouille de 2005 a donné l’occasion de préciser la fonction des diverses pièces ainsi que le phasage des constructions, du ier au iiie s. Les structures découvertes appartiennent aux dépendances techniques permettant d’alimenter les thermes en eau ou en air chaud. Le premier niveau d’occupation antique, qui n’est pas antérieur au milieu du ier s. apr. J.‑C., comprend un mur de parcelle et une pièce de plan circulaire inscrite dans une maçonnerie de plan carré qui pourrait déjà appartenir à une installation thermale. Dès la seconde phase de construction, les bâtiments sont clairement identifiés comme appartenant à des thermes. L’ensemble est peu à peu agrandi et comporte deux salles chauffées, un local technique dont les foyers alimentent les hypocaustes ainsi qu’un second local produisant de la vapeur d’eau chaude au moyen d’une chaudière. Une pièce, accolée par la suite à l’ensemble thermal mais accessible de l’extérieur, est interprétée comme une boutique. Lors des dernières phases d’occupation antique, des modifications mineures affectent le fonctionnement des thermes : fermeture du local de chauffe, rehaussement des sols, modifications et réfection des foyers. La première phase de construction est datée par des céramiques fabriquées à partir des années 40 ; les productions antiques les plus récentes présentent un faciès semblable à ceux des contextes du iiie s. observés en Franche-Comté. Aucune céramique caractéristique du ive s. n’a été découverte.

4La confrontation des données de la fouille avec la documentation de 1964, mais aussi avec un plan du réseau d’égout levé en 1850, sur lequel avaient été reportées les maçonneries recoupées par la tranchée, a permis de réaliser un assemblage des différents plans et d’obtenir une vision plus étendue des thermes. Bien que ce plan ne fournisse encore qu’une vision partielle de l’ensemble thermal, il autorise d’ores et déjà une analyse architecturale, réalisée par Christophe Gaston (Inrap), associant interprétation des vestiges et comparaisons avec d’autres sites thermaux, permettant d’émettre des hypothèses sur les dimensions globales du complexe et sur son statut dans la ville.

5Aucune trace d’occupation datant du haut Moyen Âge n’a été relevée. La démolition des constructions romaines est attestée à partir du xiiie s., en revanche on ne sait rien de l’histoire du site entre le ive et le xiiie s. Les sols de cette dernière période constituaient sans doute le sous-sol d’un bâtiment dont aucune autre trace ne subsiste. Ils ont été aménagés sur le sol inférieur de l’hypocauste (area), sur lequel la démolition des pilettes et du sol supérieur (suspensura) avaient été soigneusement évacuée. Dans les autres secteurs de la fouille, les perturbations récentes se poursuivent jusqu’aux sols romains.

6Bien que largement détruite par les travaux des années soixante, l’occupation médiévale, ignorée en 1964, a pu être mise en évidence au cours de l’opération. Il apparaît en premier lieu que le sol du xiiie-xve s. était peu distant du sol actuel et situé sans doute à une cinquantaine de centimètres de profondeur. Un bâtiment du xve s. a pu être identifié. Il s’agit probablement des vestiges d’un sous-sol, cave ou cellier semi-enterré et on peut penser que cette construction correspond à une habitation. Par analogie avec les vestiges observés, certaines maçonneries levées en 1964 ont pu être datées de la période médiévale.

7Un four de bronzier a été mis au jour dans un angle du site, à proximité du bâtiment sur cave. Il est formé de deux parties superposées : la partie inférieure, maçonnée, constituait le système de ventilation, séparé de la partie supérieure par une sole perforée ; la partie supérieure, de plan ovoïde et construite en fragments de tuiles antiques devait contenir les braises. Son comblement a livré un creuset. Daté du xve s., ce four appartenait probablement à un atelier qui s’étendait en direction du nord. Il pourrait être antérieur au bâtiment et accessible par la cave du bâtiment voisin, dont le plan a été levé en 1964. Aucune trace d’occupation postérieure au xve s. n’a pu être caractérisée.

8Malgré d’importantes perturbations liées à la construction du marché couvert en 1964, il faut noter la remarquable conservation des vestiges et le très faible enfouissement de l’arase des maçonneries romaines : elles apparaissent à une profondeur de 0,4 m et présentent des hauteurs conservées entre 1,7 et 2,4 m, ce qui n’a été observé sur aucun autre site antique bisontin. Quasiment aucune tranchée d’épierrement n’a été relevée. Cette conservation exceptionnelle est sans doute liée à une réutilisation des maçonneries antiques par les constructions médiévales (toutefois ce fait n’a pas été observé directement, aucune trace de construction récente n’était conservée dans la partie méridionale de l’emprise, dont les niveaux supérieurs étaient largement perturbés) puis à l’établissement et la pérennité de la place du Puits du Marché, scellant le site jusqu’à aujourd’hui.

Fig. 1 – Plan d’assemblage des vestiges mis au jour en 1964 et en 2005

Fig. 1 – Plan d’assemblage des vestiges mis au jour en 1964 et en 2005

Relevés : P. Pétrequin (1964), S. Guyot (2005) ; DAO : V. Viscusi-Simonin (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’assemblage des vestiges mis au jour en 1964 et en 2005
Crédits Relevés : P. Pétrequin (1964), S. Guyot (2005) ; DAO : V. Viscusi-Simonin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Viscusi-Simonin, « Besançon – Place de la Révolution » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25375

Haut de page

Auteur

Valérie Viscusi-Simonin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valérie Viscusi-Simonin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search