Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200439 – JuraGeraise – Trou du Crâne Percé

2004
39 – Jura

Geraise – Trou du Crâne Percé

Fouille programmée (2003-2004)
Responsable d’opération : Gérard Aimé
Notice rédigée avec Christophe Cupillard

Entrées d’index

Année de l'opération :

2003, 2004

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Geraise est situé entre Salins-les-Bains et Nans-sous-Anne dans le Jura externe, et plus précisément dans la zone du faisceau salinois. Au sud-ouest du village, le long de la route de Cernans, le gisement s’ouvre à quelques mètres de la route à une altitude de 641 m. Au moment de sa découverte, la cavité « se présentait comme une modeste doline rocheuse, d’orientation ouest – nord-ouest à est – sud-est, mesurant 8 m de long sur 3 m de large, présentant sur son flanc nord une paroi rocheuse de 2 à 3 m de haut, prolongée par une cheminée qui permettait de se tenir debout et dont la voûte, côté nord, laissait suggérer la présence d’un puits comblé » (Aimé et al., Le Trou du Crâne Percé à Géraise (Jura) : une nécropole néolithique en cavité verticale, in Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 27, 2007, p. 349-362).

2En décembre 1997, la cavité a été découverte par des spéléologues lors d’une prospection systématique, mais c’est en janvier 1998 que les premiers vestiges archéologiques ont été mis au jour lors d’une désobstruction destinée à trouver une liaison avec le réseau du gouffre du « Gros Gadeau », importante perte active située à une centaine de mètres du site qui nous intéresse ici. À l’occasion de ces premiers travaux de déblaiement rapide et à 4,5 m de profondeur, on découvrait un crâne humain trépané ainsi que différents ossements post-crâniens, alors que les déblais de fouille livraient des tessons de céramique et des outils en fer de La Tène finale. À la suite de cette découverte, G. Aimé engagea une première campagne de fouille programmée durant l’été 1998. De 1999 à 2002, les travaux de terrain furent suspendus afin de réaliser des études anthropologiques (travaux de P. Bigey et M. Escola), archéozoologiques (travaux de R.-M. Arbogast et de P. Méniel) et carpologiques (travaux de C. Signol) ainsi qu’une série de datations radiocarbone . En 2003, la fouille programmée du gisement fut reprise par G. Aimé qui effectua la dernière campagne de fouille en 2004. Depuis cette date, plusieurs études consacrées à ce gisement ont été publiées, mais la monographie du site est toujours en cours d’élaboration.

3Le remplissage de ce gouffre-perte a été fouillé sur 15 m de puissance et 20 unités sédimentaires, d’épaisseur variable, ont été reconnues. Il est à noter qu’aucune étude sédimentologique n’a été effectuée et que la description des couches est celle du fouilleur. L’épaisseur des couches identifiées est très variable et leur pendage est différent du haut vers le bas : les couches supérieures sont affectées d’un pendage sud-nord assez prononcé alors que les couches sous-jacentes sont sub-horizontales. Du point de vue chronologique, ce remplissage est calé entre la période moderne (couche 1) et le Néolithique moyen (couche 20). L’étude du mobilier et des 25 sépultures ou dépôts funéraires – pour reprendre une expression du fouilleur – ainsi que les différentes datations radiocarbone obtenues indiquent que la fonction sépulcrale du gisement commence durant le Néolithique moyen (3800 à 3300 av. J.‑C.), et qu’il se prolonge durant le Néolithique final (2485 à 2355 av. J.‑C.), le Bronze ancien (2185 à 2071 av. J.‑C.), la transition Bronze ancien/Bronze moyen (1725 à 1645 av. J.‑C.) et La Tène finale.

4L’intérêt de ce gouffre sépulcral est manifeste dans un secteur où les habitats et les sépultures néolithiques et protohistoriques sont relativement nombreux et ils ont été répertoriés par M. Piroutet dès la première moitié du xxe s. À cette époque déjà, l’archéologue salinois signalait la découverte de sépultures néolithiques sous tumulus à Mesnay, Clucy, Cernans, Dournon et à… Géraise ! Rapportant les découvertes faites par A. Fardet vers 1880, M. Piroutet indique qu’au lieu-dit « Bois des Tuiles » à Géraise, on a reconnu « quelques cistes, rarement ouvertes, avec corps repliés ; deux d’entre elles, placées bout à bout dans une crevasse du rocher, sous le même tumulus, étaient recouvertes par une grande dalle apportée de quelques distances » (Piroutet, Essai sur les connaissances actuelles relatives au préhistorique de la Franche-Comté. Bulletin Archéologique des Travaux Historiques et Scientifiques, 1932-1933, p. 543).

Fig. 1 – Coupe stratigraphique

Fig. 1 – Coupe stratigraphique

G. Aimé et al. 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe stratigraphique
Crédits G. Aimé et al. 2007.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Aimé, Christophe Cupillard, « Geraise – Trou du Crâne Percé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25474

Haut de page

Auteur

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérard Aimé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search