Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200325 – DoubsBesançon – 11 avenue de Chardonnet

2003
25 – Doubs

Besançon – 11 avenue de Chardonnet

Sondage (2003)
Responsable d’opération : Hervé Laurent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La plupart des nécropoles antiques de Besançon n’ont fait l’objet d’aucune investigation depuis le xixe s. Naturellement situées hors des quartiers d’habitation de la ville, elles ont été en grande partie détruites par l’urbanisation du xxe s. qui gagnait peu à peu les secteurs situés à l’extérieur du quartier de la Boucle.

2La première mention de la nécropole de Port Joint remonte à 1735, année où un autel funéraire et plusieurs cippes sont découverts. Les trouvailles, plus ou moins bien localisées, se succèdent jusque dans les années 1990. Plusieurs stèles inscrites, un sarcophage en plomb, des sépultures à inhumation et divers types de mobilier laissent supposer que le site a colonisé de grandes surfaces, jusque sur les reliefs de la colline de Bregille. Cependant, on ignore son extension précise.

3En 1977, au 11 avenue de Chardonnet, on met au jour une sépulture à incinération en urne de verre, qui en accompagne une autre, disposée dans un cippe. Elles remontent au iie s. apr. J.‑C., d’après l’étude de la céramique sigillée.

4Le sondage ouvert en 2003 à la même adresse avait pour objectif d’exploiter une coupe d’environ 2 m de long sur 1,50 m de hauteur visible depuis la chaussée.

5Le nettoyage a montré ce qui semble être un ustrinum grossièrement taillé dans le rocher, comblé par une couche très charbonneuse, elle-même surmontée de trois couches successives, constituées de terre, cailloutis et blocs, contenant du mobilier. Dans la couche la plus haute viennent prendre place une inhumation de péri-natal disposé entre deux imbrices et sans doute une sépulture à incinération dont seuls subsistent des restes d’urne et quelques ossements. Ces couches visibles en stratigraphie se réduisent à une sorte de « rideau » dont l’épaisseur n’excède pas 0,30 m : en arrière de la coupe, une tranchée d’adduction d’eau réalisée plusieurs décennies auparavant a détruit les niveaux archéologiques. L’ensemble date apparemment des années 140-160 apr. J.‑C.

6Ces observations permettent désormais de situer précisément l’emplacement d’une partie de cette importante nécropole. Le fait que les sépultures soient installées en fond de vallée, en rive droite du Doubs, incite à rechercher le passage d’une voie romaine dans ce secteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Laurent, « Besançon – 11 avenue de Chardonnet » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25535

Haut de page

Auteur

Hervé Laurent

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hervé Laurent

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search