Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200470 – Haute-SaôneLuxeuil-les-Bains – 6 rue de Gram...

2004
70 – Haute-Saône

Luxeuil-les-Bains – 6 rue de Grammont (lots 1 et 2)

Opération préventive de diagnostic (2004)
Responsable d’opération : Astrid Couilloud
Notice rédigée avec Nathalie Bonvalot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un diagnostic a été réalisé sur une emprise globale de 9 600 m2, en amont de deux projets immobiliers situés au nord-ouest de l’agglomération antique de Luxeuil. Il s’agit d’une surface commerciale pour le lot 1 et de logements collectifs pour le lot 2. La parcelle à aménager, orientée est-ouest, s’ouvre sur la rue de Grammont, axe principal nord-sud de la ville et se trouve à proximité des fours de potiers gallo-romains du « Chatigny ».

2Au moment de l’intervention, des bâtiments désaffectés appartenant à un ancien garage (ateliers et bureaux) étaient encore en élévation sur le lot 1, tandis que sur le lot 2 subsistait une large bande de terrain boisée. Les sondages ont mis en évidence une occupation antique sur l’ensemble de la parcelle.

Lot 1 (partie ouest)

3Les vestiges présents sur ce secteur sont bien structurés et dans un bon état de conservation. Ils apparaissent sous 0,60 m à 1,50 m de recouvrement qui correspond à un remblai – probablement de la terre de jardin – dont la mise en place paraît très récente et qui repose directement sur les niveaux archéologiques.

4Ces vestiges associent des maçonneries et des sols à différents niveaux d’apparition qui correspondent à un ensemble de bâtiments. Les murs en moellons de grès et de calcaire de 0,50 m à 0,60 m de largeur sont encore préservés, selon les cas, sur deux à cinq assises. Ils sont fondés, soit directement dans le substrat marneux, soit dans un remblai d’installation surmontant ce dernier. Les différences de niveaux entre les sols indiquent que les bâtiments ont été implantés en fonction de la topographie avec l’aménagement de terrasses. Le terrain actuel présente encore un pendage est-ouest marqué, alors que le pendage nord-sud existant visiblement à l’époque antique a été entièrement remodelé par l’installation du bâti moderne. En l’état, il est difficile de savoir si ces pièces successives appartiennent à un vaste ensemble du type domus ou à un îlot urbain avec plusieurs habitations mitoyennes.

5Les sols des bâtiments masquent des structures antérieures qui pourraient se rattacher à une première phase d’occupation, matérialisée par des fosses et un probable « four » situé en bordure d’une tranchée de sondage. Aucun élément ne permet de préciser la fonction du four (domestique ou artisanal ?) ni de le rattacher à l’atelier de potiers du « Chatigny » tout proche. Cependant, la présence d’installations artisanales ayant précédé l’édification des bâtiments maçonnés ne doit pas être totalement écartée. Le mobilier céramique, peu abondant, situe l’occupation aux deux premiers siècles de notre ère

6Une canalisation maçonnée recouverte par des dalles de grès et de calcaires appartient à un état tardif de cette occupation. Parmi les pierres de couverture figurent des éléments en remploi qui pourraient provenir de couvercle de sarcophage.

Lot 2 (partie est)

7Les vestiges sont plus diffus et masqués par des niveaux de remblais d’épaisseur et de composition très variables. Les structures apparaissent entre 0,40 m et 1,10 m, soit directement sous un niveau de terre de jardin très remaniée, soit sous un limon brun contenant des fragments de grès et de TCA. Un bâtiment maçonné avec plusieurs niveaux de sols a été mis au jour, de même que des portions de fondations, un fossé, des fosses et des calages de poteaux.

8Le mode de construction du bâtiment (fondation en hérisson ou en blocage de galets, parement soigné...) est comparable à celui mis au jour au 14 rue de Grammont au cours d’un diagnostic réalisé en 1999 par A. Couilloud (Afan), en préalable à l’aménagement par la ville de Luxeuil d’habitations légères de loisirs.

9À l’extérieur du bâtiment contre le mur nord, a été identifié un niveau d’empierrement. Sa fonction n’est pas pleinement assurée (sol de circulation propre au bâtiment ou voie ?). À l’intérieur subsistaient des lambeaux de radier de sol et divers aménagements. La position stratigraphique de ces derniers (foyer, concentration circulaire de galets, fosse...) indique que ces éléments sont antérieurs. Comme dans la partie ouest du terrain, une première occupation, matérialisée par des structures en creux, a précédé l’édification des constructions maçonnées.

10Le bâtiment sur poteaux, quant à lui, a été implanté dans un remblai limoneux argileux contenant du mobilier antique. Il pourrait témoigner d’une réoccupation tardive du site.

11L’intérêt principal de ce diagnostic est d’avoir mis en évidence la forte présence de structures d’habitat, dans un secteur de l’agglomération antique jusqu’ici très peu documenté, en dehors de l’atelier de potiers. L’occupation principale (lots 1 et 2) se place aux ier-iie s. de notre ère, sans que l’on puisse préciser davantage la chronologie.

Fig. 1 – Plan général des vestiges du lot 1

Fig. 1 – Plan général des vestiges du lot 1

Relevé topographique : P. Noguès, A. Couilloud (Inrap).

Fig. 2 – Lot 2 : bâtiment de la tranchée 3 et niveaux empierrés

Fig. 2 – Lot 2 : bâtiment de la tranchée 3 et niveaux empierrés

Cliché : A. Couilloud (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges du lot 1
Crédits Relevé topographique : P. Noguès, A. Couilloud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 2 – Lot 2 : bâtiment de la tranchée 3 et niveaux empierrés
Crédits Cliché : A. Couilloud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Couilloud, Nathalie Bonvalot, « Luxeuil-les-Bains – 6 rue de Grammont (lots 1 et 2) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25505

Haut de page

Auteur

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Astrid Couilloud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search