Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200539 – JuraRochefort-sur-Nenon – La Vigne Bl...

2005
39 – Jura

Rochefort-sur-Nenon – La Vigne Blanche

Fouille préventive (2005)
Responsable d’opération : Luc Jaccottey

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille préventive, réalisée au début de l’année 2005, a permis de mieux caractériser la petite agglomération antique de Rochefort-sur-Nenon (Jura), ainsi que son contexte archéologique.

2Signalée depuis plus de deux siècles, l’agglomération antique est attribuée dès le milieu du xixe s. au site de Crusinia mentionnée sur la Table de Peutinger. Les travaux de Gérard Chouquer entre 1983 et 1992 permettent de proposer la première esquisse de plan de cette agglomération et de reprendre l’attribution au site de Crusinia (Chouquer 1994). Depuis cette première notice et son incorporation dans la synthèse sur les agglomérations antiques (Petit, Mangin 1994), une première remise à plat des données a été effectuée lors de la réalisation de la Carte archéologique du Jura (Rothé 2001, p. 599 à 601), en reprenant les observations réalisées lors des travaux récents de prospections pédestres (Jaccottey 1997), de sondages et de fouille (Jaccottey 1997). Enfin, les résultats acquis lors de la présente étude permettent de mieux comprendre ce site et de pouvoir le mettre en relief avec son contexte archéologique.

3Les données acquises en 2005 documentent la partie méridionale de cette bourgade, limitée par une voie et par les vestiges de bâtiments sur poteaux qui bordent l’agglomération. Ces observations rappellent le parcellaire périurbain qui avait été dégagé en 1997 à l’autre extrémité de l’agglomération. À partir de ces données, l’extension globale des vestiges tient dans un quadrilatère de près de 250 m de long sur un peu moins de 200 m de large, soit une surface d’environ 4,5 ha. Au sein de cet espace, les vestiges maçonnés, correspondant à l’agglomération au sens strict, se répartissent sur une surface de 3 ha (200 m sur 150 m). Ces chiffres montrent que cette agglomération est parmi les plus réduites de Bourgogne et de Franche-Comté. Une enceinte fossoyée, découverte par Gérard Chouquer, encore partiellement visible sur le cadastre napoléonien, borde l’agglomération antique, mais aucun élément précis ne permet de la dater.

4La bourgade s’organise le long d’un axe principal qui est la voie de Cabillonum (Chalon-sur-Saône) à Vesontio (Besançon). L’angle des bâtiments découverts, dont la suite a été observée par Gérard Chouquer dans la parcelle voisine, correspond à la limite de toute une série de constructions qui bordent cette voie. L’implantation du site de Rochefort-sur-Nenon s’est faite également le long d’autres axes secondaires comme c’est le cas avec celui qui a été l’objet de cette fouille et qui permettait de franchir le Doubs, ou comme c’est le cas avec ceux repérés dans la partie septentrionale de l’agglomération et qui assuraient la liaison avec les sites antiques de Châtenois et Dammartin-Marpain.

5Aucun vestige d’édifices publics n’est connu. Ceci peut s’expliquer par le fait que seules les deux extrémités de l’agglomération ont été étudiées et que les données que nous possédons sur sa partie centrale sont très lacunaires. Nous n’avons qu’un angle d’habitation maçonnée de dimension trop réduite pour pouvoir être comparé à d’autres plans. En revanche, nous avons une bonne vision des marges de cette petite agglomération. Cet espace est occupé par des maisons sur poteaux qui se répartissent en bordure immédiate du site.

6Une fonction artisanale est connue par les indices d’activité de travail du fer. Quatre zones ont livré des scories oxydées, dont de nombreux fragments de culots, un lingot de type currency bar et une barre de fer avec des traces de martelage (Jaccottey 1997, p. 126). Ce type de scories est caractéristique d’une activité d’épuration ou de forge. Aucune trace de foyers ou de tout autre type de structure lié à la métallurgie n’a été retrouvé, les seuls indices proviennent de zones de rejets de vestiges métallurgiques comme ceux découverts cette année.

7Quelques indices d’occupations au Néolithique et au premier âge du Fer ont été découverts. En revanche, nous n’avons aucune trace d’occupation du site durant La Tène. L’occupation est réellement attestée à partir du tout début du ier s. de notre ère par une série de fossés mis au jour lors de la présente campagne. Les indices d’occupation de la fin du ier s. et de la première moitié du iie s. sont peu nombreux, à l’exception de quelques lambeaux de sols. Les vestiges de construction découverts en 2005 peuvent être datés entre la seconde moitié du iie s. et le ive s. La découverte de monnaie de la fin du ive s. au niveau de la voie montre que ce site semble avoir été occupé tardivement dans l’Antiquité. En tout cas, elle confirme le fait que cet axe perdure à l’époque médiévale au niveau de la « Porte de la Levée ».

8En revanche, au tout début du Moyen Âge, les indices d’occupation ont quasiment disparu sur le site et il semble que l’occupation humaine se soit déplacée.

9En conclusion, cette petite agglomération, installée au carrefour d’un axe important et de plusieurs voies secondaires a principalement un caractère routier. Il est possible d’envisager que les quelques indices d’activité de forge découverts soient en rapport avec un travail de maréchalerie et d’entretien des chariots. On peut avancer l’idée qu’il s’agit là d’un petit vicus routier antique dont l’occupation débute dès le ier s. et se poursuit jusqu’à la fin de la domination romaine. Le site est délaissé à partir du haut Moyen Âge.

Fig. 1 – Plan de la zone fouillée et plan général de l’agglomération antique

Fig. 1 – Plan de la zone fouillée et plan général de l’agglomération antique

DAO : L. Jaccottey et al. (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de la zone fouillée et plan général de l’agglomération antique
Crédits DAO : L. Jaccottey et al. (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Jaccottey, « Rochefort-sur-Nenon – La Vigne Blanche » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25406

Haut de page

Auteur

Luc Jaccottey

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Jaccottey

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search