Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200325 – DoubsPontarlier – Rue des Remparts

2003
25 – Doubs

Pontarlier – Rue des Remparts

Opération préventive de diagnostic (2003)
Responsable d’opération : Valérie Viscusi-Simonin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2003

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’intervention est liée au projet de construction d’un immeuble le long de la rue des Remparts. L’emprise de 442 m2 s’étend en bordure du bourg ancien, à l’intérieur des fortifications, dans des jardins situés à l’arrière d’une parcelle occupée au xviie s. par le couvent des Ursulines. La rue des Remparts a été aménagée à l’emplacement des anciens fossés de la ville, attestés au xiiie s. et doublés de murailles entre la fin du xive et le milieu du xve s. Celles-ci furent dérasées progressivement après le grand incendie de 1736.

2Étant donné l’exiguïté des lieux, les sondages ont été réalisés à la mini-pelle, ce qui limitait la profondeur des tranchées. Contre le mur de clôture de la parcelle, qui s’élève le long de la rue, est apparu un tronçon de mur arasé à une profondeur de 0,25 m sous le sol actuel. Il a été observé sur une longueur de 2,6 m, une largeur de 0,8 m et une profondeur de 1,3 m, mais se poursuit au-delà. La localisation et la largeur du mur laissent penser qu’il s’agit probablement du mur d’enceinte de la ville. Les douze assises observées sont irrégulières et formées de moellons au module très variable, liés par un mortier de chaux beige. Si le parement décrit apparaît très différent de celui observé dans les tronçons conservés en élévations des anciens remparts de la ville, on sait que ceux-ci ont fait l’objet de nombreuses réparations et leur aspect est sans doute très variable selon les endroits. Il faut noter que le parement observé constitue la face interne du mur. Or, les pierres à bossages, visibles ailleurs dans la ville et dont la présence apporterait un argument complémentaire à l’identification des vestiges, ne sont employées que pour la face externe des fortifications.

3Du côté du jardin, le mur est masqué par un talus en pente vers l’intérieur de la parcelle, constitué d’une succession de remblais qui contenaient quelques fragments de céramique vernissée moderne. Dans le jardin, le substrat graveleux a été atteint à une profondeur de 1,6 m, surmonté par une couche de limon brun stérile.

Fig. 1 – Coupe stratigraphique des sondages

Fig. 1 – Coupe stratigraphique des sondages

DAO : V. Viscusi (Inrap).

Fig. 2 – Localisation du projet sur un plan de la ville de Pontarlier avant l’incendie de 1736 de J. Mathez

Fig. 2 – Localisation du projet sur un plan de la ville de Pontarlier avant l’incendie de 1736 de J. Mathez
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe stratigraphique des sondages
Crédits DAO : V. Viscusi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Fig. 2 – Localisation du projet sur un plan de la ville de Pontarlier avant l’incendie de 1736 de J. Mathez
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Viscusi-Simonin, « Pontarlier – Rue des Remparts » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25548

Haut de page

Auteur

Valérie Viscusi-Simonin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valérie Viscusi-Simonin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search