Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200025 – DoubsMontbéliard – Le Grand Chenois

2000
25 – Doubs

Montbéliard – Le Grand Chenois

Fouille d’évaluation d’urgence (2000)
Responsable d’opération : Hélène Grimaud
Notice rédigée avec Nicolas Coquet

Entrées d’index

Année de l'opération :

2000

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Montbéliard

Texte intégral

1Le secteur de la Petite Hollande à Montbéliard a livré depuis une cinquantaine d’années des traces d’occupation humaine disparates : fond de cabane de l’âge du Bronze final lors du creusement d’un grand bassin de la piscine (Pétrequin 1966 : 40), éléments de soutènement de galerie d’exploitation de mine.

2Ces découvertes ont incité à surveiller les travaux de construction des différents bâtiments du Pôle universitaire. Au total, deux surveillances ont été effectuées en septembre 1999 et février 2000 sur la parcelle no 298. Aucune structure archéologique n’a été mise en évidence dans le substrat très argileux. En revanche, la présence d’argile pisolithique a pu être observée.

3Au début de l’année 2000, plusieurs sondages géologiques ont été réalisés à la pelle mécanique sur la parcelle no 350. Deux ont montré l’omniprésence du substrat argileux directement au contact de la terre arable et sur plus de 2 m de profondeur. Le troisième a livré une épaisse couche de limon brun sur environ 3 m d’épaisseur avec présence d à environ 2,10 m de charbons. La parcelle forme à cet emplacement une cuvette. La présence d’argile pisolithique dans la parcelle voisine permettrait d’envisager l’existence de structures en relation avec l’exploitation de minerai de fer pisolithique.

4En accord avec le service régional de l’archéologie, trois sondages ont été réalisés, globalement orientés est-ouest et dont la profondeur varie entre 1,50 m et 2,50 m.

5Aucune structure archéologique n’a pu être mise en évidence en coupe ou en plan. Le limon brun repose directement sur le niveau argileux observé sur l’ensemble du secteur. Le substrat calcaire a été atteint dans le sondage 3 à environ 1,80 m de profondeur. Le niveau de charbon observé lors des sondages géologiques a pu être retrouvé.

6L’hypothèse la plus probable serait que l’on se trouve en présence d’une déclivité du terrain naturel comblée progressivement par l’érosion. Les charbons observés pourraient avoir été piégés lors de ce comblement.

Haut de page

Bibliographie

Grimaud H. 2000 : Montbéliard (Doubs) – Le Grand Chenois-Pôle universitaire. Document final de synthèse de fouille d’évaluation archéologique, Cellule d’Archéologie Urbaine de la ville de Montbélliard, Besançon, Drac-SRA, 11 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Grimaud, Nicolas Coquet, « Montbéliard – Le Grand Chenois » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25752

Haut de page

Auteur

Nicolas Coquet

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Grimaud

Cellule d’archéologie urbaine de Montbéliard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search