Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200425 – DoubsBesançon – Zac de la Mouillère

2004
25 – Doubs

Besançon – Zac de la Mouillère

Sondage (2004)
Responsable d’opération : Valérie Viscusi-Simonin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Cette évaluation archéologique constitue la seconde phase d’une prescription portant sur la réalisation d’un programme immobilier à l’emplacement de l’ancienne gare de la Mouillère et concerne une superficie de 5 037 m2. Les premiers sondages, réalisés par C. Gaston en 2003, avaient mis en évidence une série de contraintes limitant les possibilités d’intervention : l’épaisseur très importante (jusqu’à 5,5 m) des remblais superficiels récents liés à l’aménagement de la gare, de nature instable, et la présence d’une pollution aux hydrocarbures. Les vestiges découverts alentours depuis le xixe s. (en particulier des cippes à incinérations) montrent que le secteur est occupé à la période antique par une vaste nécropole dont les limites ne sont pas connues. La fonction funéraire du lieu s’est perpétuée durant le haut Moyen Âge et un monastère fut fondé, peut-être au viie s., autour d’une église dédiée à saint Martin.

2Au lieu des trois sondages initialement prévus, il a été décidé de n’en réaliser qu’un, de dimensions suffisantes pour permettre d’accéder aux niveaux archéologiques profonds dans de bonnes conditions de sécurité. Une excavation de 16 m par 19 à 22 m (330 m2 environ) a donc été terrassée à l’aide d’une pelle à chenille de 150 cv, au godet à dents (remblai de la gare), puis au godet lisse (couches en place du xixe s., jusqu’au terrain géologique), en ménageant des gradins de 1 m de haut par 1 m de large environ. La surface finale de l’excavation, à -5,40 m de profondeur, ne représentait plus que 17,5 m2.

3Des niveaux d’occupation gallo-romains structurés ont pu être mis en évidence : un sol de galets aménagé dans les dépôts argileux et sans doute une fosse. Si aucune limite de creusement n’est perceptible, la coloration progressivement noire des sédiments en zone concentrique évoque la présence d’un remplissage de fosse. L’épaisseur des niveaux gallo-romains varie de 20 à 60 cm. Ils ont été atteints à une profondeur variant de -4 m à -4,76 m (soit 244,90 m NGF à 244,14 m NGF) d’est en ouest.

4En complément, cinq sondages carottés d’un diamètre de 10 cm ont été réalisés de manière à observer l’évolution de la stratigraphie dans le sens de la pente originelle des lieux. Les deux premiers mètres ont été creusés en forage destructif au taillant, les niveaux inférieurs, perforés au carottier battu, ont été prélevés et mis en caisses. Le pourcentage de récupération et le compactage des sédiments ont toutefois rendu ces prélèvements peu exploitables. On peut néanmoins noter que le substrat argileux n’a pas été atteint par la totalité des sondages carottés, entre -7 et -8 m. Tous les niveaux traversés sont apparus pollués par des eaux chargées en hydrocarbures.

Fig. 1 – Le sondage profond réalisé en 2004

Fig. 1 – Le sondage profond réalisé en 2004

Cliché : V. Viscusi (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le sondage profond réalisé en 2004
Crédits Cliché : V. Viscusi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Viscusi-Simonin, « Besançon – Zac de la Mouillère » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25448

Haut de page

Auteur

Valérie Viscusi-Simonin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valérie Viscusi-Simonin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search