Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200339 – JuraSaint-Claude – Ancien Palais abba...

2003
39 – Jura

Saint-Claude – Ancien Palais abbatial

Fouille programmée (2003)
Responsable d’opération : Sébastien Bully

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Association pour la promotion de l’archéologie du Haut-Jura

Texte intégral

Présentation du site et historique des recherches

1C’est à partir de plusieurs plans, en particulier de la seconde moitié du xviiie s., qu’on localise le logement de l’abbé entre l’abbatiale des Trois Apôtres à l’est (actuelle cathédrale) et l’abbatiale Saint-Claude à l’ouest (emplacement du marché couvert de la Grenette). La bibliographie, abondante sur l’abbaye de Saint-Claude, n’a que très peu abordé la question du logis abbatial. Seules quelques mentions de l’époque Moderne ont été relevées, privilégiant les affectataires mais négligeant le cadre architectural. On apprend ainsi que cette demeure est la résidence abbatiale jusqu’en 1510. Pierre de la Baume, abbé de 1510 à 1526, marque le début des abbés commendataires ne résidant plus à l’abbaye ; le palais, abandonné par le supérieur de la communauté, est alors la résidence du grand prieur qui le remplaçait à la tête du monastère. À la sécularisation de l’établissement en 1742, cet immeuble devient le palais épiscopal, fonction qu’il conserve jusqu’au départ de l’évêque en 1802.

2La volumineuse monographie de Dom Paul Benoît (Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, 1890 et 1892) livre seulement quelques indications lapidaires sur le bâtiment, qui ne permettent pas d’en appréhender le plan, le fonctionnement ou les origines. Il cite essentiellement des réparations tardives sous l’abbatiat de Ferdinand de Rye entre 1607 et 1626. En 1989, le chanoine A. Pouillard publie un article sur le palais abbatial dont il assure la gérance, dans lequel il indique que le sous-sol, « très ancien, renferme la cuisine du palais abbatial, une chapelle avec fresques et des caves comportant des pierres tombales gravées en écriture gothique, provenant de l’ancien cimetière jouxtant ce palais et actuellement en nature de jardin » (L’ancien palais abbatial, Bulletin de l’Association des Amis du Vieux Saint-Claude, 1989). Dès lors, les sous-sols ont été inventoriés en 1993 dans le cadre d’une évaluation du patrimoine archéologique urbain (S. Bully, Saint-Claude, Carte archéologique, Service régional de l’archéologie, 1994), avant d’être succinctement étudiés durant l’été 1994 dans la perspective d’une première protection au titre des Monuments Historiques. Le sous-sol et les jardins des trois immeubles qui formaient les résidences abbatiales et épiscopales sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 6 juillet 1995. Les résultats préliminaires de cet état des lieux ont été publiés en 1997 (S. Bully, Les vestiges médiévaux du palais abbatial de Saint-Claude, Travaux 1995 de la Société d’Émulation du Jura, 1997). Cette première étude, renforçant l’intérêt du site en révélant sa complexité, a imposé une recherche plus approfondie, pluridisciplinaire, prenant en compte l’archéologie des élévations comme celle du sous-sol, l’anthropologie, l’histoire de l’art et la recherche documentaire en archives. La première campagne de fouille programmée s’est déroulée durant l’hiver 1998-1999. Un nouvel état de la recherche a été publié en 2001 (S. Bully, L’abbaye de Saint-Claude (Jura). Premiers résultats des recherches sur le site de l’ancien Palais abbatial : église Notre-Dame-des-Morts, Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa, Actes des XXXIIe journées romanes de Cuxa, 2001). L’étude archéologique était initialement programmée jusqu’en 2005, mais le rachat de l’immeuble par la ville de Saint-Claude et sa volonté d’y créer un musée a modifié l’échéancier de notre intervention qui s’est achevée en 2003. L’ensemble de l’immeuble a été inscrit au titre des Monuments Historiques le 5 mars 2003. Le 12 janvier 2004, la commission supérieure des MH a émis un avis favorable au classement de la totalité des immeubles composant l’ancien quartier abbatial.

D’un complexe funéraire au logis abbatial et épiscopal : bilan des recherches

3L’archéologie du bâti a révélé l’existence de structures médiévales conservées en élévation dans les caves des immeubles. Au total, ce sont neuf grandes phases comprises entre l’Antiquité et l’époque contemporaine qui ont été identifiées par l’étude archéologique (fig. 1). La fonction primaire de ces vestiges, intégrés dans des campagnes successives de constructions entre le xve et le xxe s., a pu être définie ; il s’agit d’une petite église et d’une chapelle, bordées sur leurs flancs nord par une longue galerie voûtée, et sur leur flanc sud par un cimetière.

Fig. 1 – Plans phasés schématiques

Fig. 1 – Plans phasés schématiques

Dessin : APAHJ, D. Vuillermoz, d’après S. Bully.

4Conservé sur 43 m de longueur, le grand cloître desservait l’abbatiale des Trois Apôtres à l’est et l’église Saint-Claude à l’ouest, distantes de 110 m. Nous avons accès pour l’étude à un segment de 26,40 m (fig. 2). La galerie est la construction la plus ancienne conservée en élévation. Le moine du Saix écrit au xvie s. que la « grande allée » reliant les églises du monastère a été construite sous l’abbatiat d’Hippolyte dans la seconde moitié du viiie s. Toutefois, les maçonneries mises au jour, en particulier les premières assises de fondations, témoignent d’une construction dont les caractéristiques principales appartiennent à l’architecture romane (joints tirés au fer, etc.). Les datations radiocarbone confirment une datation dans la première moitié du xie s. Quoi qu’il en soit, cette galerie, véritable rue à l’intérieur du monastère, possède vraisemblablement une fonction liturgique importante, particulièrement dans les processions des religieux se déplaçant d’une église à une autre. La fouille du grand cloître n’a révélé, fait intéressant, aucune sépulture, mais des constructions antérieures, maçonnées ou sur poteaux de bois. Un très court segment d’une voie empierrée menait à l’une des constructions du xe s. En revanche, les premières caves au nord, ont révélé une file de sept tombes maçonnées contemporaines de la galerie et adossées contre son parement nord en situation privilégiée.

Fig. 2 – Galerie dite du « grand cloître » depuis l’ouest

Fig. 2 – Galerie dite du « grand cloître » depuis l’ouest

Cliché : APAHJ, R. Le Pennec.

5Le dépouillement des archives – série 2H des archives départementales du Jura –, commencé en 1998, a livré une documentation souvent inédite, palliant l’indigence de la bibliographie. La mise en parallèle des observations de terrain avec les indications livrées par les sources écrites a permis notamment de découvrir le vocable de l’église du xiie s. : Notre-Dame des Morts. Dans cet édifice, les sépultures se concentrent majoritairement dans le vestibule à partir des xive-xve s. Les multiples tombes découvertes dans la nef et le chœur de Notre-Dame appartiennent pour la plupart à un espace cimetérial antérieur à la chapelle. L’analyse archéologique des élévations de la chapelle romane a révélé de nombreuses transformations au cours des siècles. Dans un premier état, la nef est charpentée alors que le chœur est peut-être déjà voûté. Dans une seconde phase, au xve s., l’ensemble de l’édifice est voûté ; des contreforts épaulent le mur gouttereau sud alors que la nef est divisée en deux travées par un arc-doubleau. Le croisement de l’analyse du bâti au rez-de-chaussée et de l’étude des mortiers a permis de reconnaître le mur pignon entre la nef et le vestibule et de restituer par conséquent la hauteur et la pente de la toiture ainsi que le volume médiéval de la chapelle. En revanche, au niveau du chevet, les transformations postérieures ont totalement remplacé la maçonnerie primitive. Un décor roman, peint de faux appareil à bandes rouges sur fond blanc, cède la place au xvie s. à un enduit blanc et rose soulignant les éléments architecturaux. Parmi les installations et dispositifs internes, notons la présence d’armoires (à reliques ?), de fondations maçonnées dont la fonction précise nous échappe, et d’un grand arc ouvrant sur la partie centrale de la nef depuis le grand cloître. La tombe du grand prieur Pierre du Breuil, décédé au mois de mars 1503, est creusée au centre de la nef. La lunette ouverte entre le grand cloître et la nef permettait aux religieux circulant dans la galerie de voir cette tombe en situation privilégiée. Les jardins actuels succèdent à un cimetière fonctionnant avec la chapelle romane. Un sondage ouvert sur le flanc sud du chœur a permis de déterminer que dans son aspect actuel, la terrasse résulte des travaux de l’évêque au xviiie s. En effet, l’essentiel du comblement, couvrant les premières tombes sur environ 1,50 m, est un remblai moderne destiné à niveler un terrain en pente afin d’installer un jardin d’agrément en terrasse du palais épiscopal.

6C’est à partir du troisième quart du xve s. que la chapelle Notre-Dame des Morts est progressivement englobée dans le logis abbatial. À cette date, Claude Venet, chantre du monastère, construit ses appartements au-dessus d’un segment du grand cloître et d’une partie du vestibule. On accède au logement par un escalier desservi depuis le grand cloître. La cage d’escalier devait être décorée d’une peinture murale dont il ne subsiste que le dessin préparatoire représentant une Vierge à l’enfant et un abbé – saint Claude ? Le dessin paraît contemporain des peintures de la chapelle dite « aux fresques ». Cette dernière est accolée au vestibule de l’église romane. Un caveau en son centre lui accorde une fonction funéraire et privée. La lecture d’une dédicace peinte, découverte lors de restauration du décor de la voûte, permet d’identifier Claude Venet comme le commanditaire de la chapelle mortuaire ainsi que la date d’exécution des peintures en 1478. Le décor de cette voûte est celui d’un Christ en Majesté, trônant et bénissant, encadré du Tétramorphe (S. Roser, Les peintures murales de la chapelle de Claude Venet, chantre du monastère de Saint-Claude, Bulletin des Amis du Vieux Saint-Claude, no 25, 2002) (fig. 3). Des scènes secondaires couvrent les murs latéraux, dont une possible représentation du religieux. Un collège apostolique, malheureusement très dégradé, occupe l’arc de front entre les deux voûtes de la chapelle Cette dernière, construite postérieurement à l’aménagement des appartements du chantre, s’insère dans les structures préexistantes que sont le vestibule de Notre-Dame et l’arcature supportant la façade sud du logis de Claude Venet. Différents dispositifs architecturaux de la chapelle vis-à-vis du grand cloître ou bien encore du vestibule de Notre-Dame sont destinés à assurer la perpétuation de la mémoire de l’officier.

Fig. 3 – Peintures murales de la chapelle Venet

Fig. 3 – Peintures murales de la chapelle Venet

Cliché : APAHJ, R. Le Pennec.

7À la suite d’un incendie au xvie s., le logis abbatial est agrandi au-dessus du vestibule et de la chapelle funéraire de Claude Venet. On conserve la baie axiale du pignon de la chapelle romane qui devient une ouverture interne devant permettre à l’abbé de suivre les offices depuis ses appartements. De grandes baies à croisées (dont une a été découverte) sont percées dans cette grande salle de près de 80 m2 dont la fonction de réception ou d’audience peut être proposée. De nouvelles ouvertures sont percées dans la première moitié du siècle suivant, simultanément à de nouvelles constructions renforçant le caractère résidentiel et monumental du logis abbatial. Le volume médiéval de Notre-Dame des Morts est alors amputé par la construction d’un étage. De cette époque daterait la reconversion de la chapelle funéraire Notre-Dame des Morts en chapelle privée du palais abbatial : Notre-Dame de Compassion. Après la sécularisation de l’abbaye en 1742, l’évêque procède à de profonds remaniements du palais nouvellement épiscopal, en supprimant les chapelles et en redistribuant espaces domestiques et circulations. Au début du xixe s., l’immeuble est divisé en plusieurs propriétés privées, transformées en appartements.

Conclusion

8L’analyse des élévations révèle donc la complexité d’une construction à vocation résidentielle insérée à partir de la fin du Moyen Âge dans un bâti préexistant déjà largement affecté à un usage funéraire et liturgique. À travers les fouilles et les études menées sur le site de l’ancien Palais abbatial durant six campagnes – de 1998 à 2003 –, c’est toute une parcelle en quelque sorte « fossilisée » du monastère qui a été dévoilée. Une particularité de ces vestiges est qu’ils permettent de dépasser les strictes limites cadastrales du champ d’investigation en les situant dans le contexte plus large de la topographie religieuse de l’abbaye de Saint-Claude.

9Après un important chantier de restauration conduit par Paul Barnoud – architecte en chef des monuments historiques – entre 2006 et 2008, le sous-sol archéologique offre un parcours de visite et une présentation de l’abbaye de Saint-Claude dans le cadre d’une muséographie proposée par Aurélia et Sébastien Bully. Le musée de l’Abbaye – donations Guy Bardone – René Genis a été inauguré au mois d’octobre 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plans phasés schématiques
Crédits Dessin : APAHJ, D. Vuillermoz, d’après S. Bully.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 2 – Galerie dite du « grand cloître » depuis l’ouest
Crédits Cliché : APAHJ, R. Le Pennec.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Peintures murales de la chapelle Venet
Crédits Cliché : APAHJ, R. Le Pennec.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bully, « Saint-Claude – Ancien Palais abbatial » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25570

Haut de page

Auteur

Sébastien Bully

Association pour la promotion de l’archéologie du Haut Jura

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Bully

Association pour la promotion de l’archéologie du Haut Jura

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search