Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200990 – Territoire-de-BelfortBessoncourt – Les Rives de l’Autr...

2009
90 – Territoire-de-Belfort

Bessoncourt – Les Rives de l’Autruche

Opération préventive de diagnostic et fouille préventive (2008-2009)
Responsable d’opération : Lydie Joan

Texte intégral

1Dans le cadre du projet de création d’une Zac déposé par la municipalité de la commune de Bessoncourt (Territoire de Belfort), sur les rives de l’Autruche, une surface de 96 168 m2 a fait l’objet de trois campagnes de diagnostic. Ces travaux ont été réalisés sous la direction de Lydie Joan (Inrap) en décembre 2008 et février 2009, puis de V. Viscusi (Inrap) en août 2009. Les résultats positifs des sondages des deux premières campagnes (découvertes de structures en creux de type trous de poteau, fosse, foyer de l’époque antique) ont donné lieu à une prescription de fouille préventive par la Drac de Franche-Comté, sur une surface d’environ 10 000 m2. Cette opération s’est déroulée du 1er juillet au 1er septembre 2009.

2Le diagnostic a mis en évidence trois grandes phases d’occupation humaine sur le flanc et en contrebas d’un léger relief situé aux abords d’un ancien ruisseau, correspondant à 214 structures archéologiques (fig. 1). Une des caractéristiques de ce site réside dans sa topographie favorable à l’accumulation de colluvions à l’origine de la conservation de nombreuses structures en creux en bas de pente. Toutefois, l’absence de niveaux de sols plaide pour la conservation partielle du gisement qui a subi une certaine érosion notamment dans la partie haute du site.

Fig. 1 – Plan du site

Fig. 1 – Plan du site

Topographie : P. Nogues ; DAO : J.‑C. Passerat, F. Berguantz, D. Watts (Inrap).

3Si des artefacts du Néolithique ont été découverts dans la couche de colluvions qui recouvrait les structures archéologiques, la première occupation du site date de la Protohistoire. Elle n’est, cependant, représentée que par une simple fosse.

4Il faut attendre l’époque antique pour observer une occupation plus dense et plus structurée. Elle se matérialise pour le Haut-Empire par les fondations d’un bâtiment de type grange (fig. 2), par plusieurs foyers et leurs vidanges, par une fosse dépotoir et par deux fossés. Cette occupation perdure au Bas-Empire comme l’indique la datation 14C effectué sur l’un des prélèvements provenant d’un bâtiment en matériaux périssables à deux nefs. Ces structures, qui se rencontrent traditionnellement dans les pars rustica de villae, complètent l’environnement d’un bâtiment maçonné antique découvert de manière fortuite lors de la construction d’un pavillon à moins de 300 m de l’emprise de la fouille.

Fig. 2 – Appareil de combustion du haut Moyen Âge et bâtiment 1 antique

Fig. 2 – Appareil de combustion du haut Moyen Âge et bâtiment 1 antique

Cliché : L. Joan (Inrap).

5Ce secteur est loin d’être abandonné au haut Moyen Âge. Aux vie-viie s., une série de fosses ou de fonds de silos et de trous de poteau – qui forment au moins deux grands bâtiments, trois greniers et un enclos – semble correspondre à un habitat groupé au plan lâche à deux unités. C’est sans contexte cette fréquentation qui est la plus remarquable pour notre région, dans la mesure où les connaissances sur l’habitat rural de cette période apparaissent encore, à ce jour, très diffuses.

6Toutefois, l’indigence du mobilier ne permet pas de définir les fonctions exactes de chacune des entités architecturales reconnues. Il pourrait s’agir d’unités agricoles, comme le prouve la présence de greniers. La découverte dans cette zone de fragments de meule pourrait en effet attester une activité de mouture sur le site, signe éventuel d’une production céréalière. La présence d’un bas fourneau (fig. 2), légèrement à l’écart de ces unités, témoigne de l’existence d’une activité métallurgique par la présence de résidus liés probablement au travail de forge.

7Enfin, les analyses radiocarbone ont permis de dater certaines céramiques inédites médiévales et, par conséquent, de faire progresser la connaissance du vaisselier de cette période dans le Territoire de Belfort. Le faciès se détache assez nettement de celui des sites jurassiens comme Pratz ou Choisey ; en revanche, il montre davantage de parenté avec le sud de l’Alsace et la Suisse : la région bâloise, Porrentruy et la vallée de Delémont.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du site
Crédits Topographie : P. Nogues ; DAO : J.‑C. Passerat, F. Berguantz, D. Watts (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 2 – Appareil de combustion du haut Moyen Âge et bâtiment 1 antique
Crédits Cliché : L. Joan (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydie Joan, « Bessoncourt – Les Rives de l’Autruche » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25707

Haut de page

Auteur

Lydie Joan

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lydie Joan

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search