Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200470 – Haute-SaôneBourguignon-lès-Morey – Le Camp d...

2004
70 – Haute-Saône

Bourguignon-lès-Morey – Le Camp des Romains

Sondage et fouille programmée (2002-2004)
Responsable d’opération : Jean-François Piningre

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La campagne de fouille du site fortifié néolithique et protohistorique de Bourguignon-lès-Morey avait pour objectifs de terminer l’étude de l’entrée aménagée à l’ouest du rempart sud au premier âge du Fer, entre le vie et le ve s. av. J.‑C., ainsi que celle des niveaux d’habitats contemporains implantés le long de la bordure interne de ce rempart. La fouille du secteur d’entrée a conduit à la découverte inattendue d’un dépôt de carcasses de bovidés en connexion, antérieures aux aménagements hallstattiens et datables du Néolithique moyen. La mise en évidence des premiers squelettes sur une superficie de quelques mètres carrés en 2002 a justifié la poursuite des campagnes de fouilles durant l’été 2003 et 2004 et le démontage de la branche occidentale du rempart hallstattien qui recouvrait partiellement le dépôt de bovinés au niveau de la zone d’entrée.

Le Néolithique moyen

2Ce dépôt, qui occupe une superficie de 20 m2, comprend les restes d’une douzaine de squelettes de jeunes bovinés en position anatomique, couchés sur le côté. Plusieurs membres et crânes isolés appartenant à d’autres individus, jeunes et adultes, ont également été dégagés. Les carcasses déposées sur le sol argileux naturel ont été sans doute rapidement protégées par une accumulation de dalles calcaires et d’argile sur une épaisseur de 0,80 m environ, ce qui a favorisé leur conservation. Les membres isolés et les crânes étaient placés dans la masse du remplissage, ce qui laisse penser à un échelonnement dans le temps de ces dépositions. L’extension de la fouille en direction du nord-ouest a rapidement montré l’interruption du dépôt d’animaux, la présence d’ossements humains dispersés, ainsi qu’une portion de squelette coïncidant également avec la phase d’occupation néolithique la plus ancienne du site à cet endroit.

3Chronologiquement, l’attribution de cet ensemble repose sur la présence au même niveau de fragments de céramiques attribuables au Michelsberg ancien. Cette datation est confirmée par les résultats des analyses radiocarbone qui situent les ossements entre la seconde moitié du 43e et le 41e s. av. J.‑C. Le traitement particulier de ces cadavres, et la proximité d’ossements humains sont difficilement compatibles avec l’idée d’un charnier résultant de mortalité naturelle. La localisation de ce dépôt dans le secteur d’accès au site confère quelques vraisemblances à l’hypothèse d’une manifestation cultuelle du même type que les dépôts animaux associés à certains fossés des enceintes néolithiques de Mairy (Ardennes) ou de Boury-en-Vexin (Oise) par exemple.

Le rempart de l’âge du Fer

4Conjointement à l’étude de la structure et de la chronologie du rempart hallstattien, les travaux conduits entre 2002 et 2004 à l’extrémité occidentale du rempart avaient pour objectifs de compléter l’étude du dispositif d’entrée partiellement mis en évidence en 2001 le long de la bordure orientale du chemin d’accès encore en usage aujourd’hui. La fouille a porté, d’une part, sur la branche occidentale du rempart et, d’autre part, sur l’emprise du chemin.

5Au terme de douze campagnes de fouilles conduites sur le site de Bourguignon-lès-Morey, il est maintenant permis de distinguer cinq étapes d’aménagements de l’entrée associée au rempart sud durant le Ha D et La Tène ancienne. Chacune d’entre elles se signale par de sensibles modifications du tracé et de l’architecture du dispositif défensif, ainsi que par la superposition de cinq niveaux empierrés, correspondant à un chemin d’accès large de 4 à 5 m. Les cinq phases de construction et de restaurations du rempart sud et des dispositifs d’entrée qui leur sont associées font état de deux conceptions distinctes dans l’architecture du rempart et des aménagements.

6Les phases anciennes (phases I, II et III) sont caractérisées par un rempart étroit, parementé sur les deux faces, large de 3 m à 3,50 m, utilisant des dalles de calcaire local et des blocs volumineux donnant aux parements un aspect monumental. La partie interne est armée par une structure de poutres perpendiculaires organisées en caissons dont le tracé a été mis en évidence à partir d’alignements de plaquettes et de remplissages distincts. Deux alignements de poteaux verticaux, régulièrement espacés de 1,80 m environ, formaient, d’une part, un alignement axial au centre du rempart et, d’autre part, armaient la façade du parement intérieur. Le parement extérieur n’en était pas pourvu. La seule entrée partiellement conservée correspondant aux phases I et II pose la question d’un dispositif en corridor formé par deux branches parallèles ou légèrement convergentes ouvertes vers l’extérieur. Les phases récentes IV et V se distinguent des précédentes par un rempart large de 5,50 m à 6 m, une utilisation de blocs de plus faibles modules et hétérogènes, des parements dépourvus de poteaux verticaux en façade. Le rempart présente alors un tracé coudé en baïonnette au niveau de l’entrée.

7Au niveau du franchissement du rempart, deux planchers carbonisés, superposés, correspondent aux phases I-II et IV. Ces vestiges posent dans les deux cas la question de l’existence d’une entrée aménagée, éventuellement associée à une superstructure périssable protégeant cet accès. Dans le domaine nord-alpin occidental, les vestiges de fortifications à entrée aménagée antérieures au deuxième âge du Fer restent encore peu étudiés. À Bourguignon, l’emplacement latéral de l’accès à l’extrémité sud-ouest du rempart correspond à un type de localisation attesté à l’âge du Bronze final (Kronach « Heunischenburg » - Bavière), au premier âge du Fer (Allenbach « Ringskopf », Kirnsulzbach « Brennerberg ») ou à La Tène (Weiersbach « Altburg », Bundenbach « Altburg »). Bien qu’associée à une fortification plus complexe, la porte principale de la Heuneburg (Donautor/Osttor), située au sud-ouest du rempart, répond à ce type d’aménagement. Le choix de cet emplacement décentré caractérise sans doute déjà bon nombre de remparts en éperon barré du Néolithique moyen du domaine jurassien et bourguignon. Toutefois, en l’absence de fouilles, nous devons nous contenter ici de l’existence souvent remarquée d’un espace de plusieurs mètres entre l’une des extrémités du rempart et la bordure de l’escarpement du promontoire. L’exemple de Bourguignon-lès-Morey, qui voit la prolongation de la branche sud du rempart dans le courant du Ha D1, est particulièrement significatif de l’évolution du système défensif à cette époque. Ce complément, d’une longueur de 70 m, peut avoir eu pour objectif de canaliser les arrivants entre deux obstacles formant entonnoir, constitués par le rempart au nord d’une part et, d’autre part au sud, par la bordure de l’escarpement, peut-être renforcée par une palissade ?

8L’existence d’un plancher de madriers ou de planches épaisses, limités par une solive marquant le début du chemin empierré extérieur, est attestée à deux reprises par la régularité des orientations et de la disposition jointive des éléments calcinés transversaux. La nature d’une superstructure suggérée par plusieurs indices – effet de paroi latéral, accumulation de matériaux calcinés sur le plancher, calages de poteaux pour la phase IV – est plus difficiles à restituer. Pour la phase I-II, la structure de bois semble se prolonger vers l’intérieur du site, au-delà de l’extrémité de la branche est du rempart. Le fossé et l’alignement de plaquettes dressées prolongeant sur plus de 2 m l’extrémité du rempart peuvent signaler l’implantation d’une paroi ou d’une sablière basse. Ces vestiges évoquent l’aménagement de la porte nord-ouest de la phase Ia/4 de la Heuneburg, où un plancher large de 3 m et les vestiges d’une superstructure à parois de bois prolongent le dispositif d’entrée vers l’intérieur. Les témoins d’aménagement de la phase IV sont proches des précédents. Ils se trouvent maintenant intégrés dans l’épaisseur du rempart sur une longueur de 6 m. Un alignement de plaquettes dressées et une dépression allongée reliant les deux extrémités des parements intérieurs et extérieurs peuvent matérialiser aussi l’emplacement d’une paroi de bois sur sablière ou l’implantation de madriers verticaux juxtaposés. Des calages de poteaux s’accorderaient avec les soutènements d’un porche ou d’une couverture protégeant l’entrée. Les témoins de combustion attestent à deux reprises de la destruction violente de l’entrée du site et posent la question d’un événement accidentel ou symbolique précédant une nouvelle construction.

9La chronologie des remparts successifs peut être définie à partir du mobilier recueilli dans les différents niveaux d’occupation en contact avec les parements internes. On peut ainsi situer la construction du rempart et sa première utilisation (phases I-II) dans le courant du Ha D1. Les phases III et IV sont en relation avec des niveaux datés du Ha D2-D3, alors que l’utilisation du rempart correspondant à cette dernière phase se poursuit sans doute au début La Tène A, période à laquelle on peut placer son arasement. Pour la phase V, le caractère superficiel des formations sédimentaires correspondantes, fréquemment bioturbées, n’offre toutefois pas toujours les mêmes garanties d’homogénéité que pour les ensembles sous-jacents. Si la datation de la construction de la dernière phase du rempart soulève encore quelques doutes, la présence de nombreuses pièces d’armement dans ses éboulis tendent à situer le démantèlement de celui-ci à La Tène B-C.

Fig. 1 – Vue de la zone d’entrée

Fig. 1 – Vue de la zone d’entrée

Cliché : J.-F. Piningre (SRA).

Fig. 2 – Carcasses de bovinés du Néolithique moyen déposées dans la zone d’entrée du site

Fig. 2 – Carcasses de bovinés du Néolithique moyen déposées dans la zone d’entrée du site

Dessin : V. Ganard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de la zone d’entrée
Crédits Cliché : J.-F. Piningre (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Carcasses de bovinés du Néolithique moyen déposées dans la zone d’entrée du site
Crédits Dessin : V. Ganard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Piningre, « Bourguignon-lès-Morey – Le Camp des Romains » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25501

Haut de page

Auteur

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search