Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200239 – JuraDoucier, Fontenu – Lac de Chalain...

2002
39 – Jura

Doucier, Fontenu – Lac de Chalain, villages néolithiques de Chalain 19

Fouille programmée (2002)
Responsable d’opération : Pierre Pétrequin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2002

Chronologie :

Préhistoire, Néolithique

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1En 1998, le site de Chalain 19 (CH 19) a été choisi pour faire une exploration systématique d’un hameau littoral du Néolithique final et de ses abords. Il s’agissait de mieux comprendre l’organisation des systèmes défensifs et des accès aménagés pour franchir la zone marécageuse ou amphibie qui protégeait le hameau du côté de la terre ferme.

2À l’intérieur de l’espace villageois, CH 19 a montré deux occupations successives : la première appartient à la culture de Horgen, ici datée des environs de 3075-3069 av. J.‑C. par dendrochronologie ; la deuxième couvre la fin du 31e s. et le début du 30e s. et correspond au développement du groupe de Clairvaux ancien. Un hiatus de l’habitat, pendant environ un siècle, semble correspondre à une période de haut niveau du plan d’eau, selon un rythme identique à celui déjà observé sur le site de Chalain 3 (CH 3).

3Le village de CH 19 a été construit sur un haut-fond de la plateforme littorale, en bordure immédiate de l’eau profonde. Du côté de la terre ferme, il est protégé par une palissade à poteaux jointifs qui a été reconstruite à plusieurs reprises sur le même plan (fig. 1). La seule interruption reconnue de la palissade correspond à une entrée étroite, d’où partent au moins deux chemins aménagés successivement, le premier correspondant à la phase Horgen, le second à la phase Clairvaux ancien. Ces chemins étaient construits sur des paires de poteaux couplés et régulièrement espacés, avec un platelage continu de 1,5 à 2 m de largeur ; ils permettaient de franchir la zone marécageuse ou inondable avec des charges lourdes. C’est, en particulier, le cas du chemin le plus récent et le plus large, long d’une centaine de mètres (fig. 2). Ce dernier montre plusieurs phases successives d’aménagement (3035-3010, 3008-3005, 2990-2980, 2980-2970 av. J.‑C.), contemporaines semble-t-il des phases de reconstruction du village et de la palissade. Mais l’espérance de vie de tels chemins de planches, destinés à apporter et à tirer les bois d’architecture sans enfoncer dans le sol, était courte. Entre deux phases de reconstruction du village, l’accès se faisait à pied en marchant directement sur des litières végétales accumulées entre les deux rangées de pieux (fig. 2).

Fig. 1 – Plan général du village avec sa palissade et ses chemins d’accès

Fig. 1 – Plan général du village avec sa palissade et ses chemins d’accès

Dessin : A. Viellet.

Fig. 2 – Vue générale du long chemin de planches construit sur des paires successives de poteaux en chêne

Fig. 2 – Vue générale du long chemin de planches construit sur des paires successives de poteaux en chêne

Cliché : P. Pétrequin (CNRS).

4En 2002, lors de la dernière année de fouille, trois grandes tranchées ont été ouvertes dans l’axe du chemin de planches, pour explorer rapidement la base du versant sur une surface de 116 m2. Il apparaît que le chemin de planches perd sa cohérence architecturale dès qu’il atteint l’ancien bas marais tourbeux. Plus loin encore, à 130 m du village, s’ouvrent différentes pistes où ont été identifiées des ornières créées par les patins de travois, tandis que se raréfient puis disparaissent les poteaux porteurs.

5Au pied du versant, on a également pu reconnaître d’anciennes exploitations de silts glacio-lacustres, juste dans l’axe du chemin néolithique. Ces silts ont la même composition granulométrique que ceux qui ont été utilisés, en énormes quantités, pour le revêtement externe et l’étanchéification des parois en clayonnage des maisons, après avoir été malaxés avec des mousses d’ambiance forestière humide (Neckera crispa majoritaire). Cette exploitation de silts et d’argiles pondéreuses permettrait, du point de vue technique, de rendre compte à la fois de la reconstruction systématique d’un chemin de planches pour transporter des charges lourdes et de l’utilisation de travois tirés par des bœufs, tels que celui qui a été retrouvé, intact, dans le village de CH 19 et daté de l’extrême fin du 31e s. Mais nous avons déjà signalé que l’utilisation de ces premiers véhicules et de la traction animale relevait aussi des fonctionnements sociaux et de la volonté d’afficher les disparités sociales.

6Ce chemin néolithique est aujourd’hui un des seuls explorés en détail sur toute sa longueur parmi les villages néolithiques d’ambiance humide autour des Alpes. Une telle architecture, peu spectaculaire, est pourtant de tout premier intérêt pour appréhender les conditions sociales de construction (et de reconstruction) d’un village, un travail qui exigeait l’abattage et la mise en œuvre de milliers de bois d’architecture, selon un plan coordonné nécessitant la coopération de tous les hommes. C’est là un indice fort d’un travail collectif résultant d’une décision autoritaire, dans une communauté où le pouvoir n’était pas partagé entre tous.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du village avec sa palissade et ses chemins d’accès
Crédits Dessin : A. Viellet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 2 – Vue générale du long chemin de planches construit sur des paires successives de poteaux en chêne
Crédits Cliché : P. Pétrequin (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Pétrequin, « Doucier, Fontenu – Lac de Chalain, villages néolithiques de Chalain 19 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25617

Haut de page

Auteur

Pierre Pétrequin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Pétrequin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search