Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200570 – Haute-SaôneLure – RN19, contournement routier

2005
70 – Haute-Saône

Lure – RN19, contournement routier

Opération préventive de diagnostic (2005)
Responsable d’opération : Claire Tristan

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Une opération de diagnostic archéologique a été menée durant l’été puis l’automne 2005 sur le tracé du contournement routier de la ville de Lure (Haute-Saône). L’intervention a été précédée d’une étude documentaire et environnementale (Nowicki, Sordoillet 2000) qui a permis de délimiter des secteurs archéologiquement sensibles par leurs caractéristiques topographiques (bas de pente, fond de vallon) et sédimentologiques (terrasses fluviatiles post-glaciaires).

2Vingt-neuf structures (fosses, fossés et chablis) ont été mises au jour au nord du tracé (section D). Elles sont toutes concentrées sur une surface de 150 m de longueur et de 60 m de largeur (celle du tracé), dans un secteur aujourd’hui dévolu aux pâtures, contrairement aux parcelles attenantes construites ou cultivées. Il est probable que c’est ce mode d’exploitation qui les a préservées.

3La plupart de ces « anomalies » sont des dépressions de formes et de tailles variées, au remplissage d’argile jaune stérile mêlée d’oxydes de manganèse, sans aucun élément organique. Ce mode de comblement et la forme parfois irrégulière de ces excavations laissent penser qu’il s’agit de dépressions naturelles telles que des chablis. Cependant, certaines d’entre elles sont très régulières (circulaires, ovales, linéaires, à profil en cuvette) et sont situées dans le même secteur que deux ou trois autres structures avérées. Il s’agit de deux silos (structures 1 et 2) et d’une fosse (structure 8) qui présentent un comblement proche des anomalies déjà décrites, mais légèrement plus gris-beige et qui ont surtout livré du matériel et du charbon de bois pour deux d’entre eux.

4La structure 1 (sd. 1) est un silo de 2,50 m de diamètre pour 1,60 m de profondeur conservée, qui a livré de la céramique, du mobilier lithique (dont une pointe de flèche perçante à ailerons), une meule en grès des Vosges et du charbon de bois. Ce matériel a pu être attribué à la culture de Rœssen type Wauwill (Néolithique moyen).

5La structure 2 est également un silo, de 1,30 m de diamètre pour 0,90 m de profondeur. Il n’a livré que deux fragments de terre cuite architecturale. Ce matériel est difficilement datable et peut d’ailleurs être intrusif.

6La structure 8 est une fosse allongée de 2 m sur 1,30 m pour une profondeur d’une trentaine de centimètres conservés. Elle est comblée de limon beige mêlé de petits charbons de bois. Elle a livré un mobilier hétérogène composé d’industrie lithique mésolithique et de céramique protohistorique. Si la céramique est très fragmentée et érodée, la série lithique est bien mieux conservée, indiquant un faible transport des pièces. Cet assemblage est constitué d’esquilles (qui témoignent d’un débitage in situ, malgré l’absence de nucléus), éclats, cassons et lamelles. Neuf outils caractérisent ce corpus : huit lamelles encochées de type Montbani, un trapèze légèrement asymétrique et deux micro-burins. Les données typologique et technologique (utilisation de la percussion indirecte) datent ces vestiges du Mésolithique récent ou final. Il n’est donc pas certain que la structure 8 soit anthropique : un chablis ou une dépression naturelle peuvent avoir piégé du matériel. À l’inverse, si cette dépression est anthropique (sa chronologie est indéterminée), il est possible que les autres anomalies (ou du moins certaines d’entre elles) concentrées dans le secteur le soient aussi, mais n’aient piégé aucun artefact.

7En tout état de cause, deux occupations préhistoriques de plein air ont été mises au jour. Si le site mésolithique risque de n’avoir survécu que sous la forme de quelques piégeages dans des dépressions dont la nature n’est pas avérée, le site néolithique pourrait quant à lui fournir d’autres structures en creux, même si le secteur a sûrement subi une importante érosion du fait de sa situation en haut de pente.

Fig. 1 – Mobilier mésolithique

Fig. 1 – Mobilier mésolithique

Clichés et DAO : C. Tristan (Inrap).

Fig. 2 – Plan du secteur archéologique

Fig. 2 – Plan du secteur archéologique

DAO : C. Tristan (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mobilier mésolithique
Crédits Clichés et DAO : C. Tristan (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2 – Plan du secteur archéologique
Crédits DAO : C. Tristan (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Tristan, « Lure – RN19, contournement routier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25408

Haut de page

Auteur

Claire Tristan

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claire Tristan

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search