Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200425 – DoubsBesançon – Collège Lumière, 8-12 ...

2004
25 – Doubs

Besançon – Collège Lumière, 8-12 rue d’Alsace

Fouille préventive (2003-2004)
Responsable d’opération : Claudine Munier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Dans le quartier Saint-Paul, des fouilles réalisées en 1973, lors du prolongement de la rue de Lorraine, avaient amorcé la découverte d’un bâtiment somptueux avec la mise au jour de deux mosaïques, dont la moitié sud de l’imposante mosaïque au Neptune, présentée alors au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Le projet de restructuration du collège Lumière 30 ans après cette découverte donne l’occasion d’en savoir plus sur l’histoire de ce quartier.

2Après démolition d’une partie des bâtiments, 3 000 m2 ont été livrés à l’archéologie préventive entre novembre 2003 et octobre 2004. La fouille, réalisée par une équipe de 12 à 15 personnes, a permis de mettre en évidence, hormis une petite fosse isolée comblée au Hallstatt final, sept grands états successifs d’occupation qui s’étalent du iie s. av. J.‑C. à la fin du iiie s. apr. J.‑C., parfois subdivisés en phases, et un huitième état moins net scellant ces occupations anciennes :

3À La Tène finale D1 et D2, deux phases de construction et de reprise d’habitats sur poteaux et caves, associés à de l’artisanat du métal (fosses) et de la céramique (un four) marquent l’urbanisation de Vesontio.

4L’habitat est repris à la période augustéenne par des constructions sur solins et poteaux ; il est associé à une activité agreste (mare), l’artisanat du métal (forge) et de la céramique (deux fours) se pérennisant.

5Sous Tibère-Claude, deux nouveaux bâtiments à usage d’habitation (maison ouest et maison est) associent des élévations en matériaux périssables et des sols en terrazzo. L’artisanat de la céramique a disparu, quelques rares traces d’artisanat du métal perdurent.

6Le milieu du ier s. voit la reprise de la maison ouest de l’état précédent et la construction d’un édifice thermal sur hypocauste à pilettes, aux murs maçonnés au mortier ; situé à la place de la maison construite antérieurement à l’est, il n’est que partiellement observé car implanté en limite de chantier. Le reste du périmètre est occupé par des constructions maçonnées sans mortier.

7C’est à partir de la période flavienne que sont construites de grandes résidences (domus) qui vont évoluer jusqu’à la fin du iiie s.

8Un premier ensemble est constitué par l’agrandissement puis la subdivision d’une domus. Construite sous les Flaviens, elle sera remplacée, au début du dernier tiers du iie s. et dans sa partie orientale, par une nouvelle domus dite la « domus aux mosaïques », après être passée par trois grandes phases architecturales (fig. 1) :

  • Vers 70 : construction (un péristyle, un grand oecus ouest et des pièces sud sont observés dans la moitié ouest du chantier) ;
  • au début du premier tiers du iie s. : développement vers l’est de la domus avec la construction de nombreuses pièces, un autre péristyle et un jardin sud ;
  • au deuxième tiers du iie s., cette grande domus est divisée en deux parcelles (à la suite d’un héritage ?), division matérialisée par le bouchage complet des accès entre la parcelle ouest et la parcelle est, et reprenant une séparation parcellaire déjà perceptible dans les états antérieurs. L’organisation de la domus de la parcelle est semble correspondre au schéma « classique » du monde romain : ensemble de pièces réunies autour d’un grand péristyle, les pièces de réception étant placées de manière privilégiée vers le sud, à l’articulation avec un grand jardin d’agrément (viridarium) bordé d’un portique.

Fig. 1 – Plan du développement architectural de la partie ouest de la domus au Neptune, fouillée en 2004 (et partiellement en 1973 sous la rue de Lorraine)

Fig. 1 – Plan du développement architectural de la partie ouest de la domus au Neptune, fouillée en 2004 (et partiellement en 1973 sous la rue de Lorraine)

DAO : C. Gaston, C. Krolikowski (Inrap).

9À partir du troisième tiers du iie s. et après démolition complète de la domus de la parcelle est, une nouvelle domus somptueuse est construite. Cette nouvelle demeure reprend, mais en les amplifiant, un certain nombre d’éléments du projet précédent. Un grand axe de symétrie nord-est – sud-ouest structure la répartition des espaces : un péristyle de plan carré (500 m2) précède un vaste oecus au sol mosaïqué (pièce au Neptune, 200 m2), en léger contrebas duquel se trouve un viridarium à portique et bassin. Dans l’aile ouest, deux oeci secondaires sont également décorés de mosaïques (65 et 85 m2). Chaque pièce est isolée par un couloir ou une galerie au sol en terrazzo à opus signinum. L’aile orientale est située en dehors du périmètre fouillé. La surface, la qualité de la construction et du décor, les dimensions de cet édifice en font certainement l’une des maisons les plus importantes de Vesontio, vaste habitation aristocratique ou siège d’une corporation professionnelle. La dimension exceptionnelle de la salle de réception, d’un caractère représentatif très fortement accusé (salle de réunion ?), la proximité du Doubs, les thèmes des mosaïques, sujets marins récurrents (dont la figure dominatrice de Neptune et celle protectrice de Méduse) et présence insolite d’un caducée (commerce) pourraient jouer en faveur de l’hypothèse d’une schola des nautes.

10Au cours de la première moitié du iiie s., il y a réappropriation de la grande domus avec reconstruction de nouveaux sols moins luxueux (terrazzo grossier dont un seul à opus signinum et une seule mosaïque) : la richesse et l’ostentation antérieures ont disparu. L’abandon du secteur est situé à la fin du iiie s. (dernières monnaies antiques attribuées à la transition fin iiie-début ive s.).

11Aucune reconstruction ne marque ce secteur avant la fin du xixe s. Le dernier état archéologique concerne alors tout ce qui est postérieur à l’occupation des domus antiques : structures isolées attribuées à la période moderne (puits, fours ?, sépulture erratique) se trouvant dans le clos de l’abbaye Saint-Paul voisine, construite au viie s.

Fig. 2 – Mosaïque de Méduse après sa dépose et sa restauration

Fig. 2 – Mosaïque de Méduse après sa dépose et sa restauration

Cliché : J. Gruel (ARM/2006).

Fig. 3 – Vue de la mosaïque de Méduse en cours de fouille

Fig. 3 – Vue de la mosaïque de Méduse en cours de fouille

Cliché : P. Haut (Inrap).

Fig. 4 – Vue des sols et murs de l’édifice thermal en cours de fouille

Fig. 4 – Vue des sols et murs de l’édifice thermal en cours de fouille

Cliché : P. Haut (Inrap).

Fig. 5 – Essai de restitution en axonométrie du premier état de l’édifice thermal (50-70 apr. J.‑C.)

Fig. 5 – Essai de restitution en axonométrie du premier état de l’édifice thermal (50-70 apr. J.‑C.)

Dessin : C. Gaston (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du développement architectural de la partie ouest de la domus au Neptune, fouillée en 2004 (et partiellement en 1973 sous la rue de Lorraine)
Crédits DAO : C. Gaston, C. Krolikowski (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Titre Fig. 2 – Mosaïque de Méduse après sa dépose et sa restauration
Crédits Cliché : J. Gruel (ARM/2006).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Titre Fig. 3 – Vue de la mosaïque de Méduse en cours de fouille
Crédits Cliché : P. Haut (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Vue des sols et murs de l’édifice thermal en cours de fouille
Crédits Cliché : P. Haut (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Essai de restitution en axonométrie du premier état de l’édifice thermal (50-70 apr. J.‑C.)
Crédits Dessin : C. Gaston (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Munier, « Besançon – Collège Lumière, 8-12 rue d’Alsace » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25447

Haut de page

Auteur

Claudine Munier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claudine Munier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search