Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200439 – JuraTavaux – Les Charmes d’Amont, zon...

2004
39 – Jura

Tavaux – Les Charmes d’Amont, zone industrielle

Sondage (2003-2004)
Responsable d’opération : Gérald Barbet

Texte intégral

1La commune de Tavaux se situe dans l’entité géomorphologique du Finage dolois, une micro-région des plaines de la Saône moyenne située à l’ouest de Dole, à la limite de la Bourgogne et de la Franche-Comté. Elle se présente comme une riche plaine d’alluvions humides.

2À l’époque antique, ce secteur est traversé par de nombreux axes de circulation. Parallèle à la voie d’eau qu’est le Doubs, l’axe routier de la vallée du Doubs de Besançon à Chalon-sur-Saône reste un axe majeur de la région avec la route nationale 73 qui emprunte en partie l’itinéraire antique. À cette voie se raccordent plusieurs autres voies.

3Cette zone privilégiée par la qualité de ses sols, par la distribution des axes de passage est évidemment, dans l’Antiquité un secteur propice à l’occupation humaine.

4Dans le Finage, prospections, fouilles anciennes et archéologie préventive montrent aujourd’hui une trame de sites ruraux extrêmement dense dans un parcellaire ou s’inscrivent de nombreux établissements agricoles de tailles variées. L’un de ces parcellaires pourrait correspondre à une centuriation qui aurait été mis en place à partir de 70 de notre ère, soit sensiblement au moment où la VIIIe Légion était cantonnée à Mirebeau.

5C’est dans ce contexte antique particulièrement dense que s’inscrivent quatre nécropoles antiques découvertes sur la commune de Tavaux, actuellement en cours d’étude par Lydie Joan et Gérald Barbet, dans le cadre d’un programme de recherche. L’une de ces nécropoles se situe au lieu-dit « Les Charmes d’Amont ». Elle a fait l’objet de deux campagnes de fouille en 2003 et 2004.

6Cette nécropole à crémation a été utilisée du ier au iie s. de notre ère. Les travaux archéologiques ont permis de relever, à l’intérieur d’une enceinte, 25 sépultures, 3 fondations, dont celle d’un petit monument, ainsi que 62 imbrices. La nécropole occupe une surface de 1 888 m2.

7Une tombe matérialisée par un enclos fossoyé est composée d’une urne en céramique commune déposée dans une fosse. Cette urne a été probablement choisie pour son format pouvant très précisément s’emboîter dans la partie intérieure en creux de l’umbo d’un bouclier qui sert ici de couvercle. Les dépôts d’offrandes primaires permettent de dater la cérémonie funéraire entre 40 et 60 apr. J.‑C. De part et d’autre de l’urne, on trouve enfoncé légèrement en biais dans le sol, une arme blanche en fer (gladius) avec, en vis-à-vis, une pointe d’enseigne ou lance de bénéficiaire, ainsi qu’un fourreau de glaive tardo-républicain et une armilla (?). L’étude anthropologique a permis de mettre en évidence un individu robuste de taille adulte présentant une légère arthrose.

8Alain Deyber a démontré que le prototype de l’umbo est originaire du monde celtique, où il fait son apparition au début de La Tène D1 et que le modèle de Tavaux est plus particulièrement inspiré d’un type répandu à La Tène D2 (-80/-30) ; il est, en particulier, présent dans les panoplies militaires gauloises d’Alésia (-52).

9L’étude anthropologique a permis également de mettre en évidence 18 individus répartis dans quatorze sépultures. Huit tombes contenaient un individu adulte d’âge indéterminé, une tombe un jeune adulte et deux tombes un adulte mature. Deux tombes d’adultes livrèrent aussi des restes d’un individu immature. Enfin une tombe contenait au moins deux individus, l’un adulte l’autre étant un grand adolescent.

10L’étude faunique a montré la prédominance du porc. Quelques ossements d’ovicaprins, de bovins, d’oiseaux (poule, bécasse, canard) et d’un lagomorphe sont aussi présents dans les sépultures.

11L’opération archéologique a permis également de mettre au jour 62 imbrices, avec la présence dans certains cas de couvercles en pierre. Le contenu de certaines (monnaie, graines, anneaux à langer), l’originalité de certaines offrandes (casserole et assiette miniature, petit animal en bronze, statuette de coq, phalère...), les comparaisons avec d’autres nécropoles semblent indiquer qu’il s’agirait de sépultures de périnataux.

12La nécropole de Tavaux I « Les Charmes d’Amont » fait actuellement l’objet d’une monographie rédigée avec le concours d’une équipe pluridisciplinaire de chercheurs sous la direction de Gérald Barbet, Lydie Joan et Marie-José Ancel.

Fig. 1 – Plan de la nécropole à incinérations du Haut-Empire

Fig. 1 – Plan de la nécropole à incinérations du Haut-Empire

DAO : G. Barbet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de la nécropole à incinérations du Haut-Empire
Crédits DAO : G. Barbet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Barbet, « Tavaux – Les Charmes d’Amont, zone industrielle » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25496

Haut de page

Auteur

Gérald Barbet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Barbet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search