Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2004InterdépartementalGranges cisterciennes de Franche-...

2004
Interdépartemental

Granges cisterciennes de Franche-Comté

Sondages, étude de bâti et prospection thématique (2002-2004)
Responsable d’opération : Nathalie Bonvalot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1En 2002, le programme de prospection thématique mené en Franche-Comté sur les granges cisterciennes s’est poursuivi dans le cadre d’une nouvelle opération pluriannuelle (2002-2004). Il s’inscrit dans la suite du travail engagé depuis plusieurs années sur ce thème et a pour objectif principal de constituer un corpus régional des sites et d’étudier l’organisation grangière. Il s’agit aussi de conduire une réflexion globale sur ces unités d’exploitation, de prendre en compte l’environnement et l’insertion des granges au sein de réseaux économiques. Les huit abbayes traitées précédemment (1999-2001) avaient permis de recenser 72 granges et d’en localiser précisément 49. Il restait pour clore cette vaste enquête régionale à entreprendre le recensement des granges de l’abbaye de Cherlieu (Haute-Saône) et celui des quatre abbayes du Doubs, à savoir Buillon, La Grâce-Dieu, Lieucroissant et Mont-Sainte-Marie.

2Au terme de cette seconde triennale, pour les cinq abbayes précitées, 32 granges sur les 47 répertoriées dans la documentation écrite ont pu être localisées sur le terrain au cours de campagnes de prospection. Sur les 15 sites non localisés, 11 ont donné naissance à un village ou hameau. La moitié des sites identifiés correspond à des exploitations agricoles isolées, encore en activité. D’anciens bâtiments aujourd’hui à l’abandon (Miévillers, Grange Neuve, Montorge…) sont voués à très court terme à disparaître ou sont déjà totalement arasés, comme on peut le constater pour 7 granges de Cherlieu. Les prospections systématiques au sol constituent donc l’ossature principale de cette recherche. À partir de 2004, elles ont pu être relayées par des prospections aériennes, suivies de nouveaux contrôles sur le terrain. Huit missions ont été ainsi effectuées par Jacques Aubert sur les granges de six abbayes (Acey, Balerne, Rosières, La Charité, Buillon et Cherlieu). Elles ont révélé une petite série d’enclos de granges de forme polygonale (Montorge, Courcelles, Trémoncourt…) ainsi que des vestiges d’anciens parcellaires et chemins ruraux sur plusieurs autres sites.

3En 2002, en lien avec le programme, une deuxième campagne de sondages a été réalisée sur la grange de Champoux (abbaye de Bellevaux) pour compléter les données archéologiques recueillies en 2001 sur l’organisation des vestiges et la fonction des espaces. Des recherches complémentaires en archives ont permis de mieux cerner la date d’abandon du site. La grange et le domaine de Champoux sont encore cités à plusieurs reprises entre 1359 et 1565 dans des contrats d’amodiation ou lors de transactions. L’abbé de Bellevaux autorise même en 1537 la « construction d’une grange au dit Champoux pour y mettre des bêtes qui pourront paître avec celles des grangers ». La grange ne figure pas sur le plan géométrique de Champoux dressé en 1776 (ADHS 101). Elle disparaît donc avant cette date, ce que confirme l’archéologie.

4En 2003 et 2004 une étude archéologique du bâti a été engagée sur la grange des Charmes, ancienne dépendance de Cherlieu située sur la commune de Semmadon en Haute-Saône. Attestée dès 1151 dans le cartulaire de l’abbaye, la grange fut amodiée à une date inconnue à la communauté des habitants de Semmadon, qu’un long procès opposa aux abbés de Cherlieu dans les années 1535-1540, puis à des particuliers. Elle fut vendue comme bien national en 1792, date à laquelle elle devint propriété privée.

5Si la fonction d’habitation du bâtiment est attestée pour le xvie s., on ne sait rien de son affectation primitive. Sur le site, il subsiste aujourd’hui, à côté de deux bâtiments récents qui ont remplacé d’anciennes dépendances démolies au xixe s., un bâtiment de style roman, voûté en berceau continu et présentant des petites baies ébrasées dans le pignon nord-est et le mur gouttereau sud-est. Par son état de conservation, cet édifice, inscrit sur l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1991, constitue un précieux témoin de l’architecture cistercienne.

6L’intervention a porté sur l’analyse des élévations des quatre murs porteurs, de l’intérieur du bâtiment, rez-de-chaussée et comble compris. Des investigations ont été menées dans le sous-sol mais aussi à son abord immédiat pour disposer de données stratigraphiques. L’objectif était de recueillir un maximum d’informations pour restituer l’état d’origine du bâtiment, mais aussi pour éclairer les grandes étapes de sa transformation. Relevé en plan et en élévation, coupes, observation méthodique des vestiges ont permis de cerner l’évolution du bâtiment. L’analyse fine des maçonneries a démontré que les remaniements effectués depuis l’époque moderne n’avaient pas complètement altéré les élévations médiévales qui restent bien lisibles. L’étude a donc permis de reconstituer les états successifs des structures bâties et de proposer une chronologie relative. Les données ont été croisées avec les sources écrites disponibles. Pour appuyer les propositions d’évolutions architecturales du bâti, une étude des liants de maçonnerie a été confiée à Stéphane Büttner en 2004 (Centre d’études médiévales à Auxerre). Ce dernier a également pris en charge l’étude des vestiges d’enduits médiévaux conservés sous l’enduit actuel, en particulier dans les embrasures des baies.

7L’examen des parements a montré que les techniques de taille de pierre employées à la grange des Charmes (marteau taillant droit et ciseau pour les moellons, layures pour l’ébrasement des fenêtre, ciselure périmétrique autour des blocs de grandes dimensions) étaient les mêmes que celles observées sur les murs de l’abbatiale de Cherlieu dont elle dépendait.

8Le site a également fait l’objet d’un levé topographique qui a permis de restituer le tracé de l’enclos, encore partiellement inscrit dans le parcellaire. Un sondage de vérification à l’emplacement de l’enclos a conduit à la découverte d’un chemin empierré probablement d’époque médiévale.

9Enfin, en 2004, divers travaux archéologiques ont été réalisés sur plusieurs sites de granges : relevés de l’enclos de la grange de Cessay (Frasne, Doubs) relevés et étude d’éléments médiévaux (baies et colonnes) conservés dans le bâti actuel du cellier de Montigny (Montigny-lès-Arsures, Jura) qui appartenait à l’abbaye de Mont-Sainte-Marie.

Fig. 1 – Grange de Charnay et son enclos

Fig. 1 – Grange de Charnay et son enclos

Cliché : J. Aubert.

Fig. 2 – Bâtiments de la ferme de Miévillers, à l’abandon et en ruine, avec l’emplacement de bâtiments détruits

Fig. 2 – Bâtiments de la ferme de Miévillers, à l’abandon et en ruine, avec l’emplacement de bâtiments détruits

Cliché : J. Aubert.

Fig. 3 – Grange des Charmes : plan des bâtiments

Fig. 3 – Grange des Charmes : plan des bâtiments

DAO : C. Gaston (Inrap).

Fig. 4 – Grange des Charmes : vue intérieure des baies romanes du mur pignon nord

Fig. 4 – Grange des Charmes : vue intérieure des baies romanes du mur pignon nord

Cliché : B. Turina.

Fig. 5 – Grange des Charmes : mur gouttereau est ; vue intérieure d’une baie romane et des enduits médiévaux

Fig. 5 – Grange des Charmes : mur gouttereau est ; vue intérieure d’une baie romane et des enduits médiévaux

Cliché : B. Turina.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Grange de Charnay et son enclos
Crédits Cliché : J. Aubert.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Fig. 2 – Bâtiments de la ferme de Miévillers, à l’abandon et en ruine, avec l’emplacement de bâtiments détruits
Crédits Cliché : J. Aubert.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 – Grange des Charmes : plan des bâtiments
Crédits DAO : C. Gaston (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4 – Grange des Charmes : vue intérieure des baies romanes du mur pignon nord
Crédits Cliché : B. Turina.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5 – Grange des Charmes : mur gouttereau est ; vue intérieure d’une baie romane et des enduits médiévaux
Crédits Cliché : B. Turina.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bonvalot, « Granges cisterciennes de Franche-Comté » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25521

Haut de page

Auteur

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search