Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200425 – DoubsMarchaux – Rue de la Comtesse

2004
25 – Doubs

Marchaux – Rue de la Comtesse

Opération préventive de diagnostic (2004)
Responsables d'opération : Éric Michon et Jean Cayrol
Notice rédigée avec Françoise Passard-Urlacher

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Une demande de permis de construire sur les parcelles AC19 et AC20 (AC72p) de la commune de Marchaux, au nord-est de Besançon, est à l’origine de ce diagnostic, dans un environnement archéologique attesté. Le terrain, d’une surface de quelque 4 500 m2 légèrement déclive, occupe une éminence calcaire sur le versant nord du village. Les cinq sondages réalisés (680 m2 au total) ont permis de localiser huit sépultures regroupées sur le sommet de la pente. Orientées nord-sud, ces dernières sont alignées sur la ligne de crête et représentent différents types d’aménagements. L’inhumation 1, localisée au sud-ouest de cette concentration, est directement installée sur la dalle calcaire à une quarantaine de centimètres sous le sol actuel. La sépulture a bénéficié d’un aménagement soigné, avec un coffrage en moellons réguliers sur le pourtour et une couverture de dalles calcaires qui ont été fortement perturbées. Les déplacements de certaines parties du squelette suggèrent eux aussi un remaniement. Les sépultures 2 à 6 se présentent sous la forme de tombes avec coffrage de dalles calcaires verticales plus ou moins régulièrement disposées sur le pourtour des inhumations. Leur largeur varie de 60 à 70 cm environ pour une longueur maximale de 230 cm. À l’exception de la sépulture 6, sur laquelle aucune couverture n’a été observée, les autres ont conservé certains des éléments de fermeture, des dalles de grandes dimensions et des dallettes au calibre variable. Profondes d’une cinquantaine de centimètres, ces tombes ont pu être plus moins perturbées ultérieurement à leur installation comme le suggèrent certains déplacements d’ossements observés. Toutefois, il n’est pas impossible que des manipulations d’ossements plus ou moins contemporaines aient été pratiquées (pillages ? inhumations successives…), ce que seule une étude approfondie des sépultures permettrait de comprendre. Localisée dans le sondage Est en limite du diagnostic, la sépulture 7, plus superficielle, est mal conservée et n’est entourée d’aucun aménagement visible. Un fragment de fil en alliage cuivreux, trouvé à proximité de la mâchoire, pourrait être un accessoire de parure.

2Au cours de l’ouverture de la première tranchée, à 40 cm de profondeur, a été découverte une plaque de ceinture malheureusement dépourvue de son contexte funéraire. Cette pièce de qualité appartient au type D d’une série bien inventoriée pour la période du haut Moyen Âge. De forme rectangulaire, avec une boucle rectangulaire elle aussi, articulée par des tenons et munie d’un ardillon à base scutiforme, cette plaque en alliage cuivreux étamé porte un riche décor de gravures. Celui-ci représente six personnages surmontés d’arcades, qui, par comparaison avec d’autres objets de ce type, appartiennent au répertoire des motifs chrétiens. Diffusées au vie et au début du viie s., ces plaques de ceinture se retrouvent dans le nord de la Burgondie avec des décors divers qui manifestent des affinités avec la tradition tardo-antique. La plaque de ceinture de Marchaux peut être datée des environs de 600. Les quelques sépultures mises en évidence au cours de cette intervention se situent dans le même cadre chronologique, jusque dans le viie s. voire au-delà. L’aménagement des tombes avec coffrages en dalles calcaires, fréquent en Franche-Comté, Bourgogne et Suisse occidentale à partir de la seconde moitié du vie s., atteste une pratique très fréquente du royaume franc de Burgondie (Steiner, Menna 2000). Dans la proximité de Marchaux, à l’aval de Besançon cette fois, la nécropole d’Évans « Sarrasins » fournit notamment des comparaisons bien renseignées et datées avec de telles architectures funéraires côtoyant par ailleurs des sarcophages (Bonvalot 2003). Cette similitude entre ces sites nous renvoie à la découverte d’un sarcophage, en 1976, sur la parcelle jouxtant le diagnostic de 2004 à Marchaux. La mise en évidence de la nécropole de la « Rue de la Comtesse » doit, en outre, être appréciée dans le contexte archéologique le plus proche. D’une part, la situation le long de l’axe de circulation antique Besançon-Mandeure doit être soulignée par la proximité d’un petit sanctuaire routier à Chaudefontaine étudié en 1996 et d’un autre sanctuaire antique à Marchaux repéré en prospection. Au centre du village, rue d’Amagney, des tessons de céramiques du haut Moyen Âge ont également été identifiés en 1989 dans les vestiges d’un habitat gallo-romain à 300 m de la nécropole. L’église de Marchaux est par ailleurs mentionnée en 927 et dédiée à saint Martin, ce qui renforce encore l’importance de la nécropole de la « Rue de la Comtesse », dont l’ancrage pourrait s’intégrer dans une longue tradition religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Michon, Jean Cayrol, Françoise Passard-Urlacher, « Marchaux – Rue de la Comtesse » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25459

Haut de page

Auteur

Françoise Passard-Urlacher

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Éric Michon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean Cayrol

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search