Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200570 – Haute-SaônePort-sur-Saône – Champs Challot

2005
70 – Haute-Saône

Port-sur-Saône – Champs Challot

Opération préventive de diagnostic (2005)
Responsable d’opération : Luc Jaccottey

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le service régional de l’archéologie de Franche-Comté a prescrit sur la commune de Port-sur-Saône (Haute-Saône) un diagnostic archéologique sur une emprise de 2,5 ha concernée par la construction d’un lotissement. Port-sur-Saône a été reconnu comme un important site antique. L’essentiel des vestiges et du mobilier recueilli est lié à la villa fouillée au xixe s. par Galaire au lieu-dit « Le Magny », à proximité des « Champs Challot ». La villa, fouillée partiellement, présente un plan en U avec une cour centrale entourée de galeries, des thermes dans la partie sud et au nord une partie résidentielle. Les éléments architecturaux découverts montrent la richesse de la construction : enduits peints, fragments de mosaïque, morceaux de marbre, de sculptures. La principale occupation du site est située au Haut-Empire. Des sondages effectués dans un rayon de 300 m autour de la villa ont révélé l’importance de l’étendue du site. Douze bâtiments dépendants de la villa ont été repérés en prospections, dont deux dans l’emprise de la zone étudiée. Trois de ces bâtiments avaient été fouillés au xixe s.

2Les indices découverts lors du diagnostic pour les périodes antérieures sont peu nombreux. Une herminette à section quadrangulaire en pélite-quartz et une lame retouchée en silex témoignent d’une présence au Néolithique. Quelques tranchées de sondages (nos 21, 26, 38, 41, 43, 44 et 65) ont livré des tessons de céramique grossière non tournée d’époque protohistorique dans les colluvions de la partie basse de la parcelle. Ils peuvent appartenir à une occupation démantelée située au sommet de la zone étudiée.

3Comme pour le Néolithique et la Protohistoire, des éléments antiques ont été retrouvés dans la couche de colluvion.

4Huit sondages ont livré une série de murs correspondant à différents bâtiments. Ces sondages sont tous situés dans la bande des vestiges visibles lors des prospections pédestres. Ils sont également localisés dans la zone où deux bâtiments ont été repérés en prospection aérienne. L’état de conservation de ces vestiges est très variable : dans certains sondages, il ne subsiste que le niveau de fondation, alors que dans d’autres les vestiges sont conservés sur une ou deux assises en élévation. Les vestiges découverts les mieux conservés correspondent

5à l’angle nord-est d’un bâtiment. Les murs sont conservés sur une à deux assises d’élévation. Les parements sont composés de moellons calcaires très réguliers liés avec un mortier à base de chaux. La fondation de ce mur a une largeur de 85 cm. Un contrefort de 75 sur 85 cm est situé à l’angle de ce bâtiment dans l’alignement du mur. Un abondant mobilier archéologique à été découvert dans les niveaux situés de part et d’autre de ces murs.

6À quelques mètres à l’ouest du sondage précédent, deux autres murs ont été dégagés et sont parallèles aux précédents, mais leur état de conservation est plus médiocre. Ces structures correspondent en partie aux vestiges qui ont été repérés par Patrick Augé lors de ses prospections aériennes. L’angle du bâtiment découvert dans le sondage 66 correspond manifestement à l’angle nord-est du bâtiment situé en bordure du chemin.

7À quelques dizaines de mètres, deux murs parallèles aux précédents ont également été découverts immédiatement sous la terre. Ils ont une largeur de 90 à 110 cm. Ils sont composés de blocs calcaires, sans liant, et correspondent à des fondations. Ils appartiennent à un autre édifice qui n’est pas visible sur les clichés aériens.

8Un puits maçonné en pierre sèche, d’un diamètre de 95 cm, a été dégagé mais n’a pas été fouillé. Une structure circulaire de 2 m de diamètre lui était accolée.

9Les sondages ont livré un mobilier d’époque gallo-romaine, attribuable au milieu et dans la deuxième moitié du ier s. apr. J.‑C.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Jaccottey, « Port-sur-Saône – Champs Challot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25410

Haut de page

Auteur

Luc Jaccottey

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Jaccottey

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search