Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200025 – DoubsThise – Les Chenevières, Sous Vig...

2000
25 – Doubs

Thise – Les Chenevières, Sous Vignier

Fouille d’évaluation d’urgence (2000)
Responsable d’opération : Jean-Pierre Urlacher
Notice rédigée avec Françoise Passard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département du Doubs

Texte intégral

1À la suite de l’avis émis par le service régional de l’archéologie dans le cadre de l’étude d’impact du projet de Zac, une vérification du potentiel archéologique a été nécessaire avant d’envisager des interventions plus approfondies sur ce secteur de la plaine du Doubs en amont de Besançon, au sud de la commune de Thise. Plusieurs secteurs sensibles sont connus sur le territoire de cette commune, mais le périmètre concerné n’a jamais jusqu’ici révélé d’éléments d’occupation caractérisés, d’autant que la majeure partie de la surface est occupée par une prairie humide jusqu’ici partiellement classée en zone ND. Le terrain est constitué d’alluvions anciennes de basse terrasse avec argiles limoneuses brunes, ocre jaune, argiles tourbeuses et marneuses comme l’attestent les sondages de reconnaissance de sol (SOLETCO).

2Les sondages archéologiques, réalisés avec une pelle mécanique de forte puissance et un godet lisse de 1,80 m de large, sont matérialisés par des tranchées de longueur et de profondeur variables (0,80 à 1,80 m selon la nature du substrat rencontré). La partie méridionale, de part et d’autre du fossé canalisé d’écoulement d’eau (orienté nord-sud) n’a pas livré d’indices archéologiques, d’autant que la profondeur des sondages a été réduite en raison des ruissellements de subsurface entre la terre végétale et les argiles sous-jacentes.

3Au nord, essentiellement dans les parcelles AE1, AD95 et AD96, des indices archéologiques ont pu être mis en évidence : il s’agit d’une part de deux petites fosses correspondant à des structures en creux, de type trou de poteau et sablière, enfouies sous 0,60 m et 0,80 m d’argile limoneuse (S1) : le remplissage de charbons de bois, matières végétales et argiles cuites en indique la nature anthropique. La détection de ces indices est rendue délicate par les circulations d’eau à ce niveau ; aucune concentration particulière n’a pu être mise en évidence dans les sondages réalisés à distance rapprochée. D’autre part, dans la parcelle AE1, au nord en limite des constructions actuelles, le sondage S2 a recoupé une structure en pierres, mêlée de tuileaux gallo-romains correspondant selon toute vraisemblance au niveau de destruction d’une construction. Sa profondeur d’enfouissement est de 0,60 m à 0,80 m : le sondage n’a pas été poursuivi en profondeur pour ne pas affecter l’intégrité de la structure. Plusieurs autres reconnaissances ont été réalisées dans le même secteur, mettant en évidence la présence de quelques éléments profonds (entre 1,30 m et 1,60 m) avec rares pierres, argile cuite, fragments de tuileaux. Au-delà, à l’ouest, le long de la rue de la Plaine, des niveaux ont également été recoupés à des profondeurs variant entre 1,60 m et 1,80 m.

4Ces observations permettent de déterminer la présence d’une occupation gallo-romaine au nord de l’emprise du projet. Elle semble se concentrer, dans l’état actuel des reconnaissances, sur une zone légèrement plus élevée et topographie, en limite de la base de versant qui sépare le plateau du lit de la rivière. Les profondeurs d’enfouissement de certaines concentrations de vestiges et le recouvrement par des niveaux d’alluvions récentes, dans plusieurs cas l’absence de structuration en stratigraphie semblent évoquer la présence éventuelle de paléochenaux qui aurait pu piéger des vestiges d’occupation.

5La présence d’un ancien méandre du Doubs, mais aussi l’importance des apports latéraux d’orientation nord-sud, ont sans doute créé des conditions de sédimentation propices à masquer ces structures par des alluvions et colluvions d’âge récent. La présence, à peu de distance, d’un site gallo-romain d’importance découvert au moment de la construction de la voie de chemin de fer, ne donne pas à cette nouvelle découverte un caractère d’exception, mais ne fait que conforter l’hypothèse d’aménagements en bordure de l’ancien lit du Doubs. Il resterait à en déterminer l’extension exacte et l’ampleur, ce que ces sondages ponctuels ne permettent pas de faire. En outre, la profondeur d’enfouissement laisse penser que, s’il se prolonge vers le nord, le site n’a pas pu être détecté au moment de la réalisation des constructions existantes, aucun vestige n’y ayant été mis au jour malgré le suivi de l’extension de l’urbanisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Urlacher, Françoise Passard, « Thise – Les Chenevières, Sous Vignier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25760

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Articles du même auteur

Françoise Passard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search